Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Parti communiste de Suède (SKP)
Le peuple bélarusse doit choisir sa propre voie

Le 19 août, Charles Michel, président du Conseil de l'Europe, a annoncé de nouvelles sanctions contre le Bélarus et a déclaré sa solidarité avec les manifestants dans ce pays. Lors de cette même conférence de presse, il a déclaré que le conflit ne serait pas géopolitique, mais qu'il s'agirait avant tout d'une "crise nationale" et qu'il s'agissait du "droit du peuple à choisir librement ses dirigeants".
Mais comment la crise peut-elle être purement "nationale", alors que chaque pays a introduit et menace d'imposer des sanctions au Belarus ? Alors que la militarisation de la Pologne et de la Lituanie s'est encore accrue ? Lorsque la Russie a clairement fait savoir qu'elle n'acceptait pas l'ingérence d'autres pays ?
Comment peut-il s'agir du "droit du peuple à choisir librement ses dirigeants" alors que ce même droit est refusé aux peuples de l'UE, pays après pays ? Lorsque les partis communistes sont interdits de participer aux élections ?
L'hypocrisie des dirigeants politiques ne connaît pas de limites : le conflit n'est pas une "crise nationale" et ne porte pas sur "les droits du peuple", mais sur la géopolitique. Plus précisément, le conflit porte sur les contradictions plus aiguës du système impérialiste et sur la façon dont les monopoles d'Europe occidentale et des États-Unis cherchent de nouveaux marchés, de nouvelles destinations pour leurs capitaux, de nouvelles voies de transport et de nouvelles matières premières, tout en essayant d'affaiblir leurs concurrents.
Ces contradictions ont conduit au conflit en Ukraine. Il a conduit à des guerres brutales et prolongées en Syrie, en Irak, en Libye et en Afghanistan et conduit maintenant à l'écrasement du peuple biélorusse dans les conflits inter-impérialistes.
La Biélorussie, dont le sort a été lié ces dernières décennies aux intérêts des monopoles russes et du capitalisme russe, est aujourd'hui divisée entre les blocs impérialistes dans un monde où les marges du capitalisme se réduisent et où les conflits sont donc plus aigus.
Il est important que nous fassions un effort pour voir à travers le voile idéologique de brouillard que tous les représentants politiques du capitalisme s'efforcent d'étendre et que nous mettions en évidence les causes réelles de la crise : les contradictions impérialistes.
Les mots sont importants, a déclaré la représentante du Parti de gauche au sein de la commission UE du Riksdag lorsqu'elle a critiqué Stefan Löfven pour ne pas avoir qualifié le gouvernement du président biélorusse de dictature. L'attitude du Parti de gauche est caractéristique d'un parti de gauche bourgeois, dont le but et la fonction principaux sont de dissimuler la situation réelle. Lorsque les contradictions entre les blocs impérialistes s'intensifient, ils veulent nous faire croire qu'il s'agit d'une question de démocratie ou de dictature.

source :  https://www.idcommunism.com/2020/08/belarus-statements-reactions-by-communist-parties-across-the-world.html#more

Tag(s) : #Bielorussie, #Communiste, #Suede

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :