Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nations Unies, 16 octobre (Prensa Latina) L’élection de Cuba au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies, malgré les manœuvres des États-Unis, montre aujourd’hui la reconnaissance de la communauté internationale pour la trajectoire de l’île en la matière.

Tel est le critère exprimé sur son compte officiel Twitter par la représentante permanente suppléante de Cuba auprès de l’ONU, Ana Silvia Rodriguez, qui a également souligné l’isolement du gouvernement nord-américain dans sa politique d’hostilité envers la nation caribéenne.

Mardi dernier, 170 États membres des Nations Unies ont voté en faveur de la plus grande des Antilles pour siéger au Conseil des droits de l’Homme de l´organisme multilatéral pour la période 2021-2023.

La contribution décisive de Cuba à la consolidation d’une approche de coopération et de dialogue constructif dans les travaux du mécanisme des droits de l’Homme de l´ONU est ainsi reconnue, a souligné l’ambassadrice.

La diplomate s’est également interrogée sur l’attitude du Gouvernement des États-Unis, qui cherche à discréditer Cuba alors qu’il est responsable de plusieurs des violations des droits de l’Homme les plus brutales et les mieux documentées de l’histoire récente.

C’est le premier et le seul pays à avoir utilisé délibérément des armes atomiques contre des civils innocents, et l’Agent Orange a utilisé contre le peuple vietnamien, a-t-elle manifesté.

Elle a également écrit sur Twitter que ce gouvernement ne se préoccupe que de ses intérêts mesquins et tourne le dos aux efforts de la communauté internationale pour relever les défis mondiaux.

En effet, a rappelé la diplomate cubaine, les États-Unis se retirèrent du Conseil des droits de l’Homme parce que cela ne sert pas leurs intérêts et ont récemment quitté l’Organisation Mondiale de la Santé au milieu de la pandémie de Covid-19.

Les États-Unis se sont également retirés de l’Accord de Paris, mettant en péril l’avenir de l’humanité en raison du changement climatique, une réalité incontournable que ce pays contribué à créer, a déclaré la représentante de Cuba.

Cuba entamera son mandat au Conseil des droits de l’Homme en janvier de l’année prochaine et l’ambassadrice auprès de l’ONU a souligné qu’elle travaillera pour assurer le plein respect des principes d’universalité, d’indivisibilité, d’objectivité, la non-politisation et la non-sélectivité des travaux de l’organe.

L´île s’efforcera également d’empêcher la manipulation politique dans les travaux de ce Conseil.

Avec cette nouvelle élection, a souligné Rodriguez, Cuba réaffirme son attachement à un ordre international fondé sur l’inclusion, la justice sociale, la dignité humaine, la compréhension mutuelle et la promotion et le respect de la diversité culturelle.

De même, a-t-elle manifesté, mon pays continuera de défendre les justes revendications des peuples du Sud et de toute la planète, pour la réalisation effective du droit au développement, des droits à l’éducation et à la santé, la lutte contre le racisme, la discrimination raciale et la xénophobie.

Cuba est membre fondateur du Conseil des droits de l’Homme, créé en 2006 : elle y a siégé deux fois de suite jusqu’en décembre 2012, puis y a de nouveau occupé un siège pendant deux autres périodes consécutives (2014-2016 et 2017-2019).

peo/mem/ifb

source : http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=885017:la-communaute-internationale-reconnait-cuba-en-matiere-de-droits-de-lhomme&opcion=pl-ver-noticia&catid=29&Itemid=101

Tag(s) : #Cuba, #ONU

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :