Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dimanche 10 octobre 2021
République tchèque : Pourquoi le Parti communiste de Bohême et Moravie a-t-il échoué aux élections ?


Pour la première fois depuis 1948, le Parti communiste de Bohême et de Moravie (KSČM) ne sera représenté dans aucune des deux chambres du gouvernement tchèque.

Lors des élections de cette semaine en République tchèque, le Parti communiste de Bohême et de Moravie a obtenu 3,62 % des voix avec presque tous les bureaux de vote, soit moins que les 5 % nécessaires pour entrer au Parlement.
"Je suis très déçu car c'est un très gros échec", a déclaré Vojtech Filip, leader du KSČM, qui a également démissionné. 


Pour le Parti communiste, les résultats sont amers, mais pas inattendus. L'intérêt des électeurs pour le parti a fortement diminué au cours de la dernière décennie, et le KSČM n'a pas réussi à obtenir de sièges à la chambre haute du pays, le Sénat, en 2018 ou 2020.

En 2017, le Parti communiste a remporté 7,8 % des voix lors de l'élection législative tchèque, la première fois qu'il est passé sous la barre des 10 %. Mais en 2018, le parti a signé un accord de partage du pouvoir avec le gouvernement de centre-droit du Premier ministre Andrej Babis. Les 15 députés appartenant au Parti communiste de Bohême et de Moravie (KSCM) ont fourni les voix nécessaires pour permettre la formation d'un pacte entre le mouvement néolibéral "Action des citoyens mécontents" (ANO) de Babis et les sociaux-démocrates (CSSD).

À l'époque, nous écrivions sur la question :  
"La décision du CC du KSCM d'apporter son soutien à un gouvernement de coalition bourgeois suscite des inquiétudes raisonnables chez les communistes, tant en République tchèque qu'à l'étranger. Quelle sera la position du KSCM dans les politiques anti-ouvrières et anti-populaires que le gouvernement de Babis mettra en œuvre - tôt ou tard ? La participation d'un parti communiste à un gouvernement bourgeois est toujours un risque extrêmement dangereux qui, presque certainement, conduit à la dégénérescence idéologique et politique du parti et à la suppression de ses caractéristiques marxistes-léninistes" .

Après les renversements contre-révolutionnaires des années 1980 en Tchécoslovaquie et la formation de la République tchèque en 1993, les communistes ont réussi à obtenir des résultats électoraux positifs aux élections, étant une source d'inspiration pour les personnes qui ont résisté à la barbarie capitaliste. 

Il ne fait aucun doute que le Parti communiste de Bohême et de Moravie a apporté pendant de nombreuses années une contribution importante à la lutte contre les politiques anti-ouvrières des gouvernements bourgeois, étant une force politique qui représentait les droits et les intérêts de la classe ouvrière tchèque. 

Cependant, les illusions concernant la participation à un gouvernement de coalition se sont avérées désastreuses. Le KSCM n'avait aucune raison réelle - quelle qu'elle soit - d'apporter son soutien au gouvernement d'Andrej Babis en 2018. L'échec électoral d'hier est le résultat de cette politique. 

Le rôle d'un parti communiste n'est pas de cultiver des illusions sur la perspective d'un "gouvernement progressiste" dans le contexte du capitalisme. Au contraire, son rôle est dans les rues, sur les lieux de travail et dans les universités, dans chaque quartier ouvrier où bat le cœur de la lutte des classes. 

source : https://www.idcommunism.com/2021/10/czech-republic-why-did-communist-party-of-bohemia-and-moravia-fail-in-the-elections.html

Tag(s) : #KSCM, #Communiste

Partager cet article

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :