Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Non à la condamnation de Correa dans l'affaire dite de corruption : plus de persécution politique !
8 avril 2020
Mardi après-midi, l'affaire dite de "corruption" a été annoncée, condamnant l'ancien président Rafael Correa à huit ans de prison et 25 ans de disqualification. Outre l'ancien président équatorien, l'ancien vice-président Jorge Glas et dix-neuf autres personnes ont également été condamnés.

L'ancien président Correa, une heure avant que la sentence ne soit rendue publique, avait déjà prévu que le résultat du processus serait condamnatoire, en raison de la persécution politique subie par l'ancien président équatorien par Lenín Moreno.

Différentes preuves dénoncées par certains juges montreraient que le processus a été truqué dans l'intention d'empêcher M. Correa de se présenter aux élections. Cette persécution politique contre Correa aurait été orchestrée par un réseau de corruption impliquant le juge Iván Xavier León Rodríguez et la secrétaire du bureau du procureur général, Martha Cecilia Caiza Cando.

Des preuves montrent que les deux hommes ont échangé des courriels le 31 mars et ont truqué le procès.
Dans le premier e-mail, le juge a été invité à accepter les changements de couverture des crimes attribués à l'ancien vice-président Jorge Glas afin d'augmenter les peines.

Dans un deuxième courriel, envoyé le même jour, le juge Ivan Xavier León Rodríguez a reçu un fichier joint intitulé "PROCESADO CORREA" dans lequel les modifications en suspens que le juge devrait apporter pour aggraver la situation procédurale de l'ancien président Correa sont surlignées en jaune, en violation claire et flagrante de tous les principes éthiques et juridiques, ce qui montre clairement que l'affaire n'est rien d'autre qu'une vile mise en scène comme instrument de persécution politique.

Cette preuve, déjà dénoncée devant la justice équatorienne, montrerait que le procès contre l'ancien président Correa et l'ancien vice-président Jorge Glas, orchestré par Moreno avec une partie du pouvoir judiciaire équatorien, n'a pas de limites.

De plus, la résolution de ce processus a lieu en pleine crise que connaît l'Équateur suite à la pandémie COVID-19. Cette phrase ne vise qu'à empêcher la participation politique de Correa et à couvrir l'inaction de Lenín Moreno face à la crise pandémique, dans laquelle pratiquement aucun contrôle n'est effectué pour détecter les résultats positifs dans le pays et aucune aide n'est apportée aux familles sans revenus, dans une situation limite comme celle que l'on connaît dans le monde entier, tout cela avec l'épidémie incontrôlée de Guayaquil, où les cadavres sont étendus dans la rue.

Pour toutes ces raisons, le Parti communiste espagnol

- Rejette cette phrase qui n'est rien d'autre qu'une fixation contre l'ex-Président Correa.

- Elle condamne la persécution politique dont a été victime l'ancien président équatorien, l'ancien vice-président Jorge Glas.

- Elle exige que le gouvernement équatorien prenne les mesures appropriées pour tenter d'atténuer les conséquences de la pandémie de COVID-19, en particulier à Guayaquil où la situation est dramatique.

- Elle exprime sa solidarité avec l'ancien président Rafael Correa et l'ancien vice-président Jorge Glas, qui sont détenus dans des conditions inhumaines.

source :  https://www.pce.es/rechazamos-la-sentencia-contra-rafael-correa-del-mal-llamado-caso-sobornos-basta-de-persecucion-politica/

Tag(s) : #PCE, #Correa

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :