Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le camp de réfugiés de Moria, sur l’île grecque de Lesbos, a brûlé dans la nuit du mardi 8 septembre au mercredi. Quelques 13 000 personnes vivaient dans ce camp, dont la capacité officielle n’est que de 2757 personnes. Les terribles images de destruction et de dévastation ont fait le tour du monde.

Le 2 septembre, une première personne à Moria a été testée positive pour le Covid-19. Au lieu d’une clarification méthodique des voies possibles d’infection, le camp entier a été mis en quarantaine. Il n’y a pas eu d’évacuation organisée. Il n’y a pas eu de plans d’évacuation pour l’ensemble du camp depuis des années alors que celui-ci est régulièrement pointé du doigt comme étant insalubre et ne permettant pas de vivre dans des conditions « acceptables », pour des gens qui ont tout quitté pour fuir la guerre ou la misère. De même, au printemps 2020, l’Europe et la Suisse n’ont pas réussi à réaliser l’évacuation des camps, largement demandée, et la répartition pour l’accueil des personnes vers les différents États européens. Dans de telles conditions de vie, les gens étaient donc activement exposés au risque d’infection.

“La Suisse a toujours compté sur sa tradition humanitaire. Il doit maintenant joindre le geste à la parole”, déclare Gavriel Pinson, président du Parti Suisse du Travail (PST-POP). “Nous demandons au Conseil fédéral, à Karin Keller-Sutter en tant que chef du département du DFJP et au SEM d’accepter immédiatement que la Suisse accueille le plus grand nombre possible de réfugiés du camp de Moria, en concertation avec les cantons”, explique M. Pinson. La Suisse doit également exhorter l’UE à en faire de même avec ses Etats membres.

Parti Suisse du Travail – Parti Ouvrier et Populaire (PST-POP)

10 septembre 2020

source : https://pst-pop.ch/2020/09/11/moria-la-suisse-doit-agir-maintenant/

Tag(s) : #Suisse, #Moria, #PST

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :