Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tension préélectorale au Salvador
Par Charly Morales Valido San Salvador, 20 déc (Prensa Latina) Peu d'espoirs sont aujourd'hui suscités au Salvador par le début officiel de la campagne électorale : au total, les partis qui vont devoir faire face aux élections législatives et municipales du 28 février 2021 ont déjà fait de la propagande, avec plus ou moins de subtilité, et dans certains cas de manière grossière.


Les magistrats du Tribunal électoral suprême (TSE) reconnaissent eux-mêmes que les règles du jeu n'ont pas été respectées, bien que les formalités habituelles aient été accomplies, de la tenue des primaires à l'enregistrement des candidats aux postes de députés et de maires.

Des bannières géantes, des spots télévisés et des publicités sur les réseaux sociaux, payés dans certains cas avec des fonds publics, sont déjà visibles, ce qui constitue des actions claires de campagne avancée

Le juge Guillermo Wellman a déclaré que le TSE utilise les réseaux sociaux tels que Twitter et Facebook pour mettre fin au phénomène des fakenews (fausses nouvelles) qui confondent les électeurs et "créent une image sombre du processus électoral".

L'un des moments les plus tendus et les plus représentatifs du climat de violence au Salvador s'est produit le 30 novembre dernier, lorsque des militants du Parti des nouvelles idées au pouvoir ont assiégé les bureaux du pouvoir électoral pour exiger l'enregistrement de leurs candidats.

Dans une déclaration, le Centre d'études juridiques a déclaré que l'incident - approuvé par la police nationale civile et non rejeté par l'exécutif - rappelle des épisodes regrettables de l'histoire du Salvador, avec la violence politique et beaucoup de sang versé.

Nous craignons de jouer avec le feu et les conséquences pourraient être très graves", a souligné le Centre, qui a reconnu les faiblesses du processus électoral salvadorien comme son incapacité à contrôler le financement des campagnes.

De son côté, le bureau du médiateur pour les droits de l'homme a rejeté les accusations de fraude électorale propagées par le président Nayib Bukele lui-même, conformément à son discours traditionnel de confrontation, et sans prendre la peine d'argumenter ses affirmations.

Bukele reste cependant populaire et son Parti des nouvelles idées est le grand favori des élections de février, où les électeurs ne voteront pas pour le meilleur candidat mais pour le moins corrompu, selon un récent sondage de l'Université centraméricaine.

Un éventuel triomphe du parti au pouvoir dans ce processus changerait la corrélation actuelle entre les pouvoirs de l'État, et sans le contrepoids de l'opposition à l'Assemblée et dans les mairies, Bukele pourrait gouverner à volonté, pour le meilleur ou pour le pire du Petit Poucet de l'Amérique.

mem/dfm/cmv

(extrait de Orb)

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=419036&SEO=tension-pre-electoral-en-el-salvador&fbclid=IwAR3l8MHkAwDp5A5i6PD69ZQOppfN-KKVnJce97ucfa-AGGB0N6D0VebywZM

Tag(s) : #Salvador, #FMLN, #Elections

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :