Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Le 11 septembre 2001, une nouvelle a fait la une de tous les médias du monde : « Les États-Unis attaqués ! ». Les images des Tours jumelles de New York enveloppées de nuages de fumée et de poussière sont devenues le symbole d'une nouvelle ère.

Plus de 3 000 personnes ont été sacrifiées dans cette espèce de Moloch qu’était devenu le Word Trade Center, icône de la finance et des affaires. Malheureusement, cet événement a permis aux faucons de la guerre de brandir leurs sabres et de semer la peur et la mort jusque dans les « coins sombres du monde ».

L'ancien directeur et général de la CIA, David Petraeus, déclara à l’époque : « La lutte contre le terrorisme durera des générations. »

Les maîtres en la matière, ceux-là mêmes qui durant des années avaient parrainé le terrorisme en tant que politique d'État dans leur confrontation avec les pays progressistes, les mouvements et les leaders de gauche dans le monde, sont devenus, en ce neuvième mois de 2001, les « leaders » de la lutte contre ce fléau de l'humanité.

Mais le mois de septembre a sa propre histoire, et nous, Cubains, victimes de cette politique du gouvernement yankee, nous nous souvenons d'autres septembre et d'autres crimes.

Le 11 septembre 1980, Félix García Rodriguez, diplomate de la Mission cubaine auprès de l'ONU aux États-Unis, roulait dans les rues de New York pour aller retrouver des amis dans le Queens lorsque, à un feu rouge, il fut abattu de plusieurs coups de feu tirés par un Mac-10 équipé d'un silencieux. Le crime fut attribué à l'organisation contre-révolutionnaire Omega-7.

Ce jour-là, Félix avait rendu hommage, avec plusieurs camarades chiliens, à la résistance du président Salvador Allende, assassiné lors du coup d'État perpétré par Augusto Pinochet au Chili.

Le coup d'État, exécuté un 11 septembre sept ans avant l’assassinat du diplomate cubain, avait été préparé et exécuté par des militaires putschistes et des politiciens, sous le commandement de la CIA, dans le cadre de la stratégie de terrorisme d'État du gouvernement étasunien contre l'Amérique latine.

Un jour de septembre également, mais en 1997, un jeune touriste italien est mort lors de l’explosion d’une bombe déposée à l'hôtel Copacabana à La Havane, sur ordre de Luis Posada Carriles.

Rappelons également qu’’à Cuba, 3 478 femmes, hommes et enfants ont péri lors de 681 attentats terroristes, prouvés et documentés, et que 2 099 personnes sont restées handicapées à vie.

Notre pays est en droit de dénoncer le gouvernement des États-Unis comme responsable de ces actes.

Les coups de feu tirés contre l'ambassade de Cuba à Washington le 30 avril dernier et le silence qui a suivi ne sont que la confirmation de l’actualité de cette politique qui semble ne pas avoir de fin. Preuve de l'hypocrisie de ceux qui, en 2001, se sont proclamés, ennemis jurés du terrorisme.

source : http://fr.granma.cu/mundo/2020-09-10/cuba-un-veritable-engagement-dans-la-lutte-contre-le-terrorisme
Tag(s) : #Cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :