Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Tous les voyageurs arrivant à Cuba sont soumis à des tests PCR. Photo: Endrys Correa Vaillant

À cet égard, il a été procédé à une nouvelle réduction des fréquences actuelles des compagnies aériennes en provenance des États-Unis, du Mexique, du Panama, des Bahamas, de la République dominicaine, de la Jamaïque et de la Colombie. Les vols à destination et en provenance du Nicaragua, du Guyana, de Trinité-et-Tobago et du Suriname restent suspendus. Les voyages vers Haïti ont été interrompus et l'arrivée des vols sans passagers n'a été autorisée que pour l’évacuation des personnes bloquées dans le pays, qu'il s'agisse d'étrangers ou de ressortissants cubains.

Compte tenu de la situation complexe à laquelle Cuba est confrontée face à la pandémie, situation résultant de violations du protocole de quarantaine à domicile établi pour les voyageurs internationaux à l’arrivée dans le pays à la suite de la réouverture de l'aéroport international José Marti dans la capitale, le 15 novembre, il a été décidé la mise en place d’un isolement institutionnel pour toutes les personnes entrant dans cette catégorie.

Au préalable, le gouvernement avait prévu des hébergements dans toutes les provinces pour garantir le séjour des voyageurs internationaux. Il a été décidé que, pour les résidents, l'isolement se ferait dans des centres créés à cet effet, gratuitement, tant pour le lieu que pour le transport vers le centre et le retour à leur résidence.

Dans le cas des étrangers et des Cubains non résidents, il a été établi qu'ils seraient isolés dans des installations hôtelières désignées dans chaque territoire, les voyageurs assumant les frais de leur séjour et de leur transport. Les résidents ayant les moyens de payer un hôtel pouvant profiter de la possibilité d’acquérir un forfait touristique.

Deux jours après l’entrée en application de ces mesures, Granma a vérifié, au Terminal III de l'aéroport international José Marti, comment les nouvelles dispositions sont mises en œuvre, et s'est entretenu avec les responsables de l'Aéronautique, des Transports et de la Santé, sur le déroulement de cette procédure.

Alcibiades Jesus Alarcon Mota, responsable de l'Unité des opérations au sol de l'aérogare, a expliqué qu’en vertu des nouvelles dispositions, l'accès à l'installation est interdit, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Seuls les passagers et les employés du centre sont autorisés.

Il a également été prévu un étalement des heures d'arrivée et de départ des avions. « Nous avons décidé d’espacer les vols, car le flux de passagers à l'arrivée est plus compliqué qu'au départ. Un décalage minimum d'une heure et demie entre un vol et un autre nous permet de prévenir tout risque de congestion dans le terminal », a-t-il expliqué.

De même, l'option des bagages non accompagnés a été supprimée. À propos de cette mesure, Alarcon Mota a précisé que désormais tous les bagages du passager doivent l'accompagner dans l'avion. « Parfois, les bagages ne rentraient pas dans l'avion et les passagers les faisaient transporter sur un autre vol, et ils arrivaient comme bagages non accompagnés. À l’heure actuelle, pour empêcher les gens de venir chercher leurs bagages à un point de retrait, la compagnie aérienne n’autorise plus les bagages non accompagnés. »

En ce qui concerne les mesures hygiénico-sanitaires au sein de l'établissement, le directeur a précisé qu'elles ont été renforcées. C’est le cas du maintien de la distanciation physique, l'utilisation de moyens de protection par le personnel et les passagers, ainsi que la désinfection des mains et des surfaces. Pour garantir ces normes, un personnel d’accueil a été placé à la porte d'entrée du terminal, qui est chargé de gérer le flux d'entrée, procéder à la prise de température, désinfecter et séparer un voyageur d'un autre. En outre, dans le cadre des mesures adoptées, il ne reste plus qu'une voie d’accès principal pour tous les voyageurs et employés.

Aujourd'hui, le Terminal III assure 25 opérations hebdomadaires et compte environ 4 000 passagers de moins, selon Alarcon Mota.

LE PROTOCOLE SANITAIRE POUR LES PASSAGERS RESTE INCHANGÉ

Le protocole sanitaire à respecter par tout voyageur à son arrivée sur l'île, mis en place à la réouverture du 15 novembre, garde toute sa validité. À leur arrivée, les passagers doivent présenter un test pcr négatif datant de moins de 72 heures, délivré par un laboratoire international certifié dans leur pays d'origine, avec une validité de 72 heures à l'avance.

Le passager est ensuite soumis à un premier test pcr, avant d'être transféré dans un centre d'isolement, où il séjourne en attendant les résultats du deuxième test, du cinquième jour.

Dans les salons de la douane a lieu la deuxième prise de température. Tant dans cette salle qu'à la sortie du terminal, pendant que les passagers attendent leur transfert, un poste d'assistance médicale est disponible pour toute urgence.

Milidza Ayllon Castañera, responsable du Département de contrôle sanitaire international de La Havane, a souligné qu'à partir du 6 février, les lignes de surveillance ont été renforcées, depuis le départ des passagers jusqu'à leur montée dans le bus.

La fonctionnaire a souligné la présence dans les salons du personnel de l'inspection sanitaire étatique, qui assure et exige le respect des mesures épidémiologiques : la distanciation physique, le port du masque de protection et la bonne manipulation des produits qui leur sont proposés.

Ayllon Castañera a précisé que si un passager présente des symptômes, l'établissement dispose d'une chambre d'isolement, qui répond aux normes du règlement sanitaire international. Dans une telle situation, le passager est isolé, et toutes les dispositions sont prises pour son transfert vers le centre de santé désigné, qui se trouverait à La Havane, même si la personne concernée est originaire d'une autre province.

L'ISOLEMENT INSTITUTIONNEL DES PASSAGERS : AUCUN CONTRETEMPS DANS LES PREMIÈRES 48 HEURES

Concernant les protocoles d'isolement, le responsable de l'Unité des opérations au sol de l'aérogare a indiqué qu'une fois les passagers arrivés au pays, une sélection est faite entre les nationaux et les étrangers et les non-résidents, afin de déterminer les personnes qui seront transférées vers les centres d'isolement gratuits, et celle qui seront hébergées dans des hôtels payés à l'avance, ainsi que le moyen de transport prévu dans chaque cas.

Il est également tenu compte des provinces d’origine. On identifie les passagers par territoire, de sorte qu'ils soient transférés vers leur lieu de résidence.

À l’arrivée de chaque vol, tous les protocoles sanitaires sont activés dans le terminal, il est procédé au transport des passagers, qui doit se dérouler de la manière la plus organisée possible afin d’éviter les agglomérations et les retards.

À ce sujet, Luis Ladron de Guevara Marzal, responsable du Transport des passagers du ministère du Transport (Mitrans) a précisé que les opérations se déroulent sans aucun problème et le transport de tous les voyageurs qui arrivent au pays vers les centres d’isolement, leurs provinces de résidence ou vers les hôtels est assuré.

À cette fin, a-t-il ajouté, un centre de coordination national fonctionne dans l’aéroport même, composé de membres du Détachement des jeunes transporteurs, ainsi que des centres de coordination provinciaux avec lesquels les informations sont échangées afin de garantir que tous les voyageurs arrivent à leur destination.

« Nous avons transféré les voyageurs de toutes les opérations de vol arrivés à partir de samedi, sans aucun contretemps. Toute l’infrastructure est garantie : transporteurs, équipes de protection, nettoyage et désinfection des surfaces et protocoles sanitaires », a-t-il ajouté.

Les entreprises de transport Omnibus nacionales, Cubataxi, TaxisCuba, Transtur et Transgaviota, entre autres, participent à cet effort.

Les autocars voyagent en caravane, escortée par la Police nationale révolutionnaire depuis leur départ de La Havane jusqu’aux limites des provinces, et un suivi jusqu’à la fin du voyage est assuré.

Il a indiqué que pour les longs trajets, une logistique coordonnée entre le Mitrans et le ministère du Commerce extérieur, a été mise en place afin de faire des haltes à certains points de l’autoroute pour la nourriture ou aller aux toilettes, et des conditions hygiéniques adéquates ont été assurées. Des points de halte ont été installés à Cienfuegos, Camagüey, Granma et Santiago de Cuba.
 

source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-02-17/comment-se-deroule-la-mise-en-oeuvre-des-nouvelles-mesures-de-controle-sanitaire-international-a-cuba
Tag(s) : #Cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :