Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sauvegarder la paix - Mettre fin au siège militaire de la Russie par l'OTAN
Mercredi 5 janvier 2022

Déclarations
C'est avec inquiétude que le Conseil portugais pour la paix et la coopération suit l'évolution de l'escalade de la tension entre l'OTAN et la Russie et, dans ce contexte, les développements de la situation en Ukraine, qui présentent des risques sérieux et énormes pour la paix. Compte tenu de la gravité de la situation, le CPPC considère qu'il est urgent d'adopter des mesures capables de réduire immédiatement l'escalade militaire et le danger de confrontation et de promouvoir l'établissement de mesures de confiance mutuelle qui, à long terme, permettront la détente et la sauvegarde de la paix.

Les raisons de l'aggravation de la situation ne doivent pas être réduites à un différend entre l'Ukraine et la Russie, qui n'est qu'une conséquence de la première. En fait, elles trouvent leur origine dans des décennies d'expansion de l'OTAN en Europe de l'Est - l'Ukraine n'étant actuellement qu'un pion de plus dans sa stratégie -, visant le siège, la pression, le chantage, la confrontation avec la Russie.

Violant les engagements de bon voisinage pris dans les années 80 du siècle dernier, les expansions successives de l'OTAN au cours des 30 dernières années ont placé ce bloc politico-militaire agressif aux portes de la Russie - de l'Arctique à la mer Noire en passant par la mer Baltique - et à l'installation des moyens militaires des États-Unis et d'autres pays membres de l'OTAN, y compris des milliers de soldats, des moyens aériens et navals ou des systèmes de missiles - y compris des porteurs d'ogives nucléaires - le long des frontières de ce pays eurasien.

L'expansion ininterrompue de l'OTAN vers l'Europe de l'Est, la multiplication des exercices militaires de ce bloc politico-militaire à proximité des frontières de la Russie, l'abandon par les États-Unis de plusieurs traités internationaux de contrôle des armements (y compris nucléaires), l'imposition de sanctions économiques par les États-Unis et l'UE à l'encontre de ce pays, les multiples provocations militaires - y compris l'utilisation de bombardiers stratégiques - et la campagne anti-russe intense et de plus en plus agressive, mobilisant de vastes ressources médiatiques, font également partie des raisons qui sont à l'origine de l'aggravation de la situation.

Dans ce contexte, l'instrumentalisation de l'Ukraine dans la stratégie belliciste de l'OTAN est extrêmement dangereuse, qui, depuis le coup d'État de 2014 - orchestré et soutenu par les États-Unis, l'OTAN et l'UE - est dirigée par des forces ouvertement xénophobes et antirusses, dans lesquelles sont intégrés des secteurs fascistes, qui ont conduit à de profondes divisions et à la guerre dans ce pays. En effet, une fois de plus, c'est le gouvernement ukrainien, encouragé par les États-Unis, l'OTAN et l'UE, qui a le premier déployé des moyens puissants - dont de nombreuses troupes, plus de 100 000 hommes - et lancé des opérations militaires visant les régions de Donetsk et de Lougansk, au mépris ouvert des accords de Minsk, qui préconisent et établissent une solution politique au conflit dans le Donbass.

Le CPPC considère que le gouvernement portugais ne devrait pas orienter ses actions en fonction de l'escalade du bellicisme et des menaces de l'OTAN et de l'UE. Au contraire, il devrait intervenir au niveau international dans le respect des principes de la Constitution de la République portugaise, à savoir pour la " solution des conflits internationaux ", pour le " désarmement général, simultané et contrôlé " et pour la " dissolution des blocs politico-militaires et l'établissement d'un système de sécurité collective, en vue de créer un ordre international capable d'assurer la paix et la justice dans les relations entre les peuples ".

Réaffirmant le droit des peuples à la paix et à la souveraineté, la CPPC considère que la fin immédiate de la politique de confrontation et d'encerclement de la Russie est indispensable pour sauvegarder la paix et la sécurité en Europe et dans le monde.

A cette fin, il est urgent de :

- mettre fin à la menace d'escalade d'agression des forces militaires ukrainiennes dans le Donbass et entamer un dialogue en vue de la résolution pacifique du conflit, dans le respect des accords et des engagements assumés précédemment ;

- mettre fin à l'escalade de la confrontation, à la campagne belliciste et aux menaces permanentes de l'OTAN contre la Russie ;

- mettre fin aux provocations et aux manœuvres belliqueuses de l'OTAN le long des frontières de la Russie ;

- mettre fin aux plans d'installation de systèmes de missiles à courte et moyenne portée et d'autres armes d'attaque américaines en Europe ;

- engager un dialogue efficace pour permettre l'établissement de mesures de confiance mutuelle, qui ouvrent la voie à la mise en œuvre de garanties de sécurité et à un processus de détente dans le cadre des principes de l'Acte final de la Conférence d'Helsinki ;

- mettre fin à l'expansion de l'OTAN et viser la dissolution de ce bloc politico-militaire agressif et principalement responsable de la course aux armements et de la militarisation qui balaie le monde aujourd'hui.

Le CPPC appelle les défenseurs de la paix à faire entendre leur voix pour défendre la paix, le désarmement, le droit international, les droits des peuples.

Le conseil d'administration national du Conseil portugais pour la paix et la coopération

Le 14 décembre 2021

source : http://www.wpc-in.org/statements/safeguard-peace-end-natos-military-siege-russia

Tag(s) : #CPPC, #Russie, #OTAN

Partager cet article

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :