Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Par Maylín Vidal

Buenos Aires, 13 septembre (Prensa Latina) Les résultats des élections primaires, ouvertes, simultanées et obligatoires (PASO) ont mis lundi le gouvernement d'Alberto Fernández dans une situation difficile face à l'opposition avant les élections générales de novembre. 

La première phase des élections législatives a donné un aperçu de ce qui nous attend dans les 63 jours qui nous séparent du 14 novembre, date à laquelle le Congrès sera enfin réorganisé, avec l'élection de 24 nouveaux sénateurs (sur un total de 72) et de 127 députés sur 257 sièges.

Surprise chez plusieurs et  inquiétude parmi d'autres devant l'avancée d'une opposition dont le discours depuis le début de l'administration actuelle est de plus en plus agressif.

Le Frente de Todos, parti pro-gouvernemental, devra regagner la confiance de la rue pour ne pas perdre ce qu'il a obtenu dans les urnes il y a deux ans.

S'agit-il d'un vote de sanction, d'une lassitude à l'égard d'un gouvernement qui a dû porter un lourd fardeau en ces temps ? Ce sont les questions posées de ce côté du cône sud, où les primaires ont donné un aperçu du soutien de Juntos por el Cambio dans 17 provinces plus la capitale,  gouverné par lui  depuis 14 ans.

Le Frente de Todos devra se battre pour conserver son propre quorum lors du remplacement des sièges au Sénat, où il détient actuellement la majorité.

À en juger par les résultats des primaires, il aura beaucoup de travail à faire, puisqu'il n'a réussi à gagner que dans deux des six provinces qui changent de siège à la chambre haute.

Le mouvement de l'opposition dans les districts les plus importants, comme la province de Buenos Aires et la capitale, a été une surprise.

L'ancienne gouverneure de Buenos Aires, María Eugenia Vidal, détrônée lors des élections de 2019, a obtenu les voix nécessaires pour aller chercher un siège représentant désormais la capitale.

Pour sa part, l'actuel chef adjoint du gouvernement de la capitale, Diego Santilli, a salué le soutien dont il a bénéficié dans la province de Buenos Aires. Juntos por el Cambio a également gagné dans les districts où il était prévisible, comme Córdoba et Jujuy, et dans d'autres comme Santa Cruz et Chaco.

La mauvaise nuit du parti au pouvoir a été très différente pour l'opposition, mais pas seulement pour Juntos por el Cambio. Lors de ces élections, une autre force politique a émergé dans la capitale : La libertad avanza, dirigé par l'économiste Javier Milei, qui se proclame comme le nouveau libertaire.

Les primaires, transformées en un grand sondage, ont eu raison du gouvernement qui, trois mois seulement après son entrée en fonction, a dû faire face à la crise économique dont il a hérité, une dette sans précédent contractée par l'ancien président Mauricio Macri auprès du Fonds monétaire international.

Pendant cette période, il a dû gouverner en pleine pandémie, réussir à restructurer la dette extérieure, résister aux exigences de ceux qui demandaient de donner la priorité à l'économie et marcher contre la quarantaine et le matraquage constant des grands monopoles médiatiques.

Calme et d'humeur égale, le président Alberto Fernández a pris acte des résultats des primaires, qui ont montré une radiographie de la situation politique, et a souligné que rien n'est plus important que d'écouter le peuple.

Accompagné de la vice-présidente Cristina Fernández, il s'est adressé à la nation depuis le bunker du Frente de Todos : « Nous tous ici présents écoutons le verdict avec respect et attention, car sachant que des erreurs ont été commises et que nous en tirons des leçons. »

Optimiste quant à la possibilité de faire basculer l'élection dans les urnes en novembre, Mme Fernández a souligné devant ses compatriotes que « deux modèles sont en jeu dans le pays, un inclut tout le monde et l’autre laisse des millions de personnes sur la touche ».

Le président a assuré ne souhaiter  rien de plus que de terminer son mandat en laissant un pays sur pied, sans pauvres et avec des gens qui travaillent.

Convaincu qu'il n'y a pas de temps à perdre, il entame aujourd'hui une nouvelle journée sur la route des élections générales en rappelant que la campagne ne faisait que commencer.

En novembre, « nous allons renverser cette histoire », a-t-il présagé.

jcc/jcm/mai

source : http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=887268:les-primaires-en-argentine-un-revers-majeur-pour-le-gouvernement&opcion=pl-ver-noticia&catid=19&Itemid=101

Tag(s) : #argentine

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :