Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lundi 7 novembre 2022
Grève nationale en Grèce le 9 novembre : Personne n'est gelé ! Personne n'a faim ! Personne n'est seul !

Les préparatifs et l'appel à la grève générale nationale du 9 novembre se poursuivent et s'intensifient. Des rassemblements pour la grève du 9 novembre ont été annoncés jusqu'à présent dans 61 villes de toute la Grèce.

Envoyez vos messages, photos, vidéos de solidarité à PAME à l'adresse suivante : international@pamehellas.gr, Twitter @PAME_Greece, #GreeceGeneralStrike #GeneralStrikeNov9.
Déclaration et plate-forme de revendications de PAME


Tous dans la lutte ! Tous dans la GRÈVE GÉNÉRALE du 9 novembre !
Personne n'est gelé !
Personne n'a faim !
Personne n'est seul !

PAS DE TOLÉRANCE - PAS D'ATTENTE
ORGANISATION ET LUTTE

POUR LE RETOURNEMENT de la politique anti-populaire qui génère la pauvreté, la faim, l'exploitation et les guerres, qui laisse le peuple gelé afin de réchauffer les profits des groupes d'affaires.

POUR LA DEMANDE d'augmentations substantielles des salaires et des pensions, pour des conventions collectives qui garantissent un travail stable avec des droits, pour l'électricité et les produits de base bon marché pour le peuple.

Nous ne laissons pas les factures qui s'accumulent et le stress de la survie nous noyer ! Nous nous dressons maintenant contre les groupes d'entreprises, le gouvernement, l'UE et toutes les institutions du système d'exploitation, les vautours modernes qui nous appellent à nous adapter à la pauvreté, la faim, le froid et finalement la mort !

Coupons d'électricité - coupons de nourriture
Bientôt ils nous donneront des coupons de vie

Alors que 7 travailleurs sur 10 ont réduit plusieurs produits alimentaires, que 47% pensent qu'il sera difficile de joindre les deux bouts en hiver à cause de la pauvreté et que le coût annuel de l'électricité a dépassé 2 mois de salaire, les grands groupes de l'énergie organisent une fête des profits.

Dans ces circonstances, 39% des travailleurs disent faire des heures supplémentaires dont 48% disent faire plus de 7 heures supplémentaires par semaine. 49% d'entre eux déclarent qu'ils ne sont pas payés pour leurs heures supplémentaires. La situation des prix des produits de première nécessité est hors de contrôle ! Les familles ouvrières voient leurs revenus amputés par des hausses à deux chiffres dans les rayons des supermarchés. Selon les prévisions, les prix de 35 catégories de produits de base vont encore augmenter dans les deux prochains mois.

En plus de tout cela, le gouvernement, célébrant la croissance capitaliste qui a dépassé 7,5 % en Grèce au dernier trimestre, donne aux travailleurs un "dividende" sous la forme de certaines allocations qui seront anéanties dès la première semaine en raison de l'énorme augmentation de l'inflation.

La vie elle-même confirme que la politique d'allocations et d'"augmentations modérées" de la GSEE (membre de la CES en Grèce) ne peut pas résoudre les problèmes croissants de la population. Et en même temps, ils trouvent des milliards d'euros dans le budget de l'État pour soutenir les interventions de guerre, ouvrant les coffres pour l'achat d'armements et d'armes. Ils appellent le peuple à vivre du rationnement de l'électricité, à apprendre dans l'obscurité contrôlée, à baisser la température du thermostat afin de faire avancer les objectifs de croissance verte fixés par l'UE et les grands groupes commerciaux. Ces politiques anti-populaires mises en œuvre par le gouvernement Nouvelle Démocratie aujourd'hui, comme par le passé par les gouvernements SYRIZA et PASOK, cherchent à abaisser les revendications des travailleurs et à faire porter le chapeau aux revendications des travailleurs qui réclament nos besoins modernes.

Pas de confiance dans le syndicalisme contrôlé par les employeurs et les gouvernements, dans la GSEE et l'ADEDY (membres de la CES en Grèce). Ils ont joué un rôle actif dans l'attaque que nous avons subie au cours des années, dans l'abaissement des revendications des travailleurs. Ils agissent et interviennent pour cultiver au sein des travailleurs la position de la "force de l'économie" et de la compétitivité des groupes d'entreprises. Ils sont partisans du "partenariat social" et des "dialogues sociaux" qui conduisent à notre défaite. Personne ne doit être dupe des manœuvres qu'ils utilisent pour convaincre les travailleurs qu'ils sont "indépendants" de leurs partis lorsqu'ils mettent en œuvre leurs politiques anti-populaires. Ils ne trompent plus personne.

Pas d'attente - tous dans la lutte

Pas d'attente et pas de tolérance à la politique anti-populaire et aux "sauveurs" qui nous promettent à nouveau des solutions pré-électorales à nos problèmes. L'expérience que nous avons acquise de nos prétendus "sauveurs" ne doit laisser aucune place à de nouvelles illusions. Il sera préjudiciable à toute attente qui intégrerait les luttes dans un quelconque mécanisme de changement de gouvernement, d'observer passivement les développements dans la fosse aux promesses et aux faux espoirs.

Nous ne devons pas permettre que notre colère, notre indignation soient exploitées pour remodeler la scène politique avec les mêmes ou de nouveaux matériaux par les forces politiques qui ont contribué à l'attaque contre les droits des travailleurs et des peuples. Les luttes à Cosco, E-food, Larco, à Fertilizers and Oil of Kavala, aux travailleurs de la construction, à la zone de construction navale, à Malamatina montrent le chemin que nous devons suivre.

Seule notre propre action militante, la croissance de la solidarité, notre organisation peuvent donner une issue positive à nos revendications et à nos vies ! Seule notre intervention active sur les lieux de travail, dans chaque lieu de travail, peut apporter des résultats substantiels avec des augmentations, avec un réel soulagement pour les travailleurs !
 

Il n'est ni moderne ni utile de penser à allumer le climatiseur, le chauffe-eau, à mettre de l'huile, à brancher le poêle. Ils cherchent à nous transformer en mangemorts, à nous adapter au froid.

Derrière chaque problème et impasse de travail, derrière la pauvreté, l'inflation, la répression, les saisies, la guerre, la cause reste la même et immuable. C'est la soif inextinguible de profits des groupes d'entreprises ! C'est pourquoi ils protègent dans ces conditions la rentabilité des marchands d'énergie au noir, et dans le même temps ils intensifient l'exploitation et la répression.

Nous ne nous " adaptons " pas ! Nous nous battons pour vivre !

La grève de novembre est une étape militante importante pour mettre fin à la honte de l'intervention du gouvernement sur le salaire minimum. La signature et le montant du salaire minimum doivent être déterminés par la négociation collective et la signature d'une Convention collective générale nationale de travail.

Nous revendiquons :

825€ de salaire minimum dans le secteur privé, une augmentation de 20% dans le
secteur public

Des conventions collectives et des augmentations de salaire basées sur l'augmentation de l'inflation.
l'inflation.

Un emploi stable à temps plein avec des droits, pas d'heures supplémentaires non payées.

Rétablissement du principe du contrat le plus favorable, des principes post-contrats, etc.

Nous appelons à une solidarité militante et au soulèvement des syndicats et des organisations de masse des travailleurs indépendants dans les villes, des agriculteurs pauvres, des scientifiques, des étudiants, des femmes. Le 9 novembre, le pays entier doit s'arrêter et exiger : Une forte réduction et un plafonnement du prix de l'électricité et du gaz. L'abolition de la taxe spéciale de consommation et de la TVA sur le pétrole, l'essence, le gaz et l'électricité. Réduction importante et plafonnement des prix des biens de consommation de base tels que les aliments (lait, farine, huiles, graisses), les vêtements, etc.

Sauvegarde des prix minimums garantis pour les produits agricoles et mesures de réduction des coûts de production. Suppression de la TVA sur les biens de consommation de base. Pas de foyer pour les travailleurs et les peuples sans électricité, eau, téléphone. Annulation des dettes des ménages de travailleurs et des indépendants. Élargissement des critères d'inclusion dans le Tarif Social des Maisons et dans l'allocation de chauffage, en augmentant le critère de revenu familial à 30.000 euros.

Rétablissement de la gratuité des transports publics pour les travailleurs en début et en fin d'équipe, réduction de 50 % du prix des tickets de transport public. Gratuité des transports pour les élèves, les étudiants, les chômeurs, les handicapés et les retraités. Subventions de loyer pour les ménages ouvriers, les étudiants et les petites entreprises, en élargissant les critères d'inclusion et en augmentant la subvention. Suppression de l'impôt sur le logement ENFIA pour les ménages populaires. Suppression de la taxe professionnelle pour les travailleurs indépendants.

Allocation non imposable de 12 000 euros, augmentée de 3 000 euros pour chaque enfant. Annulation des dettes envers les banques et les autorités fiscales. Le pouvoir réside dans l'organisation de masse et la lutte des classes Avec détermination, avec militantisme et avec un soulèvement de grève générale pour faire de notre colère une force de revendication et d'espoir. Les luttes de masse et les grandes grèves dans de nombreux pays comme la Grande-Bretagne, la France, les Pays-Bas, l'Espagne, l'Allemagne, la Belgique, les Etats-Unis, etc. montrent que la marmite est en train de bouillir. Ces luttes sont porteuses d'espoir. Elles montrent que la classe ouvrière n'a pas dit son dernier mot et que le peuple écrira sa propre histoire, ses propres développements.

Nous appelons les organes collectifs des syndicats à lancer sans tarder les moteurs de la lutte, avec des réunions des conseils d'administration, des assemblées générales, des actions et initiatives multiformes pour atteindre chaque travailleur, dans chaque bureau, usine, lieu de travail, navire, quartier, partout.

Maintenant, nous avons tous besoin de la lutte et la lutte a besoin de nous tous !

Pour protéger nos vies !

9 novembre Grève générale nationale

source : https://www.idcommunism.com/2022/11/nationwide-strike-in-greece-on-november-9-no-one-frozen-no-one-hungry-no-one-alone.html

Tag(s) : #PAME, #Grèce

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :