Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lula accuse Bolsonaro d'avoir incité à la violence à Brasilia

Brasilia, 13 décembre (Prensa Latina) Le président élu du Brésil, Luiz Inácio Lula da Silva, a reproché aujourd'hui au leader d'extrême droite battu, Jair Bolsonaro, d'inciter à des actes violents comme ceux qui se sont produits hier soir dans la capitale.
 
 


 
 
13 décembre 2022
CST17:23 (GMT) -0500
"Ce citoyen (Bolsonaro) jusqu'à présent n'a pas reconnu sa défaite (dans les urnes), il continue à encourager les militants fascistes qui sont dans les rues", a déclaré le fondateur du Parti des travailleurs lors d'un événement de clôture de ses groupes de travail.

Il a commenté qu'hier, l'ex-militaire a reçu "ces gens dans le palais Alvorada (résidence officielle), je ne sais pas quels dégâts ont été faits au palais, il doit savoir que c'est un patrimoine public, il appartient au peuple brésilien, nous devons le traiter avec affection".

Des partisans radicaux de Bolsonaro ont tenté d'envahir le quartier général de la police dans le district fédéral hier soir et les forces de l'ordre ont tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour...

pour les disperser.

Les médias télévisés ont répété dans leurs bulletins d'information comment des groupes de Bolsonaristas (partisans de l'ancien capitaine de l'armée) ont attaqué des voitures et des bus, qu'ils ont ensuite incendiés.

Les manifestants en colère se sont rendus à l'hôtel où loge Lula, mais les forces de sécurité ont bloqué l'entrée.

Le vandalisme a commencé après qu'un homme indigène identifié comme José Acácio Tserere Xavante a été arrêté pour son implication dans des actes anti-démocratiques.

Le ministre Alexandre de Moraes, de la Cour suprême fédérale (STF), a ordonné l'emprisonnement temporaire de l'indigène pendant 10 jours.

Cette décision fait suite à une demande du bureau du procureur général (PGR) et se fonde, selon le STF, sur la "pratique présumée de comportements illicites dans le cadre d'actes antidémocratiques".

Dans le mandat d'arrêt, selon les extraits publiés par la Cour suprême, le PGR affirme que l'indigène a utilisé sa position de leader du peuple Xavante pour recruter des personnes afin de commettre des crimes.

"La manifestation, en théorie criminelle et antidémocratique, avait clairement pour but d'inciter la population à tenter, par l'usage de la violence ou de menaces graves, d'abolir l'État de droit démocratique, en empêchant le président et le vice-président élus de la République d'entrer en fonction", indique le document du PGR.

Il convient de noter que les actes de violence ont eu lieu le jour où De Moraes, en tant que président du Tribunal supérieur électoral, a remis à Lula le diplôme qui légitime sa victoire sur Bolsonaro lors du référendum du 30 octobre par la volonté expresse de la majorité des Brésiliens.

Lors de son discours à l'occasion de la cérémonie de remise du document qui le qualifie pour le poste, le leader pétitionnaire a dénoncé que "rarement dans l'histoire du pays la démocratie a été aussi menacée, la volonté du peuple a été autant mise à l'épreuve et a dû surmonter autant d'obstacles pour être enfin entendue".

rgh/ocs

source : https://www.prensa-latina.cu/2022/12/13/lula-culpa-a-bolsonaro-de-incitar-a-actos-violentos-en-brasilia

Tag(s) : #Lula

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :