Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Le Venezuela dénonce la visite du secrétaire Blinken en Colombie comme faisant partie d'une stratégie d'agression soutenue contre le peuple vénézuélien.
Le gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela dénonce devant la communauté internationale que la récente visite du Secrétaire d'État des États-Unis d'Amérique, Antony Blinken, en Colombie fait partie d'une stratégie soutenue d'agression contre le peuple vénézuélien et ses institutions démocratiques. C'est un manque de respect envers le peuple colombien frère que d'utiliser son territoire pour attaquer le Venezuela, alors que ce pays traverse l'un des pires bouleversements sociaux de son histoire en raison de la mauvaise gestion de M. Duque, qui dissimule opportunément son échec derrière le soutien inconditionnel qu'il reçoit des États-Unis.

Le peuple américain, à son tour, a montré des signes clairs de vouloir laisser derrière lui les pratiques suprématistes, racistes et violentes du gouvernement précédent qui ont tant nui à sa crédibilité et à ses relations internationales. En ce sens, avant de lancer des attaques infondées contre le Venezuela, le secrétaire d'État devrait rendre des comptes à son propre peuple pour la promotion et la défense immorales d'un gouvernement responsable de massacres violents. Les organisations de défense des droits de l'homme ont enregistré, rien qu'au cours de la récente grève nationale, pas moins de 1 708 cas de violence de la part des forces de sécurité, 37 homicides commis par la police, 222 victimes de violences policières, 831 détentions arbitraires de manifestants, 312 interventions violentes des forces de sécurité, 22 victimes d'agressions à l'œil, 110 cas de coups de feu tirés par la police et 10 victimes de violences sexuelles. A cela s'ajoute la disparition forcée de 775 personnes. Ce point n'a pas été abordé par le secrétaire Blinken en Colombie.

Le secrétaire d'État devra également rendre compte au peuple des États-Unis de l'augmentation, même sous l'administration du président Biden, de la production de cocaïne dans un pays considéré comme un allié stratégique dans la lutte contre le trafic de drogue. Selon le Bureau de la politique nationale de lutte contre la drogue de la Maison Blanche, la Colombie a enregistré une augmentation record de près de 15 % de la production de coca entre 2020 et 2021. La production de cocaïne, quant à elle, est passée de 936 à 1 010 tonnes. Cette augmentation se reflète également dans les chiffres de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime, qui a révélé dans son suivi 2020 que la production de cocaïne de la Colombie a augmenté de 8 %, soit quelque 1 228 tonnes. La Colombie représente désormais 70 % de l'approvisionnement mondial en cocaïne.

Le secrétaire d'État devrait expliquer au peuple des États-Unis sur quoi repose son soutien qui a permis l'augmentation des activités paramilitaires et criminelles. Selon le rapport d'octobre 2020 de l'Institut d'études sur le développement et la paix (Indepaz) sur les groupes narco-paramilitaires en Colombie, il existe environ 200 structures criminelles, dont 11 sont des groupes armés aux structures définies. Cela correspond à environ 2 694 criminels armés. De même, le crime organisé a prospéré en Colombie, au point d'être considéré comme le deuxième pays le plus criminel du monde, selon le Global Organised Crime Index 2021. L'accord de paix qui a coûté si cher au peuple colombien et suscité tant d'attentes aux États-Unis a également souffert de l'inaction du gouvernement de M. Duque. Le secrétaire d'État devrait expliquer au peuple américain pourquoi il soutient un gouvernement qui a autorisé l'assassinat d'au moins 1 111 dirigeants sociaux, dont près de la moitié travaillaient à la mise en œuvre de l'accord.

Face à cette malheureuse réalité, il est important de souligner que le peuple bienveillant et juste des États-Unis d'Amérique n'a pas élu un nouveau président pour s'associer à un gouvernement criminel ou pour mener une nouvelle politique de déstabilisation en Amérique latine. La majorité du peuple américain n'a pas non plus voté pour l'ouverture de nouveaux conflits ou une agression accrue contre le Venezuela. Au contraire, ils ont voté pour de nouvelles politiques qui reflètent réellement les valeurs traditionnelles de respect de la liberté et de la démocratie. L'administration américaine actuelle a encore le temps de rectifier et d'éviter de mener une politique étrangère hostile à l'égard du Venezuela, dont la seule issue possible sera de tomber dans une nouvelle spirale honteuse d'erreurs et d'échecs.

source : http://mppre.gob.ve/comunicado/bliken-colombia-sostenida-agresion/

Tag(s) : #Venezuela, #colombie, #USA

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :