Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SPECIAL | La CELAC est née pour défendre l'unité sans tutelle
17/09/2021

Karla cotoret
Partagez !
Mexico, Mexique - La Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) est née pour défendre l'unité sans tutelle, dans des conditions d'égalité et sans l'intervention de puissances extra-régionales.  Ces prémisses sont défendues par les 33 pays qui composent cette formule unioniste, qui sera débattue ce samedi lors du VIe Sommet des chefs d'État et de gouvernement au Palais national du Mexique, à Mexico.

Le bloc intégrationniste a été fondé lors du Sommet de l'Unité de l'Amérique latine et des Caraïbes qui s'est tenu sur la Riviera Maya en 2010, à l'initiative de la nation aztèque alors qu'elle occupait les présidences du Groupe de Rio - héritier du Groupe de Contadora - et du Sommet de l'Amérique latine et des Caraïbes sur l'intégration et le développement.

Cependant, c'est le 3 décembre 2011 qu'elle a été officiellement institutionnalisée avec la Déclaration de Caracas, dans laquelle les nations ont entériné la création de la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes, avec la particularité de ne pas envisager la participation du Canada et des États-Unis, afin de répondre à un critère d'unité culturelle fondé sur des origines communes et à la volonté de construire un agenda propre à la région.

Aujourd'hui, la conviction d'une unité sans tutelle va de pair avec la vision émancipatrice du libérateur Simón Bolívar, il y a plus de 200 ans. Dès ses débuts, le mécanisme progressiste s'est fondé sur les principes les plus importants de la coexistence, non seulement dans nos pays d'Amérique latine et des Caraïbes, mais aussi au niveau mondial, en orientant ses actions sur le respect du multilatéralisme, de la Charte des Nations unies, du droit international, de la non-ingérence dans les affaires intérieures, de l'égalité juridique des États et du droit des peuples à être libres et souverains.

Afin d'ouvrir la voie pour garantir ces postulats, un espace de dialogue, de coopération et de recherche de consensus a vu le jour, ainsi que pour générer une position commune pour l'Amérique latine et les Caraïbes dans les débats mondiaux et pour pouvoir influencer le processus décisionnel mondial.

Depuis sa naissance, la CELAC a traversé une étape fondatrice authentique et originale qui marque sa consolidation, mais elle a également dû relever d'importants défis face à la nécessité de construire un nouvel ordre mondial.

Dans cette dynamique, la CELAC a résisté aux plans néolibéraux qui visaient à l'affaiblir et à l'immobiliser afin qu'elle ne puisse pas prendre part aux débats mondiaux, coordonner les positions et prendre des décisions.

Renouveau et revitalisation

La CELAC, qui est aujourd'hui revigorée et revitalisée, compte également parmi ses principales réalisations la réaffirmation à la réunion de tous les pays d'Amérique latine et des Caraïbes.

Elle ratifie également la disposition historique à avancer sur la voie de l'intégration, de l'unité véritable et authentique, de l'attention aux besoins humains, politiques, économiques et sociaux des peuples ayant une histoire, une culture et une origine historique communes.

Les défis dans le bloc

Les défis de ce bloc sont en train d'être évalués et travaillés par les nations membres face à une nouvelle dynamique qui s'est imposée suite à une nouvelle réalité due à la pandémie de Coronavirus (COVID-19), un scénario qui a forcé un changement dans l'échiquier géopolitique, donnant ainsi lieu à l'imposition de conditions exceptionnelles et ayant un impact sur les tendances politiques de nombreux pays.

En ce sens, le rôle des gouvernements néolibéraux est devenu discutable en période de pandémies, où ces acteurs ne sont pas la garantie dont les populations ont besoin pour préserver la santé, le développement durable et la vie même des gens.

C'est ainsi qu'un processus de reconfiguration politique est actuellement vécu, non seulement dans cette région, mais aussi dans de nombreuses parties du monde, générant un impact significatif sur les cadres d'intégration, comme c'est le cas pour la CELAC.

Dans sa trajectoire, cette organisation intégrationniste brandit le drapeau de Simón Bolívar et souligne l'urgence de faire progresser l'intégration, la coopération et la nécessité pour la région en tant que bloc d'embrasser l'idée bolivarienne d'unité dans la recherche de la sécurité sociale suprême des peuples et de l'unité authentique des pays sans l'ingérence ou l'intervention de puissances étrangères comme les États-Unis et le Canada.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Les nations qui composent la CELAC sont : Antigua-et-Barbuda, Argentine, Bahamas, Barbade, Belize, Bolivie, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Cuba, Dominique, République dominicaine, Équateur, El Salvador, Grenade, Guatemala, Guyane, Haïti, Honduras, Jamaïque, Mexique, Nicaragua, Panama, Paraguay, Pérou, Sainte-Lucie, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Suriname, Trinité-et-Tobago, Uruguay et Venezuela.

Un autre des principaux objectifs du groupe de nations est axé sur la promotion, par exemple, d'un accord politique, la promotion de l'agenda des pays qui composent le groupe et le positionnement de la région sur les questions mondiales.

À cette occasion, le VIe Sommet encouragera les processus de dialogue avec d'autres acteurs politiques, favorisant ainsi une plus grande coordination entre les différents pays.

Presidential Press / Anaís Pérez

source : http://www.minci.gob.ve/especial-la-celac-nacio-en-defensa-de-una-unidad-sin-tutelajes/

Tag(s) : #CELAC

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :