Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Mercredi 31 mars 2021
Le Parti communiste du Mexique dénonce la répression policière suite au meurtre d'une migrante salvadorienne 

La mort de Victoria Esperanza Salazar, 36 ans, une migrante salvadorienne décédée à Tulum, au Mexique, après qu'une policière lui a mis le genou sur le dos pendant plusieurs minutes, continue de susciter l'indignation après que des détails supplémentaires sur sa vie et la façon dont elle est morte ont fait surface.

Dans une déclaration, l'organisation du Parti communiste du Mexique (PCM) dans la péninsule du Yucatán souligne : 
 
"Dans l'après-midi du dimanche 27 mars dernier, dans les rues du quartier Tumben Kah de la municipalité de Tulum, Quintana Roo, des membres de la police municipale ont maîtrisé une femme, reconnue comme étant Victoria Esperanza Salazar Arrianza, originaire de la ville de Sonsonate, El Salvador, dans un abus d'autorité évident qui a provoqué sa suffocation et par conséquent sa mort.

Une fois de plus, il devient plus que clair le rôle répressif et de classe des forces de l'Etat qui ne remplissent pas le rôle de protection de la classe ouvrière et des couches populaires, mais assurent plutôt les intérêts de la bourgeoisie.

Alors que des milliers de voix réclament la fin des fémicides et de la violence systémique contre les femmes travailleuses, la police, bras répressif de l'État, les assassine impunément en plein jour.

À ce problème s'ajoute le fait que le gouvernement de la Quatrième Transformation (4T) a l'intention de créer des protocoles militaires dans la police municipale, étatique et fédérale, ainsi que dans la Garde nationale, la Marine et l'Armée. La classe ouvrière sera-t-elle en sécurité avec les forces armées dans la rue, ou seront-elles seulement là pour réprimer quiconque représente une nuisance pour les intérêts des capitalistes ?

Dans le capitalisme, les forces de l'État servent l'oppression d'une classe sur une autre. Vous ne verrez jamais un policier, ou un militaire, réprimer les grands hommes d'affaires ou leurs enfants, cependant, la répression fréquente contre la classe ouvrière et les couches populaires ne s'arrête pas, comme cela a été démontré à plus d'une occasion dans l'état de Quintana Roo.

Nous nous joignons aux voix d'indignation pour ce fait et exigeons que ceux qui sont impliqués paient pour leurs actions. Nous exigeons la démission du président municipal de Tulum, Victor Mas Tah, ainsi que du directeur général de la sécurité publique et de la circulation municipale de Tulum, Nesguer Ignacio Vicencio Mendez.

Nous exigeons la fin de la violence et de la répression exercées par l'ensemble des forces de police de Quintana Roo, car ce n'est pas la première fois qu'un policier commet des violences policières contre un citoyen.

Nous savons que ces événements ne cesseront pas si le système capitaliste, qui les cause, n'est pas détruit et c'est pourquoi le Parti communiste du Mexique dans la péninsule du Yucatan souligne que la lutte doit être dirigée à la racine du problème, contre le système capitaliste, pour le socialisme-communisme. 
Partido Comunista de México - Región Península de Yucatán.

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !"
source : https://www.idcommunism.com/2021/03/communist-party-of-mexico-blasts-police-repression-over-murder-of-salvadoran-migrant-in-quintana-roo.html

Tag(s) : #Mexique, #Communiste, #PCM

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :