Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le Quotidien du Peuple en ligne | 30.09.2021 10h39 
 

La Chine a considérablement réduit l'écart de richesse, élargi la couverture des services publics et stimulé la consommation de produits culturels alors que la nation la plus peuplée du monde s'est transformée en une société modérément prospère à tous égards, ou « Xiaokang Shehui », ont déclaré des responsables.

La Chine a annoncé plus tôt cette année qu'elle avait éliminé la pauvreté absolue, atteint la « Xiaokang » et qu'elle s'est lancée dans une nouvelle tâche pour revitaliser les régions rurales et atteindre la prospérité commune. Pour marquer ce succès, le Bureau d'information du Conseil des Affaires d'Etat -le gouvernement chinois- a publié le 28 septembre un livre blanc intitulé « Le voyage épique de la Chine de la pauvreté à la prospérité ».

Il a indiqué que le coefficient d'Engel (la proportion d'argent dans les dépenses des ménages consacrée à l'alimentation) des résidents urbains était en baisse, passant de 57,5% en 1978 à 29,2% en 2020, tandis que celui des résidents ruraux est passé de 67,7% à 32,7% au cours de cette même période. Un coefficient décroissant signifie qu'un pourcentage plus faible du revenu est dépensé pour la nourriture et d'autres nécessités et indique un revenu croissant.

Ning Jizhe, chef du Bureau national des statistiques, a précisé lors d'une conférence de presse après la publication du document que le ratio de revenu disponible urbain-rural était de 2,56 l'année dernière, contre 2,99 une décennie plus tôt, ajoutant que le ratio de revenu disponible entre les régions provinciales les plus riches et les plus pauvres (Shanghai et la province du Gansu, respectivement) était de 3,55 l'année dernière, contre 4,62 en 2010, lorsque les régions les plus riches et les plus pauvres étaient respectivement Shanghai et la région autonome du Tibet.

Depuis 2012, « l'écart de richesse existe toujours mais a continué à se réduire entre les zones urbaines et rurales et entre les différentes régions et groupes », a encore noté M. Ning, qui est également directeur adjoint de la Commission nationale pour le développement et la réforme, rappelant que le coefficient de Gini de la Chine, une estimation couramment utilisée des inégalités, était de 0,468 l'année dernière, contre un pic de 0,491 en 2008.

L'expansion rapide des services publics a également contribué à atténuer les déséquilibres. Le plan de santé de la Chine couvre désormais 1,35 milliard de personnes et le programme de fonds de pension couvre 1 milliard. Le pays a également construit plus de 80 millions de logements abordables, au profit d'environ 200 millions de personnes.

« Au cours de la période du 14e Plan quinquennal (2021-25), la Chine continuera à contrôler et à réduire cet écart. Nous ferons de plus gros gâteaux et les diviserons plus équitablement », a-t-il déclaré.

La prospérité s'est reflétée dans les recettes du box-office et du tourisme. Xu Lin, directeur du Bureau d'information du Conseil des Affaires d'Etat, a ainsi indiqué lors de la conférence de presse que la Chine compte plus de 80 000 écrans, le plus grand nombre au monde. Les revenus du box-office national ont dépassé 60 milliards de yuans (9,3 milliards de dollars) en 2018 et ont atteint 64,2 milliards de yuans en 2019, le deuxième chiffre le plus élevé au monde.

La Chine a enregistré 20,4 milliards de yuans au box-office (le plus élevé au monde) l'année dernière malgré les perturbations induites par la pandémie de COVID-19 et est restée en tête au cours des huit premiers mois de cette année, avec 32,8 milliards de yuans. Par ailleurs, en 2019, les touristes chinois ont effectué plus de 6 milliards de visites et généré 5 700 milliards de yuans de revenus touristiques, a-t-il souligné.

« La prospérité commune n'est pas seulement la richesse matérielle, mais aussi la prospérité spirituelle », a déclaré M. Xu, qui est également directeur adjoint du département de la publicité du Comité central du Parti communiste chinois. « Le développement global des personnes et le progrès global de la société sont en cours de réalisation », a-t-il ajouté.

Selon M. Xu, le succès de la « Xiaokang » signifie que la Chine a atteint un objectif majeur dans ses efforts de modernisation et de rajeunissement national, mais il a reconnu que le développement reste déséquilibré et incomplet. Il a aussi rappelé que travailler dur est la seule voie vers la prospérité pour le plus grand pays en développement du monde, avec 1,4 milliard d'habitants. « Le peuple chinois ne peut pas attendre que les bons jours arrivent tout seuls, ni demander aux autres de le faire », a-t-il dit. « Travailler dur est le seul moyen ».

Le livre blanc indique également que le PIB national de la Chine a augmenté de 9,2% en moyenne chaque année depuis 1979, contre une moyenne mondiale de 2,7% au cours de la même période. La Chine a aussi été le premier pays à contenir la COVID-19, à rouvrir son économie et à réaliser une reprise économique.

De plus, depuis 1978, la Chine a réussi à sortir 770 millions d'habitants de la pauvreté conformément au seuil de pauvreté de la Banque mondiale, ce qui représente 70% du progrès mondial, a-t-il souligné. Le succès de la Chine a renforcé « la confiance et la force » d'autres peuples aux prises avec la pauvreté, étant donné que les efforts mondiaux de lutte contre la pauvreté ont régressé ces dernières années, a-t-il conclu.

(Rédacteurs :Yishuang Liu, Ying Xie)
source : http://french.peopledaily.com.cn/Chine/n3/2021/0930/c31354-9903143.html

Tag(s) : #Chine

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :