Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vendredi 15 janvier 2021
Parti communiste allemand : La crise économique capitaliste et la crise du "Coronavirus


Par le parti communiste allemand (DKP)
Ce que les médias dominants appellent souvent la "crise des coronavirus" est en fait, indépendamment de la pandémie, la crise économique la plus profonde que le monde ait connue depuis au moins cent ans.

Il s'agit d'une crise cyclique de surproduction combinée à des crises structurelles dans divers secteurs économiques, la pandémie de coronavirus et l'action gouvernementale qui s'y rapporte ajoutant une caractéristique particulière à cette crise. 

Une particularité pourrait être que la pandémie a conduit au fait que les processus de crise dans le monde entier sont devenus plus étroitement liés dans le temps qu'ils ne l'auraient été sans elle, et qu'ils ont donc pris effet plus rapidement. Dans ce contexte, l'action des gouvernements ou des entreprises et des banques vise à utiliser la pandémie de coronavirus pour justifier des mesures qui profitent aux intérêts économiques et politiques de la classe dirigeante.

Cela se reflète également dans les mesures de confinement en Allemagne. Un verrouillage cohérent de tous les processus non essentiels aurait été tout à fait approprié. Mais il n'a pas été mis en œuvre en Allemagne. À l'exception de quelques sociétés ayant une influence directe et importante de l'État, comme la Deutsche Bahn et la Lufthansa, l'influence directe dans le sens d'un verrouillage a été évitée. Les ordres de fermeture d'entreprises n'ont été donnés que lorsqu'un scandale ne pouvait pas être couvert, comme dans l'industrie de la viande. Même dans ce cas, les opérations n'ont pas été complètement arrêtées. Et l'épidémie s'y est propagée de manière particulièrement violente, car des conditions de travail insupportables, notamment pour les migrants, y existaient depuis des décennies. Cependant, peu de choses vont changer à l'avenir et la nouvelle législation présente déjà des lacunes, car elle ne s'applique qu'aux grandes entreprises, qui peuvent désormais être scindées en plus petites afin d'échapper à la nouvelle réglementation, ce qui est déjà le cas.

D'autres secteurs, tels que l'industrie automobile, ont utilisé et continuent d'utiliser la réglementation étendue sur le chômage partiel avec un financement public des prestations de remplacement du salaire pour atténuer les conséquences de la crise et garantir leurs profits. En Allemagne, le chômage partiel est considéré comme un règlement en vertu duquel les entrepreneurs peuvent, sous certaines conditions, réduire le temps de travail - et donc les salaires - de leurs travailleurs entièrement ou partiellement si, par exemple, les commandes font défaut, afin d'éviter les licenciements. Les travailleurs reçoivent alors une prestation de l'État, l'allocation de chômage partiel. Comme celle-ci ne représente que 60 % (67 % pour les travailleurs ayant des enfants) du salaire net, les travailleurs subissent une perte de salaire considérable, même s'il existe des conventions collectives dans certains domaines pour le versement d'un complément partiel. Bien que l'allocation de chômage partiel ait été temporairement augmentée pendant la pandémie, elle ne compense en aucune façon la perte de revenus.

Les plans de relance économique du gouvernement allemand à l'occasion de la "crise du coronavirus", qui s'élèvent à des centaines de milliards d'euros, sont des mesures visant à garantir les bénéfices des grandes entreprises, y compris celles de l'industrie de l'armement. D'ailleurs, seule une minorité de salariés est employée dans ces entreprises. Les travailleurs ne reçoivent qu'une petite partie de ces fonds, et paient avec une perte de revenus, une perte d'emploi ou du chômage partiel.  Dans le même temps, les associations du capital réclament une réduction du salaire minimum, une diminution des dépenses sociales, des réductions d'impôts pour les entreprises.

La lutte des classes d'en haut est menée avec toute sa rigueur : des millions de personnes sont en chômage partiel, et pourtant le nombre de personnes officiellement inscrites au chômage est passé à plus de 6 %. Cela signifie qu'en Allemagne, à l'heure actuelle, environ un quart des salariés sont en chômage partiel, environ 20 % ont un emploi précaire et 6 % sont au chômage, ce dernier chiffre étant le chiffre officiel ; le nombre réel de chômeurs est beaucoup plus élevé.

Cependant, la politique de soutien financier aux grandes entreprises montre qu'en République fédérale d'Allemagne, l'argent est effectivement disponible, mais aussi pour qui il est disponible et pour qui il ne l'est pas. C'est la tâche des communistes de faire prendre conscience de cela à la classe ouvrière et à tous les travailleurs. Ils doivent contrer l'idéologie d'un prétendu partenariat social - tous soi-disant en lutte contre le virus - et faire comprendre qu'"il n'y a pas de NOUS dans l'État de classe !

Dans ce pays riche qu'est l'Allemagne, le système de santé n'est nullement préparé à cette situation, bien que des scénarios d'épidémie de grande ampleur aient longtemps été considérés comme probables. La privatisation rampante et l'orientation vers le profit se sont faites au détriment des employés et des patients. Même l'argent qui a afflué dans le système de santé face à l'épidémie de coronavirus n'a pas été utilisé pour améliorer l'infrastructure, mais pour garantir les profits.  
 

Les communistes allemands disent donc : La santé ne doit pas être une marchandise ; tous les établissements de soins de santé doivent être rendus à la propriété publique. La santé est un droit fondamental. Par ailleurs, le système éducatif allemand n'était pas préparé à la situation de pandémie. Les conséquences ont été répercutées sur les parents, les enfants et les enseignants. La pandémie aggrave l'exclusion sociale, et les conséquences sont particulièrement dramatiques pour les enfants de familles pauvres qui ne disposent pas de leur propre matériel informatique, et qui ne peuvent pas recevoir d'aide pour l'enseignement à distance. Il n'existe aucune aide particulière pour ces familles, les écoles sont mal équipées et tout cela devient à nouveau particulièrement évident.

Nous demandons plus d'argent pour l'éducation, plus de personnel, des classes plus petites, une école pour tous, pas de privatisations.

Mais l'exploitation économique croissante n'est qu'une partie de la lutte des classes d'en haut. La classe dirigeante est également concernée par le démantèlement des droits démocratiques et sociaux. Les dispositions de la loi sur le temps de travail ont déjà été affaiblies. Les associations de capital réclament l'érosion de la protection contre le licenciement, davantage de contrats à durée déterminée, le démantèlement des droits des conseils d'entreprise. Le droit de manifester a été restreint au motif de la protection de la santé. Cependant, son rétablissement après la pandémie ne va certainement pas de soi, et des combats acharnés seront nécessaires

La situation de pandémie a également démontré une fois de plus que l'UE est un instrument d'exploitation impérialiste, en particulier par l'impérialisme allemand. Des pays tels que l'Italie et l'Espagne n'ont reçu aucun soutien. Au contraire, lorsque des fournitures médicales étaient nécessaires d'urgence en Italie, l'Allemagne a imposé une interdiction d'exportation. Ce pays, le plus touché par l'épidémie de coronavirus, a reçu le soutien de la Chine, de Cuba et de la Russie, mais pas de l'UE. Les mesures adoptées par l'UE dans l'intervalle visent aussi principalement à stabiliser le système financier au profit des pays forts de l'UE.

L'augmentation de l'armement et la militarisation sont également encouragées dans l'ombre de la pandémie. D'autres programmes d'armement, le soutien des entreprises d'armement dans le cadre des plans de relance économique, mais aussi l'adaptation au déploiement des forces armées allemandes sur le territoire national sous prétexte de lutter contre la pandémie en font partie. Même si la manœuvre américaine de grande envergure Defender 2020, qui a été soutenue par d'autres États de l'OTAN, dont la République fédérale d'Allemagne, a été réduite en raison de la pandémie de coronavirus, cela ne met nullement fin à la politique actuelle d'encerclement de la Fédération de Russie et de la République populaire de Chine. Au contraire, la propagande anti-russe et anti-chinoise continue de se développer. Toutes les occasions sont saisies pour renforcer les sanctions.

Cette année, le DKP a entamé une collecte de signatures pour la levée de toutes les sanctions, y compris celles contre la Russie, la Chine, le Venezuela, Cuba et la Syrie. Nous exigeons la paix avec la Chine et la Russie - quittons l'OTAN !

Sur le plan international, l'impérialisme allemand compte sur l'intégration à l'OTAN d'une part, en acceptant consciemment le rôle de partenaire subalterne de l'impérialisme américain, tout en soutenant la stratégie agressive de l'OTAN d'encerclement militaire de la République populaire de Chine et de la Fédération de Russie. D'autre part, elle mise sur l'UE sous sa direction, en concurrence à cet égard avec l'impérialisme français. L'UE sert d'hinterland pour son propre renforcement et de concurrent économique à l'impérialisme américain.

L'intégration à l'OTAN, le leadership de l'UE et son propre renforcement entraînent également des contradictions, notamment entre les différentes factions du capital en Allemagne.  En ce qui concerne la politique économiquement agressive de l'impérialisme américain envers la République populaire de Chine, certaines parties du capital et de son gouvernement sont divisées parce qu'elles ont besoin de relations économiques avec la population de la République populaire de Chine dans leur compétition avec l'impérialisme américain pour leur propre renforcement. Cela joue également un rôle lorsqu'il s'agit de traiter avec la Fédération de Russie, comme on peut l'observer dans le traitement du projet de pipeline North Stream 2.

La gestion de la pandémie et de la crise économique mondiale montre plus qu'il n'y paraît : le capitalisme n'est pas en mesure de résoudre les problèmes des travailleurs, ne serait-ce qu'un tout petit peu. Il devient évident qu'une économie planifiée et la socialisation des moyens de production de base sont nécessaires, en bref : un développement socialiste. Les succès de la République populaire de Chine, du Vietnam et de Cuba dans la lutte contre la pandémie démontrent une fois de plus la supériorité du développement socialiste. Pour rendre possible un tel développement, c'est-à-dire des changements révolutionnaires vers le socialisme, une large alliance contre le capital monopolistique est nécessaire. Cela n'est pas possible sans un parti communiste fort. À cet égard, nous avons encore beaucoup de travail à faire. 
#Edition spéciale du Bulletin international, Solidnet.org
 

source : https://www.idcommunism.com/2021/01/german-communist-party-capitalist-economic-crisis-and-the-coronavirus-crisis.html

Tag(s) : #DKP, #Allemagne, #Communiste

Partager cet article

Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :