Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Parti Communiste Allemand, Résolution du 24ème Congrès du DKP
20/06/22 10:28 AM
Résolution du 24ème congrès du DKP

Non à la guerre !

Arrêtez l'accumulation d'armes ! Désarmez au lieu de réarmer ! La paix n'est possible qu'avec la Russie et la Chine !

Le danger d'une guerre majeure, une guerre nucléaire avec l'Europe comme champ de bataille nucléaire, est plus grand que jamais. Il s'est encore accru avec l'escalade de la guerre en Ukraine. L'intensification de l'accumulation d'armes par l'OTAN dirigée par les États-Unis, l'UE et l'Allemagne doit être arrêtée. Dans ce pays, cela signifie augmenter la pression sur le gouvernement allemand avec les demandes "Pas d'exportations d'armes vers l'Ukraine", "Pas de fonds spéciaux de 100 milliards d'euros pour la Bundeswehr", "Pas de mise en œuvre de la demande de l'OTAN d'augmenter les dépenses d'armement à 2 pour cent du produit intérieur brut", "Pas de drones de combat", "Pas de nouveaux bombardiers nucléaires", "Pas de stationnement de missiles américains en Allemagne", "Arrêt du partage nucléaire", "Adhésion immédiate de la République fédérale d'Allemagne au Traité sur l'interdiction des armes nucléaires", "Retrait immédiat aux États-Unis de toutes les armes nucléaires américaines stockées sur la base aérienne de Büchel sous la responsabilité de la Bundeswehr".

Toutes les forces de paix doivent maintenant se concentrer sur ce point - indépendamment des différentes évaluations concernant la guerre en Ukraine. Le DKP fait partie du mouvement pour la paix et y contribuera dans la mesure de ses possibilités. Le DKP s'engage donc à mener un débat solidaire au sein du mouvement pour la paix.

La guerre en Ukraine doit être terminée

La guerre en Ukraine doit prendre fin le plus rapidement possible. Cette guerre a déjà coûté des milliers de vies. Des soldats et des civils ont été tués. Les destructions sont immenses, des millions de personnes sont en fuite. Notre sympathie va aux victimes et à leurs familles. Nous sommes solidaires de tous les réfugiés et de nos compatriotes russes qui font face à des attaques croissantes.

La guerre en Ukraine ne peut être arrêtée que par des négociations. L'objet des négociations doit être un concept de sécurité qui inclut les intérêts de la Russie, de l'Ukraine et des républiques populaires de Lougansk et de Donetsk. Cela inclut la reconnaissance des républiques populaires et du statut de la Crimée. Il inclut la neutralité de l'Ukraine. Cette dernière ne peut pas devenir membre de l'OTAN. De même, l'adhésion à l'UE inclut, entre autres, des obligations militaires selon l'article 42 du traité fondamental de l'UE, et doit être rejetée. L'Ukraine ne doit plus être fortement armée. Elle ne doit pas posséder d'armes nucléaires ni d'autres armes de destruction massive (par exemple, des armes ABC), et de telles armes ne doivent pas être stationnées sur son territoire.

Les États-Unis ont intérêt à prolonger la guerre pour user la Russie en tant que partenaire de la République populaire de Chine, pour créer les conditions d'une "révolution colorée" dans la Fédération de Russie, pour transformer la Russie en semi-colonie et pour attirer la RPC dans la guerre. Ils utilisent l'OTAN, qu'ils contrôlent, pour impliquer l'UE et l'Allemagne dans cette stratégie. Le premier résultat de cette implication est l'arrêt du gazoduc "Nord Stream 2" et les projets d'embargo énergétique - auxquels s'opposent également certaines parties du capital monopolistique allemand - ou les projets américains de stationner des armes hypersoniques de haute précision, appelées Dark Eagles, à Grafenwöhr, en Allemagne. Ce sont des belligérants qui alimentent la guerre par un soutien militaire, politique et financier au régime de Kiev d'une part, et par une agitation anti-russe d'autre part. L'Allemagne n'est pas en deuxième ligne, mais se vante d'être le deuxième fournisseur d'armes le plus puissant. Ceux qui veulent arrêter la guerre doivent protester contre les livraisons d'armes à l'Ukraine et les empêcher. Ceux qui alimentent cette guerre augmentent le danger de guerre nucléaire non seulement en Europe.

La guerre en Ukraine

La guerre en Ukraine n'a pas commencé avec l'attaque russe du 24 février 2022, mais a une longue histoire, qui ne permet pas une répartition unilatérale de la faute contre la Russie, comme cela est répandu dans les médias, mais aussi dans certaines parties du mouvement pour la paix.

La guerre est menée par l'Ukraine contre la population du Donbass depuis huit ans - avec la destruction ciblée des infrastructures civiles, la rupture permanente des cessez-le-feu et la terreur des unités de l'armée fasciste. La guerre contre le Donbass a coûté 14 000 vies. Elle a été précédée par le coup d'État en Ukraine en 2014, promu par l'UE et l'Allemagne et réalisé avec la participation de fascistes, qui a créé un État dépendant des États-Unis, avec l'adhésion à l'OTAN inscrite dans sa constitution comme un objectif déclaré. L'accès à l'Ukraine fait partie de l'expansion de l'OTAN vers l'est, constamment forcée et à grand renfort de mots, depuis 1999, avec des gestes menaçants et des manœuvres de troupes le long de la frontière russe.

L'expansion vers l'est fait partie de la politique d'agression et d'encerclement de l'OTAN, dirigée non seulement contre la Russie, mais aussi contre la République populaire de Chine. L'Ukraine était une pièce cruciale manquante pour l'encerclement de la Russie par l'Occident. L'Occident a soutenu la "révolution orange" dès 2004, puis a eu recours aux moyens d'un coup d'État contre le gouvernement démocratiquement élu de l'Ukraine en 2014. Le pays devait devenir un membre de l'OTAN et de l'UE, un fer de lance contre la Russie.

L'Ukraine, dont les forces armées et la police sont parsemées de fascistes, était désormais armée par l'Occident, ses militaires formés par l'Occident. L'accord de Minsk II, qui prévoyait des négociations directes entre les parties au conflit - l'Ukraine et les républiques populaires du Donbass - et est devenu contraignant en 2015 avec la résolution 2202 du Conseil de sécurité de l'ONU, a été boycotté par l'Ukraine pendant sept ans - avec l'approbation des puissances garantes que sont l'Allemagne et la France.

Avant l'attaque russe contre l'Ukraine, la situation a connu une escalade dramatique. Lors de la conférence sur la sécurité de Munich en février 2022, le président ukrainien a menacé d'armer son pays d'armes nucléaires. À cette époque, l'Ukraine avait déjà multiplié ses troupes le long de la ligne de contact établie dans l'accord de Minsk-2, qui passait au milieu des territoires des républiques populaires du Donbass. Il était évident qu'une offensive ukrainienne vers les territoires contrôlés par les gouvernements des républiques populaires de ces pays était imminente. En mars 2021, le président ukrainien a également ordonné la reconquête de la Crimée et de la ville de Sébastopol. Si des missiles étaient déployés en Ukraine, le temps de vol vers Moscou serait inférieur à cinq minutes.

Pour la Russie, cela va bien au-delà des lignes rouges. La Russie n'a cessé de rappeler ses intérêts en matière de sécurité et a tenté à de nombreuses reprises de désamorcer la situation. En 2007, le président Vladimir Poutine a tenté de parvenir à une réconciliation des intérêts avec l'Occident, convenue par contrat, lors de la conférence de Munich sur la sécurité. L'Occident n'était pas intéressé par cette démarche. Les tentatives de désescalade ont été non seulement ignorées, mais aussi délibérément trompées. Même dans les derniers mois précédant la guerre en Ukraine, la Russie a tenté d'entamer des négociations sur les garanties de sécurité mutuelle avec l'OTAN. L'OTAN n'en a pas tenu compte.

Évaluation de la guerre contre l'Ukraine

La guerre en Ukraine ne peut être évaluée sans ce contexte. Condamner la Russie pour avoir mené une guerre d'agression en violation du droit international n'est pas suffisant. À une époque chauffée par les médias et la propagande, même des politiciens conservateurs comme l'ancien ministre SPD Klaus von Dohnanyi sont qualifiés de "Poutineversteher" ("Poutine compréhensif") simplement parce qu'ils expriment leur compréhension pour les intérêts de sécurité justifiés de la Russie.

Une position comme celle du gouvernement révolutionnaire de Cuba est plus importante que jamais. Il a déclaré que la situation en Ukraine ne peut être évaluée sans tenir compte des revendications légitimes de la Fédération de Russie à l'encontre des États-Unis et de l'OTAN, et sans examiner attentivement les facteurs qui ont conduit à l'usage de la force et au non-respect des principes juridiques et des normes internationales. Le gouvernement chinois s'oppose également aux blâmes unilatéraux, soulignant que les intérêts légitimes de toutes les parties en matière de sécurité doivent être pris en compte.

Notre parti frère, le Parti communiste d'Ukraine, a été contraint à l'illégalité de facto depuis le coup d'État de 2014 et n'est pas autorisé à se présenter aux élections. Il y a trois ans déjà, il a évalué que le nazisme et le fascisme étaient résurgents dans son pays. En Ukraine, dit le parti, l'oligarchie compradore a pris le pouvoir avec le soutien direct des États-Unis, de l'UE et du capital international, et a jeté le pays en pâture aux militants néonazis et nationalistes après le coup d'État armé de février 2014. Notre parti frère, le Parti communiste de la Fédération de Russie, soutient l'opération militaire du gouvernement russe. Selon lui, les mesures prises visent à garantir la paix dans le Donbass et à sécuriser la Russie contre les menaces toujours croissantes des États-Unis et de l'OTAN. Selon le PCFR, transformer l'Ukraine en un État fantoche de l'OTAN pour menacer la Russie crée non seulement une menace critique pour la sécurité de la Russie, mais est aussi fondamentalement contradictoire avec les intérêts du peuple ukrainien. Il s'agit de forcer les provocateurs de Kiev à faire la paix et de contenir l'agressivité de l'OTAN, a-t-il déclaré. Seules la démilitarisation et la dénazification de l'Ukraine peuvent assurer une sécurité durable pour les peuples de Russie, d'Ukraine et de toute l'Europe. Dans le même temps, le PCFR appelle à un tournant dans le progrès social, un virage à gauche, en termes de politique intérieure et de politique économique. Seul le socialisme peut offrir une garantie de paix et de justice sociale.

La Russie est aussi un Etat dans lequel la bourgeoisie détient le pouvoir. Mais elle a en commun avec la classe ouvrière l'intérêt que la Russie résiste à la menace de l'OTAN.

La Russie a attaqué l'Ukraine. Cependant, nous y voyons deux aspects. Premièrement, la reconnaissance des deux républiques populaires, l'accord d'assistance mutuelle correspondant et le soutien militaire des deux républiques populaires dans la guerre menée contre elles par l'Ukraine. Selon nous, cela est couvert par le droit international et, pour la population du Donbass, représente surtout l'espoir de la fin de la guerre qui dure depuis huit ans.

L'autre aspect concerne les attaques plus larges contre l'Ukraine. C'est là que nous avons des points de vue différents. Ceux-ci vont de l'évaluation selon laquelle il s'agissait d'une guerre d'agression en violation du droit international à l'évaluation selon laquelle il s'agissait d'une guerre défensive qui servait à se défendre contre une attaque imminente et qui était donc couverte par le droit international. Nous voulons intensifier notre discussion collective à ce sujet à l'avenir.

Arrêtez la menace d'une guerre mondiale ! Remettez le droit international en vigueur !

En tant que communistes, nous le disons clairement : Le retour aux principes du droit international est une base essentielle pour un futur ordre de paix en Europe et dans le monde.

Ce faisant, nous n'oublions pas : depuis les années 1990, l'impérialisme n'a cessé de saper le droit international.

L'OTAN a mené une guerre contre la Yougoslavie en violation du droit international. Dans diverses constellations, les États-Unis et d'autres pays de l'OTAN ont mené des guerres en Afghanistan, en Syrie, en Libye, dans de nombreux endroits du monde. La guerre sanglante de l'Arabie saoudite au Yémen est non seulement tolérée, mais soutenue par des livraisons d'armes. Avec toutes ces guerres, avec les sanctions impitoyables contre l'Iran, le Venezuela, la Syrie et de nombreux autres pays, avec le blocus meurtrier contre Cuba, le droit international, la Charte des Nations unies ont été mis à mal.

Pour l'avenir du peuple ukrainien et pour notre avenir, nous devons nous battre pour que les erreurs du passé ne se répètent pas, que la confrontation cesse et que le droit international soit rétabli.

En ce moment, c'est le contraire qui se produit. L'attaque de la Russie contre l'Ukraine est utilisée comme prétexte pour mettre en œuvre un programme de guerre et de sanctions sans précédent par les États-Unis, l'OTAN, l'UE et l'Allemagne. Pour que ce programme soit mis en œuvre avec le moins de résistance possible, il s'accompagne d'une diffamation, particulièrement fomentée par les médias, de toute personne qui exprime une vision différenciée du conflit et de Poutine, considéré comme un fou et le seul responsable ("dictateur") de cette guerre. Il y a une agitation et une haine des "Russes", qui se déchaîne aussi dans notre pays avec l'exclusion et la violence contre les concitoyens russes. Mais ce n'est pas tout : la culture et l'histoire du peuple russe sont niées et bannies. C'est le vieil esprit de la race maîtresse.

L'OTAN augmente sa présence de troupes devant les frontières de la Russie, les États-Unis veulent stationner en Allemagne des missiles hypersoniques qui peuvent atteindre Moscou en quelques minutes. L'UE a décidé d'un nouveau programme militaire et de nouvelles forces d'intervention. L'Allemagne veut prendre la tête du mouvement. L'objectif de deux pour cent selon les critères de l'OTAN doit être mis en œuvre dès maintenant : le budget de l'armement doit passer à 80 milliards d'euros par an. En outre, un fonds spécial de 100 milliards d'euros doit être inscrit dans la Loi fondamentale. De nouveaux systèmes d'armes, dont des bombardiers nucléaires et des drones, doivent être acquis et d'autres développés conjointement avec l'UE. La République fédérale d'Allemagne n'a jamais connu un tel programme de guerre et de réarmement. Il s'agit maintenant de faire table rase de tout ce qui était encore imposé à l'impérialisme allemand comme une entrave de l'histoire.

Cette guerre a déjà fait des milliers de victimes, des millions sont en fuite. Les infrastructures, les maisons, les appartements sont et seront détruits, la guerre apporte des souffrances sans fin aux populations. Les sanctions, contraires au droit international et d'une ampleur sans précédent, ne touchent pas seulement les travailleurs en Russie, mais aussi en Europe. L'augmentation des prix des denrées alimentaires et de l'énergie rend un niveau de vie normal inabordable pour beaucoup. Si les livraisons de gaz russe s'arrêtent réellement, des centaines de milliers d'emplois seront menacés en Allemagne. Les sanctions provoquent déjà des fissures dans les chaînes d'approvisionnement, des chaînes de montage au ralenti et du chômage partiel. Dans certains pays d'Afrique, que le capitalisme a rendus dépendants des importations alimentaires, une nouvelle famine se profile.

Les gagnants sont surtout les parties du capital monopolistique qui gagnent de l'argent grâce aux armements et à la guerre. La partie du capital monopoliste qui espère que le déclin de l'impérialisme peut être arrêté par la politique de guerre en repoussant la Russie et la Chine dans une position semi-coloniale se considère également comme un gagnant.

Pour la paix !
 

La politique de sanctions, l'augmentation de l'armement et l'encerclement supplémentaire de la Russie et de la Chine augmentent énormément le danger de guerre et le danger de guerre nucléaire. L'élément déclencheur n'est pas la guerre en Ukraine ou la souffrance de la population ukrainienne. Au contraire, l'Ukraine n'est que le théâtre d'une guerre par procuration. Il s'agit d'intérêts géopolitiques, de sphères d'influence, de parts de marché, de matières premières, de plans énergétiques et de voies de transport. Il s'agit de l'"ordre fondé sur des règles" tel que défini par l'impérialisme occidental. Il s'agit de la Russie en tant que concurrent et de la Chine en tant qu'"adversaire systémique". La suprématie défendue à toute force par l'OTAN, les États-Unis et l'impérialisme allemand, "leur" ordre mondial, conduit à des guerres et à la misère. La République populaire de Chine s'y oppose par une politique de coexistence pacifique. C'est un moyen de faire pencher le rapport de force international en faveur des forces progressistes et socialistes et de contribuer ainsi à ouvrir la voie du socialisme dans d'autres pays. Seul un ordre social socialiste de la société peut assurer une paix durable et un monde sans exploitation et sans guerre.

L'agresseur principal est et reste l'OTAN sous la direction des États-Unis, suivie par l'UE avec l'Allemagne comme première puissance. Pour que les États-Unis puissent se concentrer sur leur principal adversaire, la Chine, ils ont besoin d'une OTAN unie avec une UE unie sous la direction de l'Allemagne comme fer de lance contre la Russie. Notre slogan reste le même : La paix n'est possible qu'avec la Russie et la Chine ! Notre principal ennemi est l'impérialisme allemand, qui veut faire le saut pour devenir une grande puissance.

Indépendamment des différentes évaluations, les forces de paix de ce pays doivent maintenant développer conjointement la résistance contre l'augmentation de l'armement et le danger de guerre nucléaire et faire pression sur le gouvernement fédéral. Le DKP apportera ses positions à la lutte pour la paix et aidera de son mieux à renforcer le mouvement pour la paix.

Le DKP demande :

Arrêtez la guerre ! Négociez maintenant ! Pour une nouvelle architecture de sécurité pour toute l'Europe !

Contre l'armement de haut niveau ! Pas de fonds spéciaux pour la Bundeswehr ! Stop à l'objectif des 2 % ! Désarmer au lieu de réarmer !

Pas de bombardiers nucléaires - fin du partage nucléaire ! Pas d'armes nucléaires à Büchel !

Pas de stationnement de missiles hypersoniques en Allemagne ! Retrait de tous les missiles américains d'Allemagne !

Arrêtez la livraison d'armes à l'Ukraine ! Pas de participation aux groupements tactiques de l'UE et retrait de l'UE !

Pas de soutien militaire, politique et financier au régime de Kiev !

Retrait des sanctions contre la Russie - gel des prix de l'énergie maintenant !

Arrêt de toutes les missions de la Bundeswehr !

L'Allemagne hors de l'OTAN - l'OTAN hors de l'Allemagne !

source : http://www.solidnet.org/article/German-Communist-Party-Resolution-of-the-24th-Party-Congress-of-the-DKP/

Tag(s) : #DKP, #Communiste, #Allemagne, #OTAN

Partager cet article

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :