Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Caravane Victoire populaire. Échange de Diaz-Canel avec les jeunes. Photo: Estudios Revolución

Forte de la diversité, de l'engagement et de la richesse des idées de notre jeunesse, l'université historique de La Havane a été une fois de plus le théâtre d'un dialogue honnête et décontracté avec les jeunes. Ce jeudi, à l'aube, ils étaient une centaine sur l'emblématique place Cadenas à attendre un invité de marque : le rendez-vous était fixé avec le premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba et président de la République, Miguel Diaz-Canel Bermudez.
Les personnes qui l'attendaient étaient des étudiants universitaires, également en sciences médicales, des enseignants, des paysans, des travailleurs de la santé, des employés des services... et aussi des travailleurs indépendants, avec une représentation non seulement de jeunes de la capitale, mais de l’ensemble du pays.
C'est ainsi qu'ils ont été présentés par la Première secrétaire du Comité national de l’Union des jeunes communistes, Aylin Alvarez García, au début de la réunion. Elle a exprimé sa certitude que « c'est nous-mêmes, les jeunes, qui sommes appelés à contribuer, à transformer, à participer... ».
Installés en plein air, sur les marches qui mènent aux salles de classe de la Faculté de Mathématiques et d'Informatique, les jeunes ont parlé pendant un peu plus de trois heures du changement des façons de faire, des expériences utiles qui peuvent être généralisées, des erreurs qui peuvent et doivent être corrigées en vue de construire une société meilleure, des projets de vie, de la nécessité du dépassement de soi et de son lien avec la résolution de problèmes réels, de combien la pandémie nous a changés, de l'union des forces, d'aller dans les quartiers pour s’impliquer transformations en cours… Des nombreux défis qui les attendent aujourd'hui.
Et comme il est impossible, lorsqu'on parle de jeunes, de ne pas parler de ceux qui font aujourd'hui partie du système de santé publique cubain, Aylin a d'abord donné la parole au Dr Alexis García, de la polyclinique Moncada, de La Havane.
À partir de ses expériences sur place, et également liées aux tâches les plus diverses entreprises dans la communauté et dans les centres de vaccination, le médecin a reconnu l'intégrité, la responsabilité et l'humanisme avec lesquels les jeunes ont accompli leur travail.
Il a appelé à continuer de renforcer l'action intersectorielle, afin que chaque centre de travail d'une communauté puisse se joindre aux actions menées au niveau communautaire et soutenir les médecins, qui ont non seulement le défi de vaincre la COVID-19, mais aussi de donner une continuité aux différents programmes de santé mis en place dans le pays.
De jeunes étudiants universitaires sont également arrivés dans les quartiers animés d'une formidable volonté de promouvoir les changements qui s'imposent dans chaque communauté, sur la base de la participation et de l'action, notamment de ceux qui y vivent. Avec une énorme volonté, ils ont également participé aux actions de lutte contre l'épidémie, « qui n'ont été ni moindres ni faciles », comme l’a souligné l'étudiante en Droit Karla Santana.
Alors que le pays est confronté un terrible défi épidémiologique, a-t-il déclaré, nos jeunes ont été nourris idéologiquement, ont gagné en sensibilité et ont vécu un exercice collectif de solidarité sincère.
La pandémie nous a permis de rencontrer des jeunes de grande valeur, ayant le sens des responsabilités et la volonté d'agir. L'un des plus grands défis consiste à présent à réfléchir à la manière de canaliser cette volonté afin qu’ils puissent se sentir utiles dans tout ce qu'ils font, a-t-il affirmé.
David Frank, danseur et professeur à l'Institut supérieur d'art, a également évoqué l'utilité et la participation au sein de la communauté. Il a également fait référence à des principes inhérents à la Révolution cubaine et qui sont intouchables, tels que la souveraineté de la patrie et la justice sociale.
Il a rappelé comment, lors d'une récente rencontre à la Faculté de danse, les jeunes ont formulé des demandes très légitimes et des propositions sur la manière d'améliorer les processus dans les quartiers.
Il a ensuite mentionné le cas de Nairobi, une jeune femme qui vit à La Güinera et les a invités à s'y rendre pour travailler ensemble, et ils s'y sont rendus, car l'essentiel n'est pas seulement de résoudre les problèmes en un jour, mais de rendre la solution durable et que la communauté s'en imprègne.
Plus loin, il a insisté sur l'importance de promouvoir des projets culturels communautaires qui accordent la participation à tous, car « l'art est aussi un élément transformateur ».
Le président Diaz-Canel prenait des notes dans son agenda ; on l'a entendu s'enquérir des profils professionnels des participants à la réunion ; il a échangé des expériences avec eux, a répondu à leurs questions et leur a assuré que rien de ce qui avait été dit ne resterait lettre morte, car il s'agit de propositions à mettre en œuvre et à analyser.
Au cours de l’entretien, il a fait particulièrement référence aux actions qui ont commencé à être menées dans plusieurs communautés de La Havane pour résoudre des problèmes encore en suspens. « Nous n'allons pas intervenir dans la communauté, nous allons aider les gens, très modestement, à faire émerger leurs propositions et leurs motivations afin de transformer avec eux leur environnement », a-t-il souligné.
Dans cet effort, a-t-il assuré aux jeunes, nous avons besoin de projets, dans les domaines et les secteurs les plus variés, qui viennent de vous, car ce sont vos idées qui peuvent le mieux nous faire comprendre ce qui intéresse les jeunes. Diaz-Canel a ensuite évoqué la conception de politiques publiques pour les jeunes ; de la recherche constante d'espaces d'échange ; de la meilleure utilisation des connaissances des jeunes dans les différentes structures des municipalités ; du lien entre les thèses de licence, dans n'importe quel domaine du savoir, et les problèmes que rencontrent les communautés aujourd'hui ; et de ne jamais cesser de puiser des réponses dans l'histoire.
Parmi les jeunes qui ont partagé leurs émotions avec le président et le groupe de dirigeants du Parti et du gouvernement qui l'accompagnaient, figurait également une représentation des travailleurs indépendants.
Liliana Hernández García, une jeune femme à la voix passionnée et profonde, secrétaire du Comité de base de l'Union des jeunes communistes de la coopérative non agricole Autochap, située à Guanajay, dans la province d’Artemisa, a expliqué les actions qu'ils ont lancées lorsque l'épidémie a éclaté dans le pays il y a plus d'un an.
La coopérative, qui se consacre à la tôlerie, à la peinture et à la tapisserie, a mis en place son atelier de tapisserie pour fabriquer des masques de protection qu'elle a livrés aux centres de santé de la municipalité, ainsi qu'à l'École Solidarité avec le Panama ; elle a fabriqué des bacs pédiluves et des cloisons de protection pour les écoles primaires et les centres de santé ; elle a envoyé des jeunes travailler dans des centres d'isolement ; elle a fait des dons...
Elle a raconté comment, au milieu de ces actions, ils reprenaient simultanément leur travail quotidien, cherchaient des alternatives et profitaient des nouvelles décisions adoptées ces derniers mois par le gouvernement. Elle a expliqué au président Diaz-Canel les progrès réalisés les enchaînements productifs, le réapprovisionnement, l'insertion dans la Zone spéciale de développement de Mariel, et d'autres actions qui les ont même conduits à mettre en exploitation un peu plus de deux hectares de terrain, dont la production est utilisée pour la consommation propre des travailleurs et dans une certaine mesure pour répondre aux besoins de certains centres sociaux.
Le président a répondu à leurs questions et leur a expliqué les questions décisives qui définissent la vie quotidienne de la nation, comme la lutte contre la COVID-19 et les nombreux efforts déployés au milieu d'un cruel blocus économique, commercial et financier, ainsi que les menaces extérieures qui cherchent à fragmenter la famille et Cuba.
Tout comme un fils voudrait connaître son père, Aylin, la jeune fille joyeuse et énergique qui, il y a quelques heures à peine, a relevé l'énorme défi de diriger la jeunesse communiste du pays, a demandé à Diaz-Canel la permission de lui poser une question avant de conclure, car maintenant - lui a-t-elle dit – « c'est votre tour ».
C'est dans l'intérêt de beaucoup - a assuré le président - et nous aimerions savoir ce qui l'a poussé à dire au 8e Congrès du Parti qu' « il faut aborder et partager les réalisations avec nos jeunes comme les personnes les plus importantes qu'ils sont ; les distinguer comme les gestionnaires des transformations en cours », une phrase qui nous sert de guide.
Il semblait alors que le président était redevenu le jeune homme d'il y a quelques années, et nous l'avons entendu parler d'émotions, d'intimité, de travail et de défis professionnels, de responsabilité et de famille, cette dernière étant, a-t-il dit, l'espace où non seulement où l’on naît mais aussi où se forment et se forgent les idées et les sentiments.
« Je rêvais, leur a-t-il confié, d’être scientifique, mais la vie en a décidé autrement, car la vie n'est pas linéaire, et elle est aussi liée à des responsabilités, à des sacrifices, à des attitudes, à des façons de l'assumer. »
Il est clair pour moi, a-t-il ajouté, qu'il y a un certain nombre de défis dans la société, dans la vie d'aujourd'hui, dans ce que nous voulons faire, où les jeunes ont raison, et où les jeunes ont la perspective. Les jeunes sont ceux qui ont la force, l'énergie et la capacité, sans renier personne, car ici tout le monde doit participer et nous devons donner de l'espace à toutes les générations - et l’avenir appartient aux jeunes.
« J'en suis convaincu, (...) je crois vraiment en la jeunesse », et il y a toujours une tâche à confier aux jeunes, il y a toujours une tâche pour laquelle les mobiliser, dans laquelle les engager, parce que nous savons que si elle est entre vos mains, l’élan ce sera encore plus fort, plus puissant, plus riche et plus mobilisateur, a-t-il souligné.
« Tout doit être défendu avec les jeunes », a-t-il signalé, « car dans moins de 10 ans, qui sera assis à votre place ? Vous ? Non, d'autres jeunes gens... Et qui sera assis à notre place ? Vous !
Les impliquer, c'est les faire participer, a-t-il ajouté. Il suffit de voir à quel point ils décident maintenant de ce que nous faisons, à quel point les discussions que nous avons eues ces jours-ci avec les jeunes ont contribué à la tâche commune.
Mobiliser, partager, discuter, travailler, être à l’écoute, participer... nos jeunes sont nécessaires dans tous les espaces. Le président Diaz-Canel les a remerciés pour « cette réunion, pour votre temps, pour votre sincérité et pour votre soutien, qui nous donne également une grande confiance ».
En voyant comment vous vous exprimez, ce à quoi vous aspirez, comment vous vous êtes rassemblés et combien vous voulez contribuer, nous sommes convaincus que nous aurons un meilleur pays dans les plus brefs délais et une société qui pourra aspirer plus rapidement à la prospérité que nous souhaitons tant, a-t-il conclu.

source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-08-06/diaz-canel-les-jeunes-sont-ceux-qui-ont-la-force-lenergie-et-la-capacite

Tag(s) : #Cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :