Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Parti communiste portugais, La situation des travailleurs et le 1er mai
4/28/20 13H10
Déclaration de Jerónimo de Sousa, secrétaire général du PCP

 

27 avril 2020

 

Nous allons avoir un 1er mai, en cette année 2020, dans différentes conditions de pression sur la santé et les droits des travailleurs, ce qui rend cette journée de lutte encore plus importante. En cette période d'épidémie, la prévention et le traitement sont nécessaires, et c'est ce qui est fait et doit être fait. Mais en ce moment, sur les traces de l'épidémie, une épidémie d'attaque contre les travailleurs, leurs droits, leurs salaires, leurs obligations, leurs heures de travail, leurs conditions de travail, l'hygiène, la sécurité et la santé est promue. Couvrir le virus avec l'empreinte de l'exploitation est profondément imposé à la vie des travailleurs.

 

Aux conséquences directes en termes de santé, il faut ajouter la peur et la panique provoquée, l'adoption de mesures préventives qui se sont reflétées dans l'activité économique et dans la vie sociale et qui ont été principalement utilisées par les centres du grand capital pour une avalanche d'attaques et une aggravation brutale de l'exploitation des travailleurs, ainsi que pour exercer et habituer ceux-ci à des restrictions en termes de droits.

 

Tout en dissimulant l'appropriation de vastes ressources publiques et de la richesse créée par les travailleurs par le capital, l'idée est véhiculée avec insistance que, compte tenu de la situation, des sacrifices sont nécessaires pour les travailleurs, pointant la perspective d'années d'aggravation de l'exploitation, de naufrage national et de limitation des droits sociaux, syndicaux et politiques.

 

Des centaines de milliers de travailleurs ont été licenciés, à savoir ceux qui avaient des contrats précaires, horaires, journaliers et les travailleurs indépendants qui n'avaient plus d'emploi, ce qui a aggravé la situation pénible de nombreux micro, petits et moyens entrepreneurs. Avec l'application du licenciement simplifié, plus d'un million de travailleurs ont vu leur salaire réduit d'un tiers. Des centaines de milliers de personnes ont été mises en "télétravail", dont beaucoup avec leurs enfants à la maison en raison de la fermeture des écoles, créant une situation insoutenable. Les horaires de travail sont encore plus déréglementés. De nombreux travailleurs dont les activités n'ont pas été suspendues ou qui se trouvent en première ligne de la réponse, avec une grande intensité de travail, n'avaient pas les conditions de santé et de sécurité nécessaires au travail.

 

Il n'est pas nécessaire qu'il en soit ainsi !

 

L'importance de la résistance et de la lutte, la valorisation du travail et des travailleurs, est de la plus haute importance pour l'amélioration de leurs conditions de vie et comme élément essentiel pour le développement et l'avenir du pays.

 

Dans le domaine des revendications, il faut souligner les objectifs immédiats, liés aux préoccupations des travailleurs, tels que : la garantie de conditions de santé et de sécurité au travail désormais plus exigeantes ; le paiement intégral des salaires ; le respect des horaires de travail ; la garantie de l'emploi, l'embauche des travailleurs, l'intégration des travailleurs ayant des liens précaires ; la garantie effective du droit aux vacances et leur remplacement partout où il a été violé ; l'exigence d'une intervention de l'Autorité des conditions de travail pour sauvegarder les droits des travailleurs. Ces objectifs sont associés à la sauvegarde et à l'exercice des droits, des libertés et des garanties, à commencer par le droit à l'action syndicale, toujours nécessaire et aujourd'hui encore plus important pour les travailleurs.

 

En même temps, nous devons engager la lutte pour l'objectif d'une augmentation générale des salaires pour tous les travailleurs ; la valorisation des professions et des carrières ; l'augmentation du salaire minimum national ; la lutte contre la déréglementation du temps de travail et sa réduction à 35 heures par semaine dans les secteurs public et privé ; la lutte contre la précarité en appliquant le principe selon lequel un emploi permanent doit correspondre à un contrat de travail effectif ; la garantie des droits à l'action syndicale, à la manifestation et à la grève ; l'abrogation des règles pénibles de la législation du travail. Des lignes de revendications qui sont associées à la défense et à la valorisation des services publics essentiels au bien-être des populations, à savoir le Service national de santé.

 

La valorisation du travail et des travailleurs, de leurs salaires et de leurs droits est nécessaire à l'amélioration de leurs conditions de vie, mais elle est également essentielle pour stimuler la création d'emplois et le développement économique. C'est un aspect décisif pour répondre à la situation actuelle. La preuve en est faite. Entre 2011 et 2015, la réduction des salaires, des droits et des pensions a ajouté la récession à la récession, a brutalement augmenté le chômage et a fait sombrer le pays. Entre 2015 et 2019, bien qu'avec une dimension insuffisante, la défense, la restauration et la réalisation des droits, ont signifié des gains pour les travailleurs et ont contribué de manière décisive à la création d'emplois et au développement du pays.

C'est une période de résistance et de lutte, étant donné ce que nous avons et ce qui est en route. Le 1er mai est une étape importante pour l'affirmation et la lutte. Ceux qui seront dans les lieux assignés par la CGTP-IN, en respectant les critères de protection et d'éloignement sanitaire, feront directement entendre les préoccupations et les revendications des travailleurs. Des millions de travailleurs et de retraités se joindront à la solidarité sur leurs lieux de travail et de résidence, donnant ainsi la réponse nécessaire au grand capital et à ses représentants et propagandistes qui veulent faire taire les travailleurs pour imposer l'écrasement de leurs droits et de leurs conditions de vie.

 

Après le 25 avril, Grândola Vila Morena et l'hymne national chanté dans tout le pays, 130 ans plus tard, le 1er mai sera, suite à l'appel de la Confédération générale des travailleurs portugais - Intersindical Nacional (CGTP-IN), encore plus cette année, une affirmation importante de la lutte pour la défense de la santé et des droits des travailleurs, pour leur valorisation et pour un Portugal avec un avenir. Ce sera une affirmation des valeurs d'avril, de la lutte pour l'émancipation des travailleurs !

 

C'est ainsi que cela devrait être !

 

 

source : http://www.pcp.pt/en/situation-workers-and-may-day

Tag(s) : #PCP, #Portugal, #1ermai

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :