Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Par: Guillermo Alvarado

Cette année-ci, au cours de laquelle la grande majorité des gens vivent avec des craintes et des incertitudes à cause de la  pandémie de covid-19 ; l'économie mondiale s'est effondrée et  la pauvreté et le chômage ont grimpé en flèche, il s'avère que les plus riches ont augmenté leur fortune de façon démesurée.

Trouver une explication à ce phénomène n’est pas chose aisée,  mais selon le magazine Forbes, qui suit attentivement les hauts et les bas du monde des milliardaires, en 2020, ceux-ci ont vu augmenter leurs actifs de 86%.

Ces données concernent  2 755 personnes sur la planète possédant chacune plus d'un milliard de dollars.

La plupart de cet argent est concentré aux États-Unis, pays le plus touché par le nouveau coronavirus avec près de 31 millions de patients et un peu plus de 556 mille décès.

Pour que vous puissiez avoir une idée, si vous prenez ensemble les fortunes des plus riches de nations d'Asie et du Pacifique, on arrive à  un total de 4,7 billions de dollars, et seulement aux Etats Unis jusqu'à la fin 2020, première année de la pandémie, le chiffre était de 4,4 billions de dollars.

Il y a des données vraiment grotesques, comme le fait que Jeff Besos, le propriétaire de la société de vente sur Internet Amazon, a entre ses mains 177 milliards de dollars, ce qui représente quatre fois plus que toutes les réserves de la Banque centrale de l’Argentine.

Besos est pour la quatrième année consécutive l’homme le plus riche de la planète et pourtant, contrairement à tout employé ou fonctionnaire, son entreprise ne paie pas d'impôts aux États-Unis.

Sur la liste Forbes, dix Latino-Américains ont également augmenté leurs fortune l'année dernière, parmi lesquels les Brésiliens, Marcel Herrmann Telles, Jorge Moll Filho et les descendants du banquier Joseph Safra.

N'oublions pas que le Brésil est en tête de liste des infections et des décès dus au covid-19 dans la région. Des nombreux patients dans ce pays sont décédés car il n’y avait pas  d'oxygène à administrer à leurs poumons malades.

Il y a aussi cinq Mexicains, un Chilien et un Colombien qui ont réussi à augmenter leur capital, dans une région où en un an seulement,  22 millions de personnes ont franchi le seuil de pauvreté, selon la Commission Economique des Nations Unies pour l'Amérique Latine et les Caraïbes (CEPALC).

Le monde était déjà un endroit où la misère la plus absolue coexiste presque à côté de la richesse la plus gênante, mais maintenant la pandémie s’est chargée d'approfondir et de rendre ce fossé plus profond et douloureux.

 

Édité par Reynaldo Henquen

source : https://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/253506-un-monde-etrange

Tag(s) : #Forbes

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :