Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Venezuela ratifie la coopération multilatérale et bilatérale contre les pratiques de corruption lors de la session spéciale de l'ONU

Écrit par Joselyn Ariza le 03/06/2021. Posted in News

Lors de sa participation à la première session spéciale de l'Assemblée générale des Nations unies (UNGASS) contre la corruption, la République bolivarienne du Venezuela a ratifié son engagement à prévenir, combattre et punir le fléau de la corruption dans toutes ses dimensions, comme l'un des principaux ennemis de la lutte contre la pauvreté et du développement dans la consolidation de sociétés équitables.

Le ministre du Pouvoir populaire pour les affaires étrangères, Jorge Arreaza, a souligné que le Venezuela est signataire de la Convention depuis son adoption initiale lors de la Conférence de Mérida, au Mexique, en 2003, une date qui a marqué une étape historique et jeté les bases juridiques de la coopération multilatérale dans ce domaine.

"Nous sommes encouragés par la conviction que les ressources gérées par les États et les relations économiques et politiques doivent répondre comme une condition sine qua non au bien-être public, en particulier celui des plus vulnérables", a souligné la ministre des affaires étrangères, Mme Arreaza, lors de son intervention télématique dans laquelle il a détaillé que la Magna Carta vénézuélienne inclut -depuis 1999- comme valeur de l'action politique la "Démocratie Participative et Protagoniste, qui donne au peuple, à travers divers mécanismes politiques et institutionnels, les pouvoirs de contrôle de la gestion publique", protégée sous la figure du Pouvoir Citoyen.

Le diplomate a affirmé qu'aucune société n'est exempte du fléau de la corruption ; "il n'y a pas de corrompu public sans corrupteur privé (...) Ces schémas d'exploitation sont la cause principale des pratiques de corruption les plus répandues et malheureusement invisibles, et constituent un grave affront aux piliers des Nations unies, en particulier aux droits de l'homme".
Le blocus comme forme de corruption induite

De même, il a affirmé que le peuple vénézuélien doit assumer les conséquences de l'application criminelle d'un blocus économique et de mesures coercitives unilatérales qui, comme un acte de corruption incontestable, a gelé des actifs pour plus de 30 milliards de dollars appartenant à la République et qui devraient être destinés à garantir l'alimentation et la santé du peuple.

"Nous faisons référence à une forme de corruption induite depuis des centres de pouvoir aux intentions géopolitiques", a-t-il déclaré à cet égard, ajoutant que "l'agression contre le Venezuela nous a dépouillés d'entreprises, de fonds et de capacités de financement."

Le ministre des affaires étrangères a souligné que l'infrastructure institutionnelle de l'État vénézuélien a agi fermement contre la corruption à différents niveaux, et maintient une amélioration permanente dans l'application des mécanismes existants basés sur la loi contre la corruption et la sauvegarde des biens publics.

De même, il a souligné que "le Venezuela, en tant qu'État signataire de la Convention, entamera du 7 au 10 juin prochain le deuxième cycle de l'examen de l'application de la Convention contre la corruption, couvrant la période 2016-2021".

En conclusion de son discours, le ministre des affaires étrangères a réitéré, au nom du président Nicolás Maduro, l'engagement du gouvernement vénézuélien en faveur de la coopération multilatérale et bilatérale contre les pratiques de corruption, en faveur d'une gestion publique transparente et de relations de pouvoir équitables, tant au niveau politique qu'économique, dans les dimensions publiques et privées.

source : http://www.mppre.gob.ve/2021/06/03/venezuela-ratifica-cooperacion-multilateral-bilateral-contra-corrupcion-ungass/

Tag(s) : #Venezuela

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :