Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Premier Secrétaire du Parti et président de la République, Miguel Diaz-Canel Bermudez, a souligné que le peuple cubain a fait preuve d'une grande capacité de résistance et ne s'est pas laissé vaincre par les difficultés. Photo: Estudio Revolución

« Ce peuple est un peuple digne, et ce peuple a eu une formidable capacité de résistance et de ne pas se laisser vaincre ». Telles ont été les réflexions du Premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba et président de la République, Miguel Diaz-Canel Bermudez, alors qu'il présidait la dernière réunion du Conseil des ministres, où ont été approuvés les projets de Plan de l’économie et de Budget de l'État pour 2022, qui seront présentés aux députés lors de la prochaine session de l'Assemblée nationale du Pouvoir populaire.
C’est avec cette disposition, c’est avec cette mentalité, que nous devons défendre le Plan de l'économie, sachant que nous allons le faire dans des conditions très défavorables, a rappelé Diaz-Canel lors de la réunion, qui était dirigée par le membre du Bureau politique du Parti et Premier ministre, Manuel Marrero Cruz.
« Nous devons le faire d'une manière inspiratrice », a-t-il souligné, « car tout ce que ce peuple a fait, au milieu de l'agression dont il a été victime, et les effets de la pandémie, est héroïque. Et cela a beaucoup à voir avec la ténacité avec laquelle il a travaillé, avec la détermination, avec l'engagement. Des erreurs ont été commises, certaines choses ne se sont pas bien passées, mais cette ténacité au fil du temps nous donne raison », a-t-il ajouté.
Nous allons critiquer tout ce qui n'a pas marché, tout ce que nous n'avons pas réussi à résoudre ; nous allons insister sur les insatisfactions, sur ce que nous voulons proposer, a-t-il souligné, mais nous allons aussi dire ce qui a été fait, parce que tout ce qui a été réalisé et les progrès qui ont été accomplis, dans les conditions actuelles, ont énormément de mérite.
Dans cet effort de relance de l'économie cubaine et de récupération des niveaux d'activité, le chef de l'État a défini la prémisse essentielle de maintenir le contrôle de la pandémie et de ne pas revenir en arrière dans la situation épidémiologique du pays.
Il a donc insisté sur la nécessité d'étudier les nouvelles souches du virus qui apparaissent dans le monde, d'achever la vaccination de l'ensemble de la population cubaine, de progresser dans l'application de la dose de rappel et dans la recherche associée à ce processus, de continuer à perfectionner le protocole de traitement de la COVID-19 et de poursuivre l'analyse critique de ce qui n'a pas fonctionné et de ce qui doit être amélioré. Il a également insisté sur la nécessité de faire avancer les services de santé qui ont été interrompus à cause de l'épidémie.
LE PLAN DE L’ÉCONOMIE : LE DÉFI DE RETROUVER NOS NIVEAUX D’ACTIVITÉ
 Après deux années de contraction de l'économie cubaine, à partir de la seconde moitié de 2021, le pays a entamé un processus progressif de relance des niveaux d'activité, qui devrait se maintenir au cours de l'année 2022, a déclaré Alejandro Gil Fernandez, vice-Premier ministre et ministre de l'Économie et de la Planification, commentant les principaux aspects qui distinguent le projet de plan conçu pour l'année prochaine.

Photo: Estudio Revolución
Photo: Estudio Revolución


Selon le ministre, l'objectif pour 2022 est d'avancer vers un processus de stabilisation macroéconomique et de reprise du rôle du peso cubain comme centre du système financier, dans le but d’enrayer le processus inflationniste ; de stabiliser le système électro-énergétique national, un aspect vital non seulement pour la croissance économique, mais aussi pour le service à la population. Accorder une attention prioritaire aux personnes, aux ménages et aux communautés en situation de vulnérabilité ; transformer le système des entreprises d’État, principal sujet du modèle économique cubain, qui nécessite un bond en termes de participation et d'efficacité ; et décentraliser les compétences en termes de plus grande autonomie des municipalités afin de promouvoir le développement territorial.
Compte tenu de ces priorités, a-t-il ajouté, des ressources ont été affectées à l'élaboration du Plan, qui prévoit également un soutien à la production nationale de médicaments, dans le but de rétablir la stabilité de leur approvisionnement.
Dans notre pays, a signalé Gil Fernandez, tout est important, mais au milieu de la situation actuelle, nous devons être capables de comprendre « ce qui vient en premier », de mieux appréhender les priorités, car il y a des questions qui sont nécessaires, mais qui passent au second plan.
Concernant les investissements en particulier, il a fait remarquer que 58% d'entre eux sont concentrés dans les secteurs prioritaires de l'économie. Il s'agit d'investissements essentiels pour le pays, a-t-il dit, qui soutiendront la croissance économique.
Parmi les principales destinations, il a souligné celles liées à la production alimentaire, aux usines de ciment et d'acier, à la création de capacités dans le secteur touristique et à la construction de logements. « Nous allouons des ressources aux investissements et nous devons les gérer le mieux possible. »
En ce qui concerne le développement territorial, le ministre de l'Économie et de la Planification a insisté sur la responsabilité sociale de tous les acteurs économiques, qui doivent participer activement aux stratégies de développement des municipalités en tant qu'instrument pour stimuler le développement économique et social de ces territoires.

Photo: Estudio Revolución
Photo: Estudio Revolución


D'autre part, il a souligné le soutien apporté aux activités scientifiques, technologiques et d'innovation. « Nous ne pouvons pas baisser les bras au milieu des pénuries », a-t-il rappelé, « mais au contraire, nous devons allouer des ressources à ces fins afin de faire progresser le développement de la nation. »
Dans la conception du Plan, a expliqué le ministre Gil Fernández, les principaux efforts sont également axés sur des aspects tels que la priorité accordée à la production alimentaire nationale, le suivi de l'amélioration du commerce intérieur, le respect du plan de circulation de détail de l'État en pesos cubains, la garantie du contrôle des dépenses à tous les niveaux budgétaires, l'efficacité du processus d'investissement et le redoublement des efforts pour attirer des investissements directs étrangers.
LE BUDGET DE L'ÉTAT POUR 2022 : CONTRIBUER À UNE MEILLEURE PERFORMANCE DE L'ÉCONOMIE
Le budget de l'État qui sera approuvé pour 2022 doit entraîner une meilleure performance de l'économie, a déclaré Meisi Bolaños Weiss, ministre des Finances et des Prix, lors de la présentation de la proposition conçue pour l'année prochaine au Conseil des ministres.
À cet égard, a-t-elle indiqué, l'objectif est de parvenir une réduction significative du financement courant au système des entreprises et aux unités budgétisées pour un traitement spécial, sur la base de la stimulation de la croissance productive des biens et services du secteur des entreprises.
Dans un scénario où l'intensification du blocus économique, commercial et financier imposé par le gouvernement des États-Unis persistera, ainsi que les effets de la crise économique provoquée par la COVID-19, le projet de Budget de l'État pour 2022 tient compte de la reprise progressive de l'économie.
Il est important, a-t-elle estimé, de ratifier la nécessité de sa croissance en termes de production d'aliments et d'autres biens, non seulement pour satisfaire les besoins actuels et la demande de la population, mais aussi en raison des revenus générés pour le Budget.
Selon les explications fournies par le ministre des Finances et des Prix, il est également prévu d’assurer une couverture financière, entre autres, pour le maintien des services et des programmes sociaux, l'attention aux situations de vulnérabilité, la transformation sociale dans les quartiers et les communautés, la réalisation des plans de construction de logements, l'attention aux mères de trois enfants mineurs ou plus, les mesures approuvées pour renforcer le secteur des entreprises, la création de nouveaux acteurs économiques et la mise en œuvre de la Tâche de réorganisation.
Les budgets locaux, a-t-elle affirmé, sont utilisés pour fournir et financer les principaux services de base et programmes sociaux du pays.
Parmi les mesures proposées pour améliorer le rendement budgétaire, la ministre Bolaños Weiss a souligné la priorité accordée dans les budgets locaux aux ressources destinées à la transformation des quartiers et des communautés, avec la participation de la population à la définition des actions à entreprendre ; le maintien du financement des subventions massives pour les produits et services à fort impact ; et l'expansion des services et des installations pour les contribuables, avec l'utilisation des nouvelles technologies de l'information et des communications.
Pour obtenir un meilleur résultat budgétaire, a-t-elle rappelé, il est indispensable de collecter davantage de recettes, et il est essentiel d'identifier et de collecter toutes les réserves qui existent à cet égard, sur la base de la reprise progressive de l'économie et de la croissance des niveaux d'activité.
Concernant les deux premières questions évaluées lors de la réunion, le Premier ministre a insisté sur la responsabilité des cadres de rechercher des solutions alternatives, d'analyser les expériences de tout ce que nous avons vécu afin ne pas commettre les mêmes erreurs, et de de d’atteindre notre véritable potentiel, encore mal inexploité.
Tout ce que nous ferons en 2022, a-t-il souligné, devra être axé sur le peuple : le peuple doit se refléter dans tout ce que nous ferons au cours de l'année à venir. En ce sens, le Premier ministre a appelé à trouver un moyen de mieux contrôler l'exécution du Plan et des budgets sur une base mensuelle, afin d'éviter l'accumulation des problèmes et de les corriger dès l'apparition d'une déviation.
« Nous n'avons pas le droit de commettre des erreurs dans des choses qui ont un impact sur la vie de la population », a-t-il souligné.
 TRAVAILLER DIFFÉREMMENT
« Nous avons conçu ce Plan de l'économie avec un ensemble de nouveaux éléments qui nous obligent à travailler de manière différente, avec une certaine souplesse, qui doit commencer par la réflexion et avec une plus grande rigueur en termes d'exigences et de contrôle », a rappelé le président de la République, en faisant référence aux deux premiers aspects analysés par le Conseil des ministres.
Les principaux processus, a-t-il dit, auront lieu au niveau la municipalité, et en cours de route, des contradictions apparaîtront que nous, depuis les structures nationales, devrons aider à résoudre.
D'où l'accent qu'il a mis sur le renforcement de la préparation à cette nouvelle réalité, ce qui nécessite une analyse de la pensée, du système structurel et de travail, mais aussi du Budget.
Les décisions des assemblées municipales concernant les budgets de leurs territoires doivent être respectées ; ce n'est pas en imposant d'en haut ce qui doit être fait, a souligné Diaz-Canel. « Nous devons être capables de savoir comment concilier les intérêts nationaux avec les intérêts territoriaux, et à l'intérieur des intérêts territoriaux, les intérêts locaux. »
« L'attention portée aux vulnérabilités dans les quartiers n’est pas une idée nouvelle », a-t-il rappelé, « cette question a été envisagée dans les budgets de cette année. Le problème, c’est que les mesures prévues n'ont pas été exécutées, parce que ces programmes n'ont pas été suivis ».
Ses réflexions ont également porté sur d'autres questions stratégiques telles que la réorganisation des entreprises, la lutte contre l'inflation, afin que dans les plus brefs délais, l'augmentation des revenus se traduise par le pouvoir d'achat dont notre population a besoin, la réalisation d'analyses financières approfondies pour réduire les coûts de production, ainsi que la relation nécessaire entre tous les acteurs de l'économie, afin que les nouvelles formes de gestion participent et s'insèrent dans les programmes de développement économique et social en cours, pour qu'elles ne soient pas considérées comme des entités séparées, mais comme une partie de la construction socialiste.
Le président a également souligné qu'il était prioritaire d'œuvrer à la promotion d'investissements étrangers plus importants et d'un commerce extérieur plus efficace, de redresser définitivement la production alimentaire, d'achever l'organisation du commerce intérieur et de continuer à réduire le déficit budgétaire du pays.
 LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS AU COEUR DES DÉBATS
Dans le cadre de l'ordre du jour de la réunion de la plus haute instance gouvernementale, le ministre du Commerce extérieur et des Investissements étrangers, Rodrigo Malmierca Diaz, a présenté une proposition d'actualisation de la politique en matière d'investissements étrangers dans le pays, qui, depuis son approbation fin 2013, a fait l'objet d'ajustements, tant au niveau de ses principes généraux que sectoriels.
Malgré les modifications apportées, a-t-il indiqué, les résultats en matière d'investissements étrangers sont bien en deçà des besoins du pays.
Parmi les corrections proposées, Malmierca Diaz a cité la modification du principe faisant référence au lien entre les capitaux étrangers et les formes de gestion non étatiques, afin que les investissements étrangers puissent également être orientés vers le développement de formes de propriété non étatiques ayant un statut de personnes morales.
Il a également expliqué que des ajustements sont apportés aux principes approuvés pour la participation des coopératives agricoles aux associations économiques internationales, conformément aux mesures approuvées en 2021 afin d’encourager la production alimentaire.  Jusqu'à présent, a-t-il rappelé, il était obligatoire pour une entité étatique de participer à ce type d’affaire.
Avant que la mise à jour de la politique ne soit approuvée par les membres du Conseil des ministres, le Premier ministre a fait remarquer que Cuba dispose d'une bonne loi sur les investissements étrangers, ce qui ne fonctionne pas bien, c'est la manière dont nous l'appliquons ou dont nous profitons de tous les avantages des normes juridiques en termes de promotion des affaires.
Il s'agit d'une question, a-t-il dit, dans laquelle il est également nécessaire d'être plus proactif.

source : https://fr.granma.cu/cuba/2021-12-01/diaz-canel-defendre-le-plan-de-leconomie-dune-maniere-inspiratrice
Tag(s) : #Cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :