Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2022-04-06 00:10:25

 

Auteur: María Josefina Arce

 Photo: Twiiter: Indepaz

Le nombre de morts, de disparus, de séquestrés et de déplacés est en augmentation  chaque jour en Colombie. La violence ne laisse aucun répit à la société colombienne, cinq ans après la signature des accords de paix mettant fin à un demi-siècle de conflit armé.

Finis les espoirs et l'optimisme suscités par le pacte historique signé à La Havane en 2016 entre le gouvernement du président de l'époque, Juan Manuel Santos, et l'ancienne guérilla des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie-Armée du Peuple.

Actuellement, la situation est très tendue et incertaine. Au cours des trois premiers mois de cette année, 30 massacres ont été enregistrés. Plus de 40 leaders sociaux ont été assassinés.

Le bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires a déclaré qu'entre janvier et février, plus de 274 000 personnes ont été affectées d’une manière ou d’une autre par la violence armée. Ce chiffre représente une augmentation de 621% par rapport à la même période de l'année dernière.

L'ONU a également prévenu que 48 000 personnes se trouveraient déjà en situation de confinement, dont 87% dans le département de Chocó, dans le nord-ouest du pays sud-américain. Ce chiffre montre une augmentation de 394 % par rapport à janvier et février 2021.

Les organisations de défense des droits de l'homme et de la société civile ont dénoncé l'absence totale de réponse de la part du gouvernement du président Iván Duque à la situation actuelle, pouvant entrainer une nouvelle escalade de la violence.

En vérité,  les chiffres de morts, de disparus, de séquestrés et de déplacés reportés l'année dernière, étaient déjà alarmants. L'année 2022 s'annonce beaucoup plus complexe, la violence a atteint ses plus hauts niveaux sous le mandat de Duque.

Depuis son arrivée à la présidence en 2018, les violations de l'accord de paix sont monnaie courante. La réforme rurale globale prévue par les accords de paix n'a pas été mise en œuvre. Cette réforme visait à instaurer les bases de la transformation structurelle des campagnes, à créer des conditions de bien-être et de qualité de vie pour la population rurale et à contribuer à une paix durable et stable.

Les autorités ont également continué à s'attaquer à la juridiction spéciale de paix, modèle de justice transitionnelle permettant de juger les responsables de crimes commis pendant le conflit armé et de donner des réponses aux victimes.

En fait, il y a eu une réduction du financement de cette commission de justice. Et puis, Duque a entravé sa mise en œuvre dès son arrivée au pouvoir. À cette fin, il a présenté une série d'objections que le Congrès n’a pas acceptées et que la Cour constitutionnelle a également rejetées.

Le gouvernement de Duque s'est caractérisé par son non-respect des accords de paix. Qui plus est, il a mis en péril son application. Les Colombiens devront élire un nouveau président au mois de mai. L’application des accords de La Havane sera parmi les grands défis du nouveau gouvernement. Aujourd’hui, la paix est en crise en Colombie.

 


source : https://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/291153-la-paix-est-en-crise-en-colombie

Tag(s) : #colombie

Partager cet article

Repost2
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :