Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Édité par Reynaldo Henquen
2022-03-29 10:48:40

 

 

 

Par: Guillermo Alvarado

L’American Library Association a dénoncé que lors de la dernière année les tentatives de fonctionnaires, de politiciens et d’organisations de la droite visant à censurer, à faire disparaître ou à interdire la diffusion de livres considérés comme « dangereux », dont  certains chefs- d’œuvre littéraires, se sont multipliées. 

Selon cette entité, rien qu’entre septembre et novembre 2021 on a enregistré près de 300 tentatives d’empêcher l’accès à certains textes à différents niveaux d’enseignement, sans compter l’introduction d’une centaine de projets de loi dans ce but dans 38 des 50 États de ce pays.

Cette nouvelle m’a rappelé ce tragique 12 juillet 1562, lorsque dans le village de Maní  au  Yucatán, le frère Diego de Landa alors en activité, a perpétré l’une des plus graves attaques contre la culture, l’histoire et la mémoire humaine.  

Imprégné de la stupidité et l’ignorance des conquistadors espagnols, le frère a ordonné de brûler plus de 40 codex, comme on appelait les documents dans lesquels les Mayas inscrivaient leurs connaissances, leur histoire, leur organisation sociale, leur langue et leurs réalisations scientifiques. 

Le bûcher a été également alimenté par des objets de culte, avec l’idée absurde qu’il s’agissait d’œuvres du diable. À cause de cet acte brutal, nous ignorons de nos jours des aspects essentiels de cette merveilleuse culture qui était bien avancée par rapport à la moyenne européenne de l’époque. 

Ce qui se passe actuellement aux États-Unis, n’a rien à envier au bûcher de Diego de Landa, et nous montre que les craintes et les haines qui ont alimenté cette néfaste inquisition du Moyen Âge restent vivantes dans le pays autoproclamé des libertés et de droits de l’homme.

Parmi les auteurs les plus persécutés figurent certains qui abordent des thèmes tels que le racisme, la diversité sexuelle, les droits civils et l’égalité de toutes les personnes dans une société fondée sur les inégalités.

Certains de leurs noms nous révèlent pourquoi ils font si peur à la droite : John Steinbeck, Toni Morrison, Alice Walker, George Orwell, Aldous Huxley, Mark Twain, Margaret Atwood et Ana Frank, oui, la jeune juive qui a été assassinée par les nazis dont le journal a bouleversé des générations.

Sur la liste de cent auteurs et leurs œuvres qui font l’objet de la plupart de tentatives de censure j’étais étonné de ne pas trouver le roman Fahrenheit 451, de Ray Bradbury, dans lequel l’auteur décrit une société états-unienne hypothétique dans laquelle la lecture est interdite et la mission des pompiers est de brûler les livres.

Ce serait le monde idéal pour des individus comme Joseph McCarthy, le sénateur obscur qui rêvait de brûler des textes qui mèneraient au communisme, ou celui des législateurs de la Floride, qui ont récemment adopté une loi visant à interdire la discussion et la lecture de livres sur la diversité sexuelle dans les écoles.

Brûler les sorcières sur les places publiques serait la prochaine étape ? Rien ne semble impossible dans ce pays.

source : https://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/290479-retour-au-moyen-age

Tag(s) : #USA

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :