Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le Quotidien du Peuple en ligne | 09.12.2021 15h20 

La farce du soi-disant « Sommet mondial des dirigeants pour la démocratie » dirigé par les États-Unis est sur le point d'être mise en scène.

En fait, revêtus du manteau de la « démocratie », les États-Unis attisent l'éloignement et la division et incitent à l'affrontement. Au nom de la « démocratie », les États-Unis ont fait de grands progrès en matière d'interventionnisme et de politique hégémonique. Ils prononcent partout des paroles et se livrent à des actions éloquentes pour saper la paix mondiale et créer des crises humanitaires. Combien de personnes ont été déplacées sous la conquête de leur bannière de la « démocratie ». Est-ce là la « démocratie » des États-Unis ?

Afin de poursuivre l'hégémonie mondiale, les États-Unis n'ont d'autre choix que d'utiliser des moyens tels que l'ingérence dans les élections, l'incitation aux troubles, la subversion du pouvoir politique et même le déclenchement de la guerre, afin de perturber le monde en exportant la « démocratie américaine ». Depuis la Seconde Guerre mondiale, presque tous les présidents américains ont déclenché ou sont intervenus dans des guerres étrangères au cours de leur mandat ; Au cours des 10 dernières années, les États-Unis ont envahi plus de 20 pays ou incité à des changements de régime dans les pays concernés, et sont intervenus à plusieurs reprises et ont manipulé la « Révolution des couleurs » dans certains pays d'Europe centrale et orientale, d'Asie centrale, d'Asie de l'Ouest et d'Afrique du Nord. Ignorer les différences nationales et transplanter de force la « démocratie américaine » est par essence anti-démocratique. C'est une ingérence grossière des États-Unis dans les affaires intérieures d'autres pays au moyen de l'exportation de la démocratie.

Auteur du dessin : Lu Lingxing

Les États-Unis tiennent tellement à imposer la « démocratie à l'américaine » à d'autres pays, ce qui n'est rien de plus que profitable. En avril 2021, la vice-présidente américaine Kamala Harris a personnellement admis que « les guerres au fil des ans et des générations ont été menées pour le pétrole ». Chaque fois que les États-Unis font usage de leur bras long pour gouverner la lame tranchante, ils transmettent gratuitement des armes à d'autres pays et initient des sanctions unilatérales, et ils peuvent toujours récupérer beaucoup de profits pour eux-mêmes. En prenant l'Europe comme exemple, de 2009 à 2017, les États-Unis ont obtenu 190 milliards de dollars de revenus de l'Europe grâce à la « juridiction du bras long » ; souvenons-nous d'Alstom et d'autres entreprises qui ont été rachetées par des entreprises américaines après avoir été sanctionnées. Selon les statistiques de l'Institut international de recherche sur la paix de Stockholm en 2021, les États-Unis ont représenté plus d'un tiers du total des exportations mondiales d'armes au cours des cinq dernières années et sont le plus grand exportateur d'armes au monde.

Quelles sont les conséquences de la « transplantation de la démocratie » ? Les États-Unis non seulement n'ont pas réussi à réaliser le mirage de la « démocratie » qu'ils décrivent, mais en plus ont également provoqué des guerres dans le monde entier. Depuis que Washington a lancé la soi-disant « guerre contre le terrorisme » en 2001, les États-Unis et leurs alliés ont tué au moins 480 000 personnes dans diverses régions, pour la plupart des civils innocents. En août 2021, l'armée américaine s'est retirée précipitamment d'Afghanistan, marquant l'échec complet de la politique des États-Unis à l'égard de l'Afghanistan au cours des 20 dernières années. De la crise sociale profonde provoquée par le « printemps arabe », à la région latino-américaine confrontée à des difficultés de développement, puis aux tumultueux Irak et Afghanistan, le reflux de la « démocratisation » dans le monde n'a cessé de prouver que la transplantation de la « démocratie » a complètement échoué.

Le mètre du « tailleur de la démocratie » que prétendent être les États-Unis a toujours mesuré les gens plutôt qu'eux-mêmes. L'état désastreux de l'épidémie de COVID-19, que le gouvernement américain n'a pas su combattre correctement, a entraîné un élargissement du fossé entre les riches et les pauvres, l'antagonisme racial et la montée d'un populisme extrême, exposant davantage la « démocratie à l'américaine » et même le peuple américain est profondément déçu. Selon un sondage réalisé en février par Associated Press, seuls 16% des Américains pensent que la démocratie américaine fonctionne bien, et près de la moitié des Américains pensent que la démocratie ne joue pas un rôle normal. Comme Mohamed Safa, le représentant permanent du Liban auprès des Nations Unies, l'a dit un jour : « si les États-Unis voyaient ce que les États-Unis font aux États-Unis, les États-Unis envahiraient certainement les États-Unis et libéreraient les États-Unis de la tyrannie des États-Unis ». Les faits ont prouvé que la « démocratie à l'américaine » n'est pas du tout un « modèle démocratique » et qu'il n'y a pas de critère exclusif qui puisse monopoliser la définition de la démocratie dans le monde.

La démocratie n'est pas l'intérêt privé de quelques pays. Bien que les États-Unis disposent de divers moyens pour s'ingérer dans la démocratie, l'hypocrisie de la « démocratie à l'américaine » est constamment révélée au grand jour. Selon les résultats de l'enquête publiés par le Pew Research Center en novembre, environ 57% des personnes interrogées dans d'autres parties du monde en dehors des États-Unis pensent que la démocratie à l'américaine n'est pas un bon exemple ces dernières années ; Jusqu'à 72% des répondants américains sont même d'accord avec ce point de vue.

Il n'y a pas de définition fixe de la démocratie. Sur le fait de savoir si un pays est démocratique ou non, il n'appartient pas aux États-Unis de le dire seul. En dernière analyse, la population du pays en question en est seule juge. Au fil des ans, les États-Unis se sont imposés comme un « juge démocratique » de haut rang, ont recouru à l'interventionnisme, copié mécaniquement, ignoré les conditions nationales d'autres pays et exporté à tort et à travers le monde la « démocratie à l'américaine ». En fait, il prive tous les pays de leur droit et de leur liberté d'explorer leur propre voie démocratique et utilisent des outils démocratiques pour lutter contre la démocratie.

La démocratie n'est pas un prétexte pour poursuivre l'hégémonie. Le soi-disant « sommet pour la démocratie » n'est qu'une nouvelle façon pour les États-Unis de rassembler des alliés et d'éliminer les dissidents. Cependant, le monde n'est pas une « salle à un seul discours » sous le contrôle de très peu de pays. Sous la bannière de la démocratie, le piétinement de l'esprit démocratique et la trahison des valeurs démocratiques seront combattus et combattus par la communauté internationale.

(Par Xin Yue)

Voir aussi:

1. Le « Sommet pour la démocratie », ou comment diviser le monde au nom de la démocratie

2. Les États-Unis et leur démocratie formelle ne sont pas qualifiés pour donner des leçons au monde

(Rédacteurs :Yishuang Liu, Ying Xie)
source : http://french.peopledaily.com.cn/Horizon/n3/2021/1209/c31362-9930676.html

Tag(s) : #USA

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :