Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Guillermo Alvarado (RHC)

Les États-Unis aiment se présenter comme le pays des rêves et des droits de l’homme et distribuent à tort et à travers des éloges et des sanctions à d’autres peuples tel qu’un arbitre implacable, alors qu’ils figurent sur la liste des pays ayant signé ou ratifié le nombre le plus réduit de conventions internationales sur ce thème.

Pour n’en citer que certains exemples, ils ne font pas partie des conventions sur les droits des enfants,  sur l’élimination de toute forme de discrimination à l’égard des femmes ; ils ne reconnaissent ni la Cour Pénale Internationale, ni l’interdiction des armes à sous munition.

Il est honteux que dans le pays le plus riche du monde près de 12 millions d’enfants soient pauvres, souffrent de malnutrition, doivent travailler dès leur plus jeune âge et abandonnent les études, ce qui compromet leur avenir.

Un enfant sur dix n’a pas d’assurance maladie et parmi les minorités ethniques, 25% ne reçoit pas de programme de vaccination complet. Et tous, sans exception, vivent dans un environnement extrêmement pollué.

Chaque habitant de ce pays, produit en moyenne 19 tonnes de dioxyde de carbone par an, ce qui a des effets néfastes pour la santé humaine et la nature.

Rien n’illustre mieux la manière contradictoire dont les droits de l’homme sont appliqués aux États-Unis, que deux faits qui se sont produits le mois dernier. 

Le 19 novembre, un jury a acquitté le jeune blanc Kyle Rittenhouse qui, en aout 2020, lorsqu’il avait 17 ans, a tiré avec un fusil de chasse sur un groupe de manifestants, tuant deux personnes et en a blessant une troisième.

De l’avis du tribunal, l’adolescent avait agi en état de légitime défense, alors qu’il avait voyagé armé près de 30 kilomètres pour commettre le crime. Mais ce n’est pas le pire.

L’ancien président Donald Trump l’a reçu avec tous les honneurs et la représentante républicaine de l’état de Géorgie, Marjorie Taylor Greene, a présenté une proposition de loi visant à lui décerner la Médaille du Congrès, une décoration réservée aux personnalités notables.   

D’autre part, le 30 novembre, Ethan Crumbley, de 15 ans, est entré dans une école du Michigan portant un pistolet calibre 9 mm, tuant quatre camarades de classe et en blessant six d’autres , y compris l’enseignante.

Il a été accusé de terrorisme et sera jugé comme un adulte, ce qui est interdit par la Convention relative aux droits de l’enfant.

Pourquoi la différence dans le traitement de ces deux cas ? Tout simplement les amis, Rittenhouse a tiré sur des membres de l’organisation Blake Lives Matter, et de ce fait il est considéré presque un héros national.

Cependant, Crumbley a tué d’autres enfants blancs au lycée d’Oxford High School et de ce fait il est qualifié de grand terroriste. Ce qui n’est pas remis en cause, c’est que tous les deux avaient toutes les facilités pour se procurer des armes à feu et décharger leur haine, leurs frustrations et leurs craintes, qu’un système pervers leur inoculent minute après minute.

Édité par Reynaldo Henquen

source : https://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/279184-des-droits-pas-si-droits-que-ca

 

Tag(s) : #Cuba, #USA

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :