Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Photo: AP

Je suis heureuse que Donald Trump ne reste pas quatre années de plus, le doigt fixé sur la gâchette, pouvant déclencher une catastrophe mondiale et, de plus, en continuant à étouffer mon pays avec brutalité. Il a été l’expression de jusqu'où peut aller le capitalisme dans sa tendance à mépriser l'humain au nom du profit. Nous n'aurons plus à faire face à ce comportement, et j’en suis soulagée.

Mais je suis également consternée que, dans notre monde, le résultat des élections dans un seul pays tienne le reste de la Terre en haleine, suivant le dépouillement vote après vote, comme si notre vie en dépendait. C’est ce que je vois, et je ne m’en réjouis pas. Le résultat de ces élections changera-t-il cet ordre mondial injuste et inégal qui soumet les majorités au sort de quelques magnats ? Cela ne me rend pas euphorique : je suis consciente, oui, des contradictions que nous vivons et de tout ce qui est en danger en ces temps que nous vivons.

Pourvu, et c'est un bon souhait, que vienne une période de détente dans les relations avec les États-Unis et qu'il y existe une ouverture au dialogue dans le cadre de certaines marges d'entente. Mais, le nouveau gouvernement va-t-il laisser derrière lui le délire de se croire porteur de la mission de diriger le monde, de qualifier de dictature ceux qui décident de ne pas adhérer à ses modèles ratés de démocratie, et de penser qu'il doit intervenir pour changer les systèmes politiques qui ne souscrivent pas à ses intérêts économiques ? Va-t-il cesser de croire que c'est à lui qu'il incombe d'apporter la soi-disant démocratie à Cuba ? Il ne s'agit pas d'être euphoriques, il y aura certainement de la part des miens une conscience critique et une pensée claire pour saisir la qualité du moment, des convictions ainsi qu'une disposition au dialogue et, bien sûr, une éthique pour les relations diplomatiques et une morale élevée qui, comme toujours, seront exemplaires.

Ainsi, sans cesser de me réjouir du départ de l'actuel président, je garde mon euphorie, ce climax divin, pour le jour où les peuples du monde, y compris le mien, n'auront pas à subir la violence d'un système basé sur l'exploitation du plus grand nombre au profit de quelques-uns ; le jour où le fmi et la Banque mondiale cesseront d'être des mécanismes d'extorsion au profit de l'élite de quelques empires ; le jour où la décision de chaque peuple de décider de son propre destin sera pleinement respectée et où aucun autre ne s'ingérera dans ses affaires intérieures ; le jour où des
centaines de millions de personnes ne seront plus injustement plongées dans la misère la plus sordide ; le jour où des centaines de millions d'enfants qui, en ce moment, ne le font pas, pourront étudier au lieu de travailler pratiquement comme des esclaves ; le jour où les Afro-américains ne seront plus abattus en toute impunité dans le Nord et les Africains victimes de maladies dans des pays dont on continue d'extraire toutes sortes de richesses au profit de quelques-uns ; le jour où les États-Unis, aidés de l'otan et de l'Occident, cesseront de fabriquer des guerres qui anéantissent des centaines de milliers d'innocents, pour la simple raison qu’elles remplissent les poches d’un petit nombre ; le jour où l'on investira davantage dans les médicaments, les écoles et la nourriture que dans les armes de destruction massive ; le jour où les peuples ne seront pas déplacées par les transnationales ; le jour où les enfants palestiniens cesseront d'être massacrés par les agressions d’Israël ; le jour où le rythme accéléré de production et de consommation, sur une planète où beaucoup meurent de faim, ne menacera pas la vie sur terre ; le jour où ils lèveront, sans conditions, le blocus contre mon pays, et où nous pourrons aller de l’avant sans base navale étrangère qui usurpe notre territoire, ni aucun type d’étranglement économique, afin de poursuivre la construction de la société que nous voulons.

Le jour où le capitalisme, ce système sauvage, cessera de bafouer les droits des pauvres de la terre, les plus nombreux, les 99%. En un jour comme aujourd'hui, je me pose la question : le nouveau gouvernement du pays qui s'autoproclame investi de la mission de diriger le monde y contribuera-t-il ?
 

source : http://fr.granma.cu/cuba/2020-11-18/que-changera-le-resultat-de-ces-elections-aux-etats-unis
Tag(s) : #USA, #Elections

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :