Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Élargir les avantages des prêts bancaires, assouplir les garanties, augmenter la bancarisation et accélérer le démarrage de la Banque de promotion et de développement sont quelques-unes des mesures immédiates mises en place par le système bancaire visant à encourager la production agricole du pays

Auteur: Maby Martinez Rodriguez | internet@granma.cu

26 mai 2021 13:05:24


L'anap, dirigée par son président, Rafael Santiesteban Pozo, s’attache à faire en sorte que tous les agriculteurs connaissent et appliquent toutes les mesures visant à multiplier la production agricole.  Photo: Modesto Gutiérrez
Élargir les avantages des prêts bancaires, assouplir les garanties, augmenter la bancarisation et accélérer le démarrage de la Banque de promotion et de développement sont quelques-unes des mesures immédiates mises en place par le système bancaire visant à encourager la production agricole du pays.

Francisco Mayobre Lence, premier vice-président de la Banque centrale de Cuba (bcc), a apporté des précisions sur ce sujet dans l'une de ses interventions à l’émission La table ronde, où il a rappelé que la banque a toujours soutenu le développement agricole dans le pays, notamment à travers un traitement différencié face à l'impact des situations météorologiques.

Il a déclaré qu'en 2011, la politique de crédit a été mise à jour pour les particuliers, les travailleurs à leur compte, ainsi que pour les petits agriculteurs.

« Le crédit est toujours accordé sur la base d'une analyse des risques. C’est pourquoi nous analysons à l’avance un revenu futur, qui doit être démontré à travers des documents par la personne qui reçoit le crédit. Cela incluent notamment les dépenses à engager et les revenus futurs qui seront obtenus. »

Pour 2016, a-t-il précisé, un fonds de développement a été créé avec des ressources budgétaires destinées à financer une partie des dépenses pour des productions qui présentent un intérêt prioritaire pour le pays.

« Il concerne diverses cultures, les bovins, les buffles et la volaille. Ces prêts, en plus d'être de longue durée, sont proposés avec des taux d'intérêt bas. »

Mayobre Lence a également affirmé que depuis la constitution de ce fonds à ce jour, plus de 81 000 prêts ont été accordés pour un montant de 8 milliards de pesos, avec un bénéfice pour les producteurs de 650 millions.

Et de souligner que l'année dernière, le financement de l'activité agricole dans le système bancaire cubain a représenté 31% des crédits accordés, ce qui montre la forte présence de ce secteur dans le système bancaire. « Dans le cas de la Banque de Crédits et de Commerce (bcc), elle représente près de 80% du portefeuille. »

Faisant une évaluation de l'impact de la Tâche de réorganisation dans la politique de crédit, le premier vice-président de la  bcc a ajouté qu'une augmentation des montants demandés avait été enregistrée. « Du fait que les revenus attendus ne correspondaient pas aux dépenses, certains producteurs ont manifesté leur mécontentement », a-t-il déclaré.

Face à cette situation, il a expliqué que le prêt-relais a été appliqué tardivement dans le secteur agricole, ce qui a provoqué des réclamations qui ont été recueillies par les responsables gouvernementaux lors de leurs tournées dans le pays.

Selon le premier vice-ministre, le principe de l'octroi de crédits sur la base d'une analyse des risques est maintenu. De ce fait, les productions dont les dépenses seront supérieures aux revenus qui seront obtenus ne pourront pas être financées.

Il a également précisé que, dans le cadre des mesures prises par le système bancaire pour soutenir la production agricole, les productions de tomates, de soja, de porc et de petit bétail seront intégrées au fonds de développement financé par le budget de l'État.

De même, les usufruitiers qui démarrent une activité agricole bénéficieront d'un taux d'intérêt de 3 % sur tous les financements bancaires auxquels ils auront accès au cours des deux premières années du contrat d'usufruit.

En ce qui concerne les garanties, Mayobre Lence a souligné que les banques doivent prendre plus de risques et assumer au moins 25 % des crédits accordés, de sorte qu'elles peuvent demander des garanties jusqu'à 75 %. Toutefois, si certains producteurs ont une meilleure situation, ils ne doivent pas nécessairement leur demander 75 % de garanties.

source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-05-26/nouvelles-mesures-de-soutien-a-la-production-agricole-par-le-systeme-bancaire-cubain


 

Tag(s) : #Cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :