Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Lors de la conférence de presse du 12 décembre, le président Sommaruga, visiblement inquiet, a déclaré sans équivoque : “La Suisse est dans une phase extrêmement critique”. Le Comité directeur partage cette évaluation. L’image qu’elle a pu se faire grâce à diverses recherches et conversations avec les travailleurs directement concernés ne permet pas de tirer d’autres conclusions. 

Agissez maintenant !

La santé avant le profit ! C’est le seul principe sur lequel il faut agir maintenant. Il s’agit avant tout de la santé de la population. Les dernières semaines et les derniers mois montrent que le fédéralisme a clairement atteint ses limites. Dans la lutte contre le virus, les réglementations nationales sont d’une importance capitale. Toutes les mesures nécessaires, jusqu’à un nouveau verrouillage, doivent être prises immédiatement afin de réduire le nombre de cas et de décès le plus rapidement possible. Pour ce faire, le gouvernement doit s’appuyer sur les évaluations et les analyses des experts du secteur de la santé. Les masques de protection doivent être distribués gratuitement à la population.

Pour les droits et la protection des travailleurs

La crise de Corona démasque et accentue dans les professions de santé et dans l’ensemble du système de santé tout ce que les politiques libérales des dernières décennies, exclusivement orientées vers la maximisation du profit, n’ont pas réussi à faire et ont provoqué. Il en résulte les conditions intenables dans lesquelles la plupart des infirmières doivent travailler. L’emploi immédiat de personnel supplémentaire dans le service de santé, ainsi que des investissements financiers massifs dans les conditions de travail sont indispensables ! En aucun cas – comme ce fut le cas lors du premier lock-out – le droit du travail du personnel de santé ne doit être suspendu. En outre, une prime Corona pour l’engagement extraordinaire de tous les travailleurs de la santé est une évidence pour le PST-POP. 

Le personnel doit être associé au processus de décision lors de l’élaboration et/ou de l’adaptation des concepts de protection sur le lieu de travail. Ils devraient non seulement avoir leur mot à dire, mais aussi être en mesure de prendre des décisions. La mise en œuvre des concepts de protection doit avoir la priorité absolue et être garantie. Les employeurs, mais aussi la Confédération et les cantons, ont un devoir à cet égard. Les contrôles effectués par les autorités doivent être intensifiés. C’est particulièrement vrai dans les secteurs qui ne peuvent pas se convertir au bureau à domicile, comme la vente, la construction ou l’industrie des machines. Lorsque les mesures de protection nécessaires pour les travailleurs ne peuvent être mises en œuvre, les opérations doivent être interrompues.

Au lieu des 80 % actuels, il faut un remplacement à 100 % pour les salaires allant jusqu’à 5 000 CHF. La perte de salaire de 20 % est financièrement difficile à supporter pour de nombreux travailleurs. Les personnes travaillant dans l’industrie hôtelière gagnent en moyenne environ 4100 francs par mois (emploi à temps plein). Si on enlève 20 %, cela laisse un salaire d’environ 3300 francs.

La crise actuelle prouve à quel point il est nécessaire et urgent de mieux protéger la santé sur le lieu de travail. Le PST-POP appelle donc le Parlement et le gouvernement à ratifier la Convention 187 de l’Organisation internationale du travail (OIT). Les obligations que cela implique doivent être mises en œuvre immédiatement. Il s’agit notamment de “promouvoir un environnement de travail sûr et sain”, de “promouvoir et faire progresser le droit des travailleurs à un lieu de travail sûr et sain” et d'”établir un programme national de protection des travailleurs” qui contribue à l’élimination ou à la réduction des dangers et des risques sur le lieu de travail.

Pour les droits des réfugiés et des sans-papiers

Lors de la première vague, les réfugiés et les sans-papiers ont été les “grands oubliés des mesures de protection sanitaire”, comme l’a noté le PST-POP le 24 mars. Neuf mois plus tard, nous devons déclarer avec colère ce qui suit : Pendant cette deuxième vague également, de nombreux réfugiés doivent dormir dans des chambres communes. Ils sont toujours en contact étroit et permanent entre eux. Il est impossible de garder la distance de sécurité. Les conditions sont insoutenables. Le PST-POP appelle instamment la Confédération et les cantons à prendre les mesures nécessaires afin que les mesures de protection puissent également être mises en œuvre dans les centres fédéraux et les centres d’asile.

Les sans-papiers n’ont pas d’assurance maladie. Ils craignent d’être trahis, découverts, arrêtés et renvoyés. Par conséquent, ils renoncent souvent par peur aux services médicaux nécessaires.  Le PST-POP demande au Conseil fédéral de prendre immédiatement les mesures nécessaires pour régulariser tous les sans-papiers vivant en Suisse. C’est la seule façon de garantir le droit de l’homme à la santé et aux soins médicaux.

Droits personnels et démocratiques

Les mesures prises par la Confédération et les cantons restreignent fortement les droits démocratiques. Par conséquent, une interruption de la période de collecte pour les référendums et initiatives en cours doit être ordonnée. 

Le PST-POP est conscient que des mesures temporaires telles que celles prévues par la loi Covid peuvent servir de précurseur à la répression et à la réduction des droits démocratiques. Gavriel Pinson, président du PST-POP, déclare : “Nous allons surveiller de près la manière dont le Conseil fédéral utilisera ses pouvoirs supplémentaires”. Une réduction des droits démocratiques de la population se heurtera à une forte résistance de la part du PST-POP.

L’autodétermination sur son propre corps est une évidence. Le PST-POP est donc contre une vaccination Corona obligatoire. Les personnes qui ne veulent pas être vaccinées ne doivent pas subir de désavantages sociaux ou professionnels de ce fait. 

Financement de la crise

Il y a une urgence économique et sociale qui va s’aggraver dans les semaines et les mois à venir : Des milliers de travailleurs ont déjà été licenciés, et des centaines de milliers d’autres sont confrontés au même sort. De nombreux propriétaires de petites entreprises, les travailleurs indépendants et les producteurs agricoles risquent de perdre leurs revenus et donc leur base financière en raison de la fermeture de leur entreprise. De nombreuses familles sont menacées de pauvreté. Il est inacceptable que les coûts de la crise soient uniquement répercutés sur les salariés de notre pays. Le PST-POP estime que ceux qui ont énormément bénéficié des politiques néolibérales doivent être invités à payer. Ils doivent maintenant contribuer au bien commun.

Depuis le mois d’avril, le PST-POP demande l’introduction de la taxe de solidarité Corona et a lancé une pétition à cet effet. Plus précisément : un prélèvement unique de 2 % sur les biens et avoirs d’une valeur égale ou supérieure à 3 millions de francs. Cela permettra de récolter environ 17,5 milliards de francs. Le prélèvement sera versé dans un fonds. A partir de là, une redistribution sera effectuée en faveur des travailleurs, des familles et des petites entreprises en détresse financière à cause de la crise de Corona. L’argent versé par le fonds est considéré comme une contribution concrète de soutien et non comme un prêt. Par conséquent, ils ne doivent pas être remboursés.

En plus de la taxe de solidarité Corona, le PST-POP demande une augmentation de l’impôt sur les bénéfices et la fortune des sociétés, ainsi que des impôts sur les grandes propriétés et les revenus bruts. L’imposition de seulement 1 % des avoirs des 300 personnes les plus riches de Suisse génère des revenus de plus de sept milliards de francs. 

Aux critiques de Corona

Bien que tout le monde ne puisse pas être mis dans le même panier, les conservateurs de droite aux forces fascistes et les théories  conspirationnistes absurdes dominent au sein des soi-disant critiques de Corona.  Des forces qui ne veulent rien changer aux conditions qui prévalent, mais qui veulent les cimenter. Leur objectif est un ordre social capitaliste et raciste. Ceci est en contradiction fondamentale avec les valeurs et les objectifs du PST-POP. Les socialistes et les communistes luttent contre les mouvements fascistes. Ils ne se mettent jamais dans le même bateau qu’eux. Pas même lorsqu’il s’agit “seulement” de “questions factuelles”. 

Notre réponse

Notre réponse à la crise est le socialisme, car tout le reste mène à la barbarie. La pandémie montre que le capitalisme est incapable de résoudre les problèmes fondamentaux du peuple. Les pays socialistes tels que Cuba et le Vietnam ont investi des ressources considérables dans le système de santé et sont donc mieux à même de protéger leurs populations et de réagir plus rapidement à la pandémie. Ils ont agi selon le principe : la santé avant le profit ! Un changement radical, comme l’exige le PST-POP dans son programme électoral, est nécessaire. Cela inclut un système de santé public et social et la nationalisation de l’industrie pharmaceutique. 

Via le lien ci-dessous une analyse complète et détaillée du PST-POP sur la crise sanitaire, économique et sociale actuelle, ainsi que des propositions pour lutter contre cette crise : https://pst-pop.ch/2020/12/09/coronavirus-catastrophe-imminente-et-comment-la-combattre/

20 décembre 2020
 

source : https://pst-pop.ch/2020/12/20/declaration-du-parti-suisse-du-travail-sur-la-situation-actuelle-de-la-crise-covid/

Tag(s) : #PST, #Covid19

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :