Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Par : Guillermo Alvarado

Parmi les leçons importantes que la pandémie de Covid-19 laisse derrière elle, il y a le fait que dans trop peu de pays, trop peu, il y avait des conditions politiques, économiques et sanitaires pour faire face à une crise de cette ampleur. La crise sanitaire déclenchée par la pandémie est venue aggraver les inégalités entre et au sein des nations.

C'est ce qu'a écrit Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, dans un article du magazine Finance et Développement de ce mois publié par le Fonds monétaire international.

Et il ne s'agit pas seulement de la taille ou du volume de développement de chaque État, mais de la hiérarchie des valeurs sur laquelle repose la société.

Cela explique pourquoi les États-Unis, principale puissance économique et militaire de la planète, sont aussi les plus touchés par le nouveau virus, avec 6,3 millions de malades et 189 000 morts à l'heure où nous écrivons.

Stiglitz explique qu'avant la pandémie, le pays du nord avait l'un des niveaux de santé les plus bas de tout le monde développé, sans accès généralisé aux soins médicaux et avec une faible espérance de vie.

Les États-Unis ont une économie de marché, avec une poursuite exagérée du profit et la destruction massive des droits du travail, en particulier pour la main-d'œuvre peu qualifiée.

L'auteur cite que dans le domaine de la fiscalité, par exemple, l’économie nord-américaine a des systèmes fiscaux totalement régressifs dans lesquels ceux qui gagnent le plus paient une proportion plus faible de leurs revenus en impôts que les travailleurs au bas de l'échelle des salaires.

Le Covid-19 a non seulement mis en évidence ces grandes inégalités, mais il les a aussi approfondies car il a ciblé les plus pauvres.

Pendant des décennies, la doctrine néolibérale n'a pas prévu que certaines mesures, notamment la libéralisation du capital, la déréglementation des garanties du travail et la privatisation des pensions de retraite, augmentaient l'insécurité individuelle et érodaient les fondements de l'économie.

Les États-Unis n'étaient pas préparés à une crise sanitaire mondiale.  Prenons pour signe le fait que les entreprises nord-américaines n’ont pas pu répondre à la demande d'articles élémentaires tels que les masques et les gants, sans parler des respirateurs artificiels et des tests de dépistage de virus, des équipements plus compliqués.

C'est pourquoi, dit Stiglitz, l'économie post-pandémique doit fonctionner sur des bases différentes qui devraient déjà être en construction. La maladie ne disparaîtra pas tant qu'elle sera présente partout, et l'économie ne se redressera pas si cela ne se produit pas partout dans le monde.

Tant que les gouvernements continueront d'entraver une réponse mondiale à la crise, nous continuerons à aller de mal en pis.    

 

 

Édité par Francisco Rodríguez Aranega

source :  http://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/233584-des-changements-mondiaux-sont-necessaires-durgence

Tag(s) : #Covid19

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :