Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des médecins cubains au Pakistan. Photo: Juvenal Balán

Les médecins cubains présentent un parcours remarquable tout au long de notre histoire. Leurs exploits s'inscrivent dans une tradition d'engagement au service du destin du pays, de la santé de la population, avec la science et la solidarité.

Depuis le maquis rebelle, les sommets de la Sierra Maestra, les plaines et les villes, où la bataille la plus dure fut menée contre le régime de Fulgencio Batista, sur les sables de Playa Giron, sur toutes les terres du monde « qui réclamaient la contribution de leurs modestes efforts », les populations ont vibré au rythme de leur épopée.

Dans nos luttes pour l'indépendance contre le colonialisme espagnol, la performance professionnelle et le travail des médecins cubains en tant que combattants sont reconnus. Plus de 130 médecins ont participé aux luttes pour la liberté de Cuba, 14 d'entre eux ont donné leur vie, plus de dix pharmaciens et cinq dentistes.

Nous ne saurions manquer de mentionner le docteur Fermin Valdés Dominguez, ami intime de José Marti, ni Isabel Rubio, infirmière martyre dans le maquis, ni le général de brigade Juan Bruno Zayas Alfonso, l'un des chefs les plus estimés d'Antonio Maceo lors de la campagne d'invasion d’est en ouest de l’Île.

Parmi les combattants révolutionnaires qui ont pris part à l'attaque de la caserne Moncada, le 26 juillet 1953, figurait le Dr Mario Muñoz Monroy, lâchement assassiné par les sbires de Batista. À bord du yacht Granma, deux médecins parmi les 82 membres de l’expédition débarquèrent à Cuba : le jeune Argentin Ernesto Guevara de la Serna, et le Cubain Faustino Pérez Hernandez.

Au coeur de la Sierra Maestra, les docteurs Julio Martinez Paez, Sergio del Valle Jiménez, Oscar Fernandez Mell, René Vallejo Ortiz, Eduardo Bernabé Ordaz, Manuel Piti Fajardo, ce
dernier tombé au combat dans la lutte contre les bandes contre-révolutionnaires de l'Escambray, combattirent et soignèrent rebelles, paysans et soldats ennemis.

Parmi ce groupe de médecins rebelles se trouvait également le commandant José Ramon Machado Ventura.

Plus d'une quarantaine de ces guérilleros vétérans se réunirent, convoqués par l'héroïne Celia Sanchez Manduley, au siège de notre quotidien Granma, à la suite de l'assassinat du Guérillero Héroïque en Bolivie en octobre 1967.

Le 23 mai 1963, un vieil avion Britania de Cubana de Aviacion, avec à son bord 29 médecins, quatre stomatologues, 14 infirmières et sept techniciens de santé, s'envolait pour l'Algérie.

C'est ainsi que débuta la première mission médicale internationaliste cubaine de l'histoire de la Révolution, qui marquera un tournant lorsque, sur la base du volontariat, le personnel de santé d'un pays pauvre du Tiers monde offrira ses connaissances et ses services à un autre peuple, uniquement par solidarité et altruisme.

Un nouveau concept de services de santé ouvrit une brèche dans le mercantilisme de la médecine capitaliste. Inspirés par les idées de Fidel et du Che, les personnels de santé cubains ont écrit des pages indélébiles d'internationalisme.

Ce n'est pas un hasard si la brigade du Contingent médical international spécialisé dans les catastrophes et les grandes épidémies porte le nom d'un combattant internationaliste du 19e siècle, Henry Reeve.

Dans la riche Europe ou dans les froides montagnes enneigées du Pakistan, dans les jungles insalubres, dans les villages accablés par l'oubli et la pauvreté, sur les sables des déserts, le drapeau de l'étoile solitaire a commencé à flotter. Là où personne n'était jamais allé auparavant pour soigner les corps et les âmes, les médecins de Fidel ont répondu présent.

source : https://fr.granma.cu/mundo/2021-12-15/la-medecine-cubaine-la-ou-personne-netait-alle-auparavant
Tag(s) : #Cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :