Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lettre aux partis communistes et ouvriers concernant la censure du Parti communiste du Venezuela pendant la campagne électorale
11/29/20 12:53 PM

 

Chers camarades 

Le Bureau politique du Parti communiste du Venezuela (PCV) vous adresse ses salutations fraternelles. L'objet de cette lettre est de vous informer de l'aggravation de la politique de blocage de la communication et de censure à l'encontre de notre Parti dans le cadre de la campagne électorale actuelle (élections législatives du 6 décembre 2020), qui représente une violation flagrante de nos droits politiques et de la loi vénézuélienne sur les processus électoraux. 

La censure communicationnelle des médias publics et privés contre le PCV n'est pas nouvelle. Depuis plusieurs années, les médias publics ont intensifié leur politique de censure et de dissimulation des positions critiques des organisations politiques et sociales révolutionnaires, en particulier à l'égard du PCV et depuis que la politique gouvernementale est devenue de plus en plus libérale-réformatrice en faveur du capital. Un exemple concret de cette censure est l'absence récente de journalistes lors des conférences de presse hebdomadaires du PCV, qui étaient toujours très suivies lorsque les divergences avec le parti au pouvoir étaient moins marquées. 

Le blocus communicationnel contre le PCV s'est intensifié suite à notre décision de créer l'Alternative Populaire Révolutionnaire (APR) avec d'autres organisations politiques et sociales, qui cherche à promouvoir la construction d'un point de référence stratégique pour la lutte qui rassemble les courants révolutionnaires ouvrier, paysan et communard, ainsi que la diversité des expressions culturelles et des noyaux populaires chavistes face à la crise exacerbée du capitalisme vénézuélien dépendant et rentier et de l'agression impérialiste. L'APR est un bloc de forces révolutionnaires qui offre une option indépendante aux partis qui incarnent actuellement la mise en œuvre d'un plan d'ajustement économique qui accélère la détérioration des conditions de vie de la classe ouvrière de la ville et des campagnes et qui avance dans le démantèlement des conquêtes sociales et politiques du processus bolivarien dirigé par Hugo Chávez Frías. 

Tout au long du déroulement de la campagne électorale, la radio, la télévision et les médias numériques publics ont eu la responsabilité de dissimuler les activités et les propositions du PCV et de l'APR. Cette politique de censure a été menée en violation flagrante de l'article 81 de la loi sur les processus électoraux, qui oblige les médias publics et privés à assurer une couverture complète et équilibrée des offres électorales. 

Cependant, il est important de noter que si le système des médias publics censure le PCV et l'APR, il couvre tous les événements de la campagne politique des partis qui composent le bloc gouvernemental, ainsi que les partis de droite, en leur accordant la participation à des interviews et des programmes d'opinion. 

Une autre preuve de cette violation de l'article 81 de la loi sur les processus électoraux est le développement de débats télévisés simultanément par tous les moyens de communication nationaux impliquant un porte-parole pour chaque alliance politique électorale, à l'exception des représentants du PCV et de l'APR qui ont été délibérément exclus.  

En raison de cette situation, le PCV et l'APR ont développé deux actions visant à présenter des preuves et à dénoncer ces violations de la loi et d'autres règles des campagnes électorales affectant les droits politiques de la classe ouvrière vénézuélienne. La première action a consisté en une lettre adressée au président du Conseil national électoral (CNE) demandant une réunion pour aborder ces points de vue électoraux inacceptables et avantageux du parti au pouvoir en alliance avec les partis de droite. À partir de cette réunion, le corps électoral a exprimé son engagement à intervenir en faveur du respect de la loi et de l'équilibre de l'information pendant la campagne électorale ; cependant, il n'a pas développé d'actions concrètes pour freiner la censure et le blocus des médias contre le PCV-APR et pour limiter l'avantage du PSUV au pouvoir et des partis d'opposition. 

La deuxième action développée par le PCV et l'APR a été la dénonciation publique, ainsi que des manifestations de rue, contre la censure des communications illégales de notre proposition électorale. Nous avons organisé des manifestations devant les locaux de la principale chaîne de télévision de l'État et pour demander la couverture de nos activités et des espaces dans les programmes de débat et d'opinion. Les directeurs de la chaîne n'ont pas répondu à nos demandes légitimes. 

En même temps, notre parti n'a pas pu faire de publicité dans les chaînes de télévision et les stations de radio publiques et privées. La majorité de ces moyens de communication ne répondent pas à notre demande de payer des espaces pour transmettre notre propagande électorale, violant ainsi l'article 80 de la loi sur les processus électoraux qui les oblige à diffuser la propagande électorale des partis politiques participants.

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Venezuela-Letter-to-Communist-and-Workers-Parties-regarding-censorship-during-the-PCVs-Election-Campaign/

 

Tag(s) : #Venezuela, #Communiste, #PCV

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :