Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Maduro a exhorté l'armée bolivienne à cesser la répression contre les mobilisations populaires
12/11/2019
Photo : Presse présidentielle/Marcelo García
Karla Cotoret
Palacio de Miraflores, Caracas - Le Président de la République, Nicolás Maduro, a exhorté les forces armées boliviennes à cesser la répression contre le peuple et à reprendre le fil constitutionnel en faveur de la stabilité nationale.

"J'appelle le Haut Commandement militaire à être conscient de ce qu'ils font, le monde entier les voit et l'histoire les jugera. Leur commandant en chef s'appelle Evo Morales, ils doivent le restaurer au pouvoir et respecter la vie du peuple bolivien", a-t-il dit depuis le Palais Miraflores, situé à Caracas.

Il a indiqué qu'il avait chargé le Ministre du Pouvoir populaire pour la défense, Vladimir Padrino Lopez, de contacter le commandant des forces armées boliviennes, Williams Kaliman Romero, afin de diffuser un message de conscience pour éviter des agressions contre le peuple bolivien.

J'ai dit (Vladimir) Padrino López de transmettre le message du peuple vénézuélien : " Ne réprimez pas le peuple, n'assassinez pas le peuple et restaurez l'état de droit ", a-t-il dit lors de la cérémonie de clôture du premier Congrès international des descendants d'Africains, qui a réuni 500 délégués de 49 pays.

Le Dignitaire, qui a maintenu un contact téléphonique avec Morales, a souligné que des manœuvres répressives et intimidantes contre la population pourraient conduire à une guerre civile en Bolivie, c'est pourquoi il a préconisé la restitution de la paix nationale.

"Ce que Kaliman Romero (Williams) a fait, c'est une erreur, forcer un coup d'État au lieu de soutenir son commandant en chef dans le dialogue, dans les nouvelles élections, dans la restauration de la paix et dans le contrôle des groupes fascistes, a-t-il ajouté.

Evo reste Président

Le chef de l'État a déclaré qu'Evo Morales continue d'être Président de l'État plurinational de Bolivie, étant donné que l'Assemblée plurinationale n'a pas encore approuvé sa démission faute de quorum.

"Evo Morales continue d'être Présidente de la Bolivie parce que la lettre de démission n'a pas été vue par l'Assemblée, elle n'a pas été approuvée constitutionnellement (...) Un Président s'est proclamée, mais personne ne l'a élu. Elle n'est pas président et le peuple bolivien le sait ", a-t-il souligné.

Il a déclaré qu'il y a actuellement un vide de pouvoir en Bolivie, arguant que son homologue a démissionné "avec un pistolet sur la tempe" et "menacé de mort".

"Du point de vue constitutionnel, il est illégal pour un président de démissionner sous la contrainte et la menace militaires, comme ce fut le cas en Bolivie. Il n'y a pas de président en Bolivie, il y a un président exilé et c'est Evo Morales Arma, a-t-il dit.

Face aux menaces contre l'intégrité physique de Morales, le président Maduro a remercié son homologue mexicain, Andrés López Obrador, pour avoir "sauvé la vie de notre frère" et lui avoir accordé l'asile politique sur son territoire.

Presse présidentielle / Karelis González

source :  http://www.minci.gob.ve/maduro-insto-a-militares-bolivianos-a-cesar-represion-contra-movilizaciones-populares/

Tag(s) : #Maduro, #Bolivie, #Bolivia, #EvoElMundoEstaContigo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :