Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Édité par Reynaldo Henquen
2022-11-26 17:36:05

      

La Havane, 26 novembre (RHC) Cuba a donné un fort élan aux relations politiques et commerciales avec ses partenaires stratégiques lors du récent périple international du président Miguel Díaz-Canel.

Le périple s'est déroulé du 16 au 25 novembre avec un programme conçu pour répondre aux priorités du pays, aux efforts pour atténuer les effets de la crise après-pandémie et pour faire face aux effets du blocus américain.

La délégation cubaine, composée de plusieurs ministres et responsables de secteurs clés de l'économie nationale, a pris part à un cycle intense de dialogues et de signatures d'accords en Algérie, en Russie, en Turquie et en Chine.

À Alger, la capitale de la nation nord-africaine,  Díaz-Canel a effectué sa première visite en tant que chef d'État dans un pays de l'Union africaine, où il a rencontré le président et le ministre de l'intérieur, Abdelmadjid Tebboune.

Le palais présidentiel d'El Muradia, siège de l'exécutif algérien, a été le théâtre des réunions au plus haut niveau, au cours desquelles il a été convenu de promouvoir des projets de coopération dans les domaines de la santé, de l'énergie, des sources renouvelables, de l'industrie médico-pharmaceutique et des échanges culturels, éducatifs et scientifique-technologiques.

Tebboune a annoncé qu'il avait été envisagé d'alléger le contexte économique cubain en annulant le service de la dette et en reportant son remboursement, ainsi que d'offrir à Cuba une centrale solaire pour la production d'électricité.

Au début de 2023, a-t-il dit, se tiendra une session de la Commission mixte entre les deux pays, au cours de laquelle la délégation algérienne se rendra à La Havane avec un groupe de 150 hommes d'affaires qui examineront les possibilités d'investissement dans la plus Grande des Antilles.

À Moscou, Díaz-Canel a été reçu par le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, mais avant cela, il a eu l'occasion de s'entretenir avec les plus hauts représentants des organes législatifs et gouvernementaux du géant eurasien.

Malgré les distances, les économies cubaine et russe sont confrontées à des obstacles similaires en raison des mesures coercitives qui pèsent sur elles, ce qui, ajouté aux liens historiques de coopération, ouvre de nouvelles possibilités pour la promotion des projets et programmes existants.

Le ministre cubain du commerce extérieur et de l'investissement, Rodrigo Malmierca, a expliqué que cette visite avait permis d'encourager des projets conjoints existants tels que la modernisation de l’aciérie d'Antillana Acero, l'augmentation de l'efficacité du champ pétrolifère de Boca de Jaruco, la remise en état de l'usine mécanique de Santa Clara et l'exploitation d'un centre de diagnostic et de maintenance des équipements Kamaz dans la zone spéciale de Mariel.

Dans le cadre du plan de développement national jusqu'en 2030 de la commission intergouvernementale pour la coopération entre les deux pays, des progrès ont également été réalisés dans la promotion de projets dans les domaines des transports, de l'énergie, de l'industrie biopharmaceutique, du tourisme, de la production alimentaire, des questions bancaires et financières et du renforcement des investissements russes sur l'île.

L'inauguration à Moscou d'une statue du leader historique de la révolution cubaine, Fidel Castro, a constitué un moment particulier du programme officiel de la visite, qui, selon Vladimir Poutine, dans les conditions actuelles, devrait renforcer la coopération bilatérale en cours.

Avec ces avancées importantes, Díaz-Canel et la délégation qui l'accompagnait sont arrivés à Ankara, en Turquie, à l'occasion du 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre cette nation eurasienne et La Havane.

À l'issue de la rencontre entre Díaz-Canel et le président turc Recep Tayyip Erdogan, les deux chefs d’état ont annoncé leur intérêt mutuel pour la promotion de projets dans des domaines tels que la biotechnologie, les énergies renouvelables, le tourisme, l'agriculture, l'élevage, la santé, l'éducation, le sport et la culture.

Au palais présidentiel d'Ankara, six accords ont été signés dans des domaines tels que les relations étrangères, les échanges bancaires, la coopération, le patrimoine et les médias.

Erdogan a souligné que les relations avec l'Amérique latine et les Caraïbes constituent l'un des principaux piliers de la politique étrangère de son gouvernement et, dans ce contexte, Cuba est l'un de nos principaux partenaires dans la région.

Le 24 novembre, Díaz-Canel est arrivé à Beijing pour un programme court mais intense comprenant un entretien avec le président chinois Xi Jinping et d'autres représentants de haut rang du gouvernement et du législatif.

À l'issue de la rencontre entre les deux présidents, le premier à avoir lieu avec un représentant de l'Amérique latine et des Caraïbes après le 20e Congrès du Parti communiste chinois, une déclaration commune a été publiée, qui reflète la volonté d'élargir la communication et les relations.

La signature de 12 accords et l'octroi de dons ont démontré l'intérêt mutuel de renforcer la coopération à Cuba dans le cadre de l'initiative chinoise de la Ceinture et de la Route de la soie.

À son retour à Cuba,  Díaz-Canel a fait une autre escale en Turquie, cette fois à Istanbul, où il a rencontré plus d'une centaine d'hommes d'affaires de ce pays.

Le bilan du périple international du leader cubain est positif, non seulement en raison des avancées économiques et commerciales, mais aussi parce qu'il témoigne de l'insertion internationale de la plus grande des Antilles, malgré la vocation isolationniste du blocus imposé par les États-Unis depuis plus de 60 ans.(Source prensa Latina)

 

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/306190-le-periple-du-president-cubain-a-permis-de-renforcer-les-relations-avec-les-partenaires-strategiques

Tag(s) : #Cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :