Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Photo: Studios Revolution

« Nous comptons sur vous pour le relèvement, d'accord ? », a lancé jeudi matin Diaz-Canel aux habitants de la commune de Manicaragua massés le long de la route principale pour saluer le président de la République. Après de longues heures de pluies intenses, les gens commençaient à se débarrasser de l'humidité et aussi des lamentations.

« Cela fait un moment que je n'étais pas venu à Manicaragua, c'est toujours un très bel endroit », a déclaré le chef de l'État, qui est natif de Villa Clara et connaisseur du territoire qu'il a visité, au milieu d'une foule venue le remercier, lui et plusieurs ministres, dans cette zone montagneuse.

Mercredi, leur a expliqué le président, le gouvernement a commencé à visiter les lieux touchés par la tempête tropicale Eta : le Premier ministre Marrero est parti pour Ciego de Avila et Sancti Spiritus ; le vice-président Salvador s'est rendu dans les provinces orientales de Santiago de Cuba et Granma, et nous serons dans le centre du pays pour procéder à une évaluation des dommages.

« Nous devons reconnaître qu'aussi bien la province que les autorités des municipalités ont adopté les mesures nécessaires pour éviter des pertes de vies humaines », a déclaré le Diaz-Canel à la foule qui a répondu par des applaudissements. Des dommages ont été enregistrés dans l’agriculture, dommages qu'il n'y avait aucun moyen d'éviter, mais l'important est que nous ayons la capacité de nous mobiliser pour tout récupérer.

Le président a rappelé que cette année a été difficile pour Cuba. Il a parlé de la COVID-19 et a insisté sur le port du masque. Il suffit de regarder autour de soi pour savoir qu'ici, dans ces montagnes, le port du masque est devenu une habitude. « Remarquez que la province présente une situation très stable dans la lutte contre la pandémie, qui est désormais sous contrôle, et nous devons continuer à travailler », a-t-il ajouté.

C'est ainsi que Diaz-Canel s'est adressé aux habitants après s’être enquis des effets de la tempête tropicale dans cette municipalité qui, avec celles Placetas et Santa Clara, est l'une des zones ayant reçu le plus de précipitations : 297,8 millimètres entre la nuit du 9 novembre et le matin du 10 novembre.

Accompagné du vice-Premier ministre Alejandro Gil Fernandez, des ministres l'Agriculture Gustavo Rodriguez Rollero, et de la Construction René Mesa Villafaña, ainsi que du président de l'Institut national des ressources hydrauliques, Antonio Rodriguez Rodriguez, le chef de l'État a visité plusieurs des ponts endommagés par la crue des rivières. Il a appelé à la mise en place de solutions définitives, car il y aura toujours des pluies de ce genre et nous nous devons de réduire nos vulnérabilités.

Au bord d'une de ces routes de montagne, plus précisément celle qui mène au pont Clemente, qui relie Manicaragua à Santa Clara, le président de la République a confié à l'équipe de presse qui l'accompagnait que les gens n'ont toujours pas conscience de l'ampleur des dégâts causés par la tempête.

Ce ne sont pas les dommages causés par un cyclone, a-t-il dit, car il n'y a pas eu de vents violents, mais en termes de pluie, la tempête a causé dommages assez importants aux routes, aux ponts et à l'agriculture, ce qui rend la situation plus difficile. « À présent, nous devons travailler en y mettant tout notre cœur, il n'y a pas de défaite ici, nous devons continuer, et faire en sorte que tout ce que nous faisons soit meilleur », a-t-il dit.

Diaz-Canel a insisté sur le fait qu'au milieu de tout cette situation « aucune vie n'a été perdue, les gens ont travaillé de manière responsable, et une fois de plus l'expérience est confirmée, je dirais qu'il existe une culture de Défense civile pour savoir comment faire face à ces phénomènes ».

Dans les montagnes, le président n'a pas perdu de temps et a également échangé avec l'éminent producteur de café Marcial Fuentes Gonzalez, un agriculteur qui a mis la science au service de son travail et qui utilise des variétés résistantes aux parasites les plus nuisibles de cette culture. Diaz-Canel s'est également rendu dans un dépulpeur de la région de Veguita, qui, quelques heures après la tempête, avait traité quelque 2 300 boîtes de café récupérées.

Au retour de cette visite, et en plein centre de la ville de Santa Clara, le président a profité de son séjour pour visiter le Laboratoire provincial de microbiologie et de chimie de la santé, un rêve devenu réalité en 2019, mais qui a été vraiment mis à l'épreuve en 2020 avec l'épidémie de COVID-19. Dans ces installations, il a été informé de la technologie de pointe utilisée, des milliers d'échantillons de PCR analysés au cours de ces mois, et du mélange d'expérience et de jeunesse qui a conduit au succès. Comme dans les centres de ce type qu'il visite, il a appelé à la réalisation travaux de thèses de doctorat en cette période si féconde pour la science.

Sans pratiquement aucun repos entre les provinces, le président et les dirigeants qui l'accompagnaient se sont rendus dans la municipalité de Cumanayagua, à Cienfuegos, notamment à la station de pompage qui propulse l'eau vers la cimenterie, considérée comme la plus grande du pays. L'inondation de la rivière Arimao a provoqué la rupture du barrage et de plusieurs conduites, ce qui a interrompu l'approvisionnement de cette importante entité de production. Une équipe de travail tente de trouver les meilleures solutions, surtout les plus durables, afin que, face à un nouveau phénomène de ce genre, l’arrivée d'eau ne soit pas coupée.

Le président a évoqué le redressement dont le pays a besoin et il a demandé aux enfants de Cienfuegos venus le saluer de se joindre eux aussi à cet effort.

source : http://fr.granma.cu/cuba/2020-11-13/apres-les-eaux-apportees-par-eta-que-tout-ce-que-nous-faisons-soit-meilleur

Tag(s) : #Cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :