Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Aussi nombreuses que celles qui se sont déroulées dans n'importe quelle école de toute autre éducation sont les histoires d’ « adolescents » qui ont pu être racontées, pour des générations successives, parmi celles et ceux qui ont passé une partie de leur vie dans un uniforme militaire coloré qui les distinguait partout où ils allaient : « Regardez, ce sont des Camilitos ! »

Auteur: Dilbert Reyes Rodriguez, | informacion@granma.cu

24 septembre 2021 08:09:18


Photo: Freddy Pérez Cabrera
Aussi nombreuses que celles qui se sont déroulées dans n'importe quelle école de toute autre éducation sont les histoires d’ « adolescents » qui ont pu être racontées, pour des générations successives, parmi celles et ceux qui ont passé une partie de leur vie dans un uniforme militaire coloré qui les distinguait partout où ils allaient : « Regardez, ce sont des Camilitos ! ».

Oui, c'étaient des écoles militaires, mais dans le cadre d'une discipline formatrice qui ne cachait pas, avec la rigueur naturelle de la martialité, la jovialité, l'audace et la rêverie propres à la jeunesse, encore en train de forger la personnalité, période d'indécision admissible, même si le caractère est mûr pour devenir des hommes et des femmes de bien.

Camilo Cienfuegos fut un chef militaire exceptionnel, mais jamais il ne se départit de son sourire ou de sa cubanité. Peut-être que les fondateurs, il y a 55 ans, des écoles militaires qui portent aujourd'hui son nom pensaient au Héros de Yaguajay, comme un atout et une condition de patriotisme et d'intégrité, de Révolution et de vitalité.

« Un exemple de centres de formation pour jeunes révolutionnaires avec une préparation intégrale ». C'est ainsi que le Premier secrétaire du Comité central du Parti et président de la République, Miguel Diaz-Canel Bermudez, les a décrites jeudi, via Twitter, en évoquant leur création, le 23 septembre 1966, à l'initiative du général d'armée Raul Castro Ruz.

L'idée est venue de Raúl, d'abord pour les orphelins de compatriotes tombés dans la lutte de libération, puis, avec une vision plus large, il a imaginé la formation d'une pépinière de jeunes dans des écoles militaires qui par la suite seraient prêts à faire carrière comme officiers des Forces armées révolutionnaires (FAR).

« Raul a toujours eu foi dans les Camilitos, en raison de ce qu'ils représentent pour les forces armées et pour le pays », devait déclarer un jour à Holguin Jorge Risquet, un combattant et un homme politique cubain de premier plan.

Parmi les anciens Camilitos, beaucoup portent aujourd'hui les épaulettes de général et d'autres grades élevés, et occupent des postes de haut rang, qui, avec d'autres, également très bien formés, sont les garants de la défense du pays.

Dans ceux d'hier et d'aujourd'hui vit le héros jovial qui leur a donné leur nom, et il ne vieillit pas, et sa témérité et sa force ne faiblissent pas, face au danger, ferme dans la résistance, comme Camilo l'était alors, comme Cuba l'est encore et le sera toujours.

source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-09-24/de-camilo-le-nom-lexemple-et-la-vocation

Tag(s) : #Cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :