Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Samedi 6 novembre 2021
V.I. Lénine : Lettre à la veille de la Révolution d'Octobre


La lettre suivante, écrite par Vladimir Ilitch Lénine le 24 octobre (6 novembre) 1917, à la veille de la grande révolution socialiste d'octobre, était adressée aux membres du Comité central du Parti ouvrier social-démocrate russe (bolcheviks) :
Camarades,

J'écris ces lignes le 24 au soir. La situation est critique à l'extrême. En fait, il est maintenant absolument clair qu'il serait fatal de retarder le soulèvement. De toutes mes forces, je demande aux camarades de se rendre compte que tout ne tient plus qu'à un fil, que nous sommes confrontés à des problèmes qui ne doivent pas être résolus par des conférences ou des congrès (même des congrès de Soviets), mais exclusivement par les peuples, par les masses, par la lutte du peuple armé.


L'assaut bourgeois des Kornilovites et la destitution de Verkhovsky montrent que nous ne devons pas attendre. Il faut à tout prix, ce soir même, arrêter le gouvernement, après avoir d'abord désarmé les élèves officiers (les vaincre, s'ils résistent), et ainsi de suite.

Il ne faut pas attendre ! Nous pouvons tout perdre !

La valeur de la prise immédiate du pouvoir sera la défense du peuple (pas du congrès, mais du peuple, de l'armée et des paysans en premier lieu) contre le gouvernement kornilovite, qui a chassé Verkhovsky et a ourdi un second complot kornilovien.

Qui doit prendre le pouvoir ?

Ce n'est pas important pour le moment. Que le Comité militaire révolutionnaire le fasse, ou " quelque autre institution " qui déclarera qu'elle ne cédera le pouvoir qu'aux vrais représentants des intérêts du peuple, des intérêts de l'armée (la proposition immédiate de la paix), des intérêts des paysans (les terres à prendre immédiatement et la propriété privée à abolir), des intérêts des affamés.

Tous les districts, tous les régiments, toutes les forces doivent être mobilisés immédiatement et envoyer leurs délégations au Comité militaire révolutionnaire et au Comité central des bolcheviks avec la demande insistante que, sous aucun prétexte, le pouvoir ne soit laissé aux mains de Kerensky et Cie jusqu'au 25 ; pas sous aucun prétexte ; la question doit être tranchée sans faute ce soir même, ou cette nuit même.

  - L'histoire ne pardonnera pas aux révolutionnaires de tergiverser alors qu'ils pourraient être victorieux aujourd'hui".

 L'histoire ne pardonnera pas aux révolutionnaires de tergiverser alors qu'ils pourraient être victorieux aujourd'hui (et ils le seront certainement aujourd'hui), alors qu'ils risquent de perdre beaucoup demain, en fait, ils risquent de tout perdre.

Si nous prenons le pouvoir aujourd'hui, nous le prenons non pas en opposition aux Soviétiques mais en leur nom.

La prise du pouvoir est l'affaire du soulèvement ; son objectif politique deviendra clair après la prise du pouvoir.

Ce serait un désastre, ou une pure formalité, d'attendre le vote hésitant du 25 octobre. Le peuple a le droit et le devoir de décider de telles questions non pas par un vote, mais par la force ; dans les moments critiques de la révolution, le peuple a le droit et le devoir de donner des instructions à ses représentants, même à ses meilleurs représentants, et de ne pas les attendre.

L'histoire de toutes les révolutions le prouve ; et ce serait un crime infini de la part des révolutionnaires que de laisser passer la chance, sachant que le salut de la révolution, l'offre de paix, le salut de Petrograd, le salut de la famine, le transfert des terres aux paysans dépendent d'eux.

Le gouvernement vacille. Il faut lui donner le coup de grâce à tout prix.

Tout retard dans l'action est fatal.

Œuvres complètes de Lénine,
Editions du Progrès, Moscou,
Volume 26, 1972, pp. 234-235.

source : https://www.idcommunism.com/2021/11/vi-lenin-letter-on-eve-of-october-.html

Tag(s) : #Lenine, #URSS

Partager cet article

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :