Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Par Manuel Cabieses *

Santiago du Chili, 26 juillet (Prensa Latina) Il y a 68 ans, aux premières heures du matin du carnaval de Santiago de Cuba, les voitures des assaillants de la caserne Moncada sont parties de la ferme Siboney. 

Simultanément, des hommes et des femmes qui s'apprêtaient à attaquer la caserne " Carlos Manuel de Céspedes " à Bayamo, ainsi que l'hôpital et le palais de justice de la capitale provinciale, ont fait de même.

Un peu plus d'une centaine de révolutionnaires brûlaient d'impatience et de courage. La plupart d'entre eux étaient des jeunes hommes du parti orthodoxe qui avaient embrassé la lutte armée contre une dictature. À leur tête, un avocat et ancien candidat à la députation lors d'élections parlementaires infructueuses : Fidel Alejandro Castro Ruz, 27 ans, fils d'un propriétaire terrien, Angel Castro Argiz, un immigrant galicien.

Le but était d'appeler à un soulèvement populaire dans le but de renverser la dictature de l'ancien sergent - devenu général - Fulgencio Batista.

L'objectif n'a pas été atteint. La rébellion armée a signifié une défaite militaire sanglante chez les révolutionnaires.

La poignée de survivants, parmi lesquels Fidel Castro - qui, lors du procès qui les a condamnés à la prison, s'est défendu par un puissant discours intitulé "L'histoire m'absoudra" - a poursuivi la lutte en prison, en exil et dans la guérilla jusqu'à la victoire de janvier 1959.

Plus d'un demi-siècle a passé de triomphes, d'erreurs et de malheurs de la Révolution cubaine, assiégée sans relâche par l'empire yankee. Le calendrier des agressions contre Cuba enregistre tout ce que le cerveau malade de haine d'un Caligula nucléaire peut imaginer.

L'invasion de mercenaires à Playa Giron en 1961, les tentatives d'assassinat de Fidel - du fusil à visée télescopique au poison caché dans une cigarette -, la formation et l'équipement de gangs dans l'Escambray, l'introduction de maladies contagieuses dans le pays, la destruction des champs de canne à sucre et des cultures par des éléments chimiques.

Sans oublier le sabotage d'installations industrielles, l'explosion du navire "La Coubre" dans le port de La Havane, l'espionnage aérien et électronique, le financement de conspirations et - pour résumer tant d'iniquités - le blocus, l'action la plus impitoyable et la plus inhumaine de l'histoire contre un peuple.

Le blocus yankee tente d'étrangler un peuple entier par la faim, les pénuries et les maladies. L'histoire n'enregistre pas de crime plus odieux que celui que les Etats-Unis ont commis contre Cuba.

Jamais une nation n'a subi - comme c'est le cas de Cuba - une pression aussi extrême de la part de la plus grande puissance militaire et économique du monde qui tente de la forcer à s'agenouiller sur sa dignité et à renoncer à son indépendance et à sa souveraineté.

Mais c'est la dignité de Cuba, retrouvée par le processus qui a commencé aux premières heures de 1953 dans la ferme Siboney à Santiago de Cuba, qui a résisté à tous les coups mafieux des États-Unis.

Lorsque l'histoire de cette période historique sera écrite, la responsabilité pénale des États-Unis mettra sans aucun doute les citoyens des Etats-Unis dans l'embarras, comme cela commence déjà à être le cas.

Les citoyens décents et informés des États-Unis se tiennent aux côtés des David des Caraïbes pour défier la Maison Blanche et le Pentagone.

En Amérique latine, nous devons tisser des liens d'unité avec la solidarité que Cuba suscite aux États-Unis, en Europe et en Afrique.

Par-dessus tout, nous, Latino-américains, frères de Cuba, avons le devoir d'embrasser l'île avec l'affection, l'admiration et la solidarité active qu'elle a gagnées par son courage anti-impérialiste.

Dans les heures difficiles actuelles - peut-être les plus amères de son histoire - Cuba a besoin de cette solidarité pour l'aider à renforcer ses réserves morales et politiques, à corriger - comme elle le fait - ses erreurs et ses insuffisances et à opposer une fois de plus l'unité de son peuple aux menaces de l'empire.

*L'auteur est un collaborateur de Prensa Latina. Journaliste chilien, rédacteur en chef fondateur du magazine Punto Final.

jcc/ga/rc/mc/cvl

source : http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=886812:pas-une-seconde-dhesitation-pres-de-cuba&opcion=pl-ver-noticia&catid=19&Itemid=101

Tag(s) : #Cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :