Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2022-05-01 22:00:37

      

.

Par Guillermo Alvarado

L'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture, la FAO, met en garde depuis des mois contre le phénomène inquiétant de la hausse excessive du prix des denrées alimentaires. Cette flambée des prix empêche des millions de personnes d'accéder à ce droit humain fondamental qu’est l’alimentation.

À cet égard, la représentante de la FAO au Mexique, Lina Pohl, a déclaré que la pandémie de Covid-19, déclenchée il y a un peu plus de deux ans, était une sorte de "détonateur" pour la faim, un fléau croissant depuis 2015, après une brève période de diminution.

Lorsque la crise sanitaire a débuté fin 2019 et début 2020, on comptait au total 650 millions de personnes dans le monde ayant du mal à se nourrir. Une année après, ce chiffre a fait un bond spectaculaire pour atteindre 811 millions.

En Amérique Latine et dans les Caraïbes, on comptait environ 59,7 millions de personnes souffrant de la faim à la fin de l'année 2021.  Si l'on ajoute les personnes qui n’arrivent pas manger à leur faim tous les jours ou qui consomment des produits à très faible niveau nutritionnelle, on atteint 41 % de la population.

Le phénomène est similaire à celui existant dans d'autres continents, mais les causes ici  sont différentes.

Contrairement à l'Afrique, par exemple, nous vivons dans une région pouvant nourrir deux fois ses 650 millions d'habitants. Cela signifie qu’il ne  s’agit pas d’une question de production mais de distribution inéquitable et de capacité à acheter ce qui est vraiment nécessaire.

L'un des problèmes liés à la pandémie, auquel de nombreux gouvernements n'ont pas prêté suffisamment attention, a été l'augmentation du chômage et de la pauvreté, qui a touché notamment  les secteurs les plus pauvres de la population.

À cela s'ajoute l'inflation galopante, qui a récemment atteint en mars 159,3 points de plus qu'à la même période de 2014, soit la plus forte hausse jamais registrée.

En d'autres termes, il n'y a pas de pénurie de nourriture, ce qui manque c'est l'argent pour en acheter, ou un système social et économique  donnant avant tout la priorité aux besoins de la population et destinant des ressources aux  plus vulnérables, comme les enfants, les personnes âgées et les femmes.

La faim est épouvantable, et je ne parle pas de sauter un repas, mais de passer des jours sans manger, sans savoir si le lendemain sera meilleur.

Lorsqu'il s'agit d'enfants, la malnutrition chronique aura des conséquences à vie sur leur développement physique et intellectuel, les conduisant éventuellement à rester dans la pauvreté et, à leur tour, à avoir des enfants qui répéteront leur situation - un cercle vicieux infernal.

source : https://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/293510-faim-et-inegalites

Tag(s) : #FAO

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :