Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Mexique confirme l'asile politique pour les opposants équatoriens
09/01/2020

José Manuel Cintrón
Partagez !
Dans une déclaration publiée par le ministère des Affaires étrangères du Mexique, il a été signalé que l'"asile politique" avait été accordé à sept membres de l'opposition équatorienne qui s'étaient réfugiés dans son ambassade à Quito depuis octobre dernier.

Les politiciens ont voyagé jeudi matin de la capitale équatorienne au Mexique, sur un vol commercial, après que Quito ait accordé " cette semaine la conduite sûre, les facilités et les garanties correspondantes ", a déclaré le ministère mexicain des Affaires étrangères, comme il avait été informé auparavant par le ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Lénine Moreno, José Valencia.

"Le Gouvernement mexicain reconnaît le respect et l'observation du droit international en matière d'asile par l'État équatorien et apprécie l'institutionnalité des autorités de ce pays tout au long du processus", a souligné la déclaration des autorités mexicaines.

Les opposants qui ont obtenu l'asile
Bien qu'aucun des ministères des affaires étrangères ne mentionne ces noms, on sait que les membres de l'Assemblée pour la révolution citoyenne, Gabriela Rivadeneira, Soledad Buendía, Carlos Viteri et le député suppléant Luis Fernando Molina, ont été hébergés dans la légation diplomatique à Quito, a rapporté Russia Today

Les épouses de ces politiciens de l'opposition étaient également présentes : Luis Flores, époux de Rivadeneira ; Fausto Jarrín, époux de Buendía ; et Tania Pauker, épouse de Viteri.

Ces politiciens se sont réfugiés dans cette ambassade pendant et après les manifestations anti-gouvernementales contre le "paquetazo" de Lenín Moreno.

Rivadeneira, après s'être réfugié, a indiqué qu'il l'avait fait après avoir subi " un suivi extrajudiciaire ". Ensuite, elle a dit qu'elle était surveillée par " des agents de renseignement, des voitures de police, des militaires et des civils " devant sa maison, son bureau personnel et ses espaces militants.

Pendant que les manifestations avaient lieu, Moreno a publiquement accusé l'ancien président Rafael Correa et ses alliés politiques dans le pays, qui font partie du mouvement de la Révolution citoyenne, d'être responsables de la violence pendant les manifestations, dans le cadre d'un plan visant à déstabiliser son gouvernement.

D'autres hommes politiques du même mouvement sont poursuivis, accusés du crime de rébellion, lié à ces manifestations, notamment : la préfète de la province de Pichincha, Paola Pabón ; son collaborateur Christian González Narváez ; l'ancien député Virgilio Hernández ; et son collaborateur Pablo Del Hierro.

MippCI Digital Press / La Russie aujourd'hui

source : http://www.minci.gob.ve/mexico-confirma-asilo-politico-a-opositores-ecuatorianos/

Tag(s) : #Mexique, #equateur

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :