Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les syndicats appellent à la grève nationale au Chili
Santiago du Chili, 8 novembre (Prensa Latina) Dans le cadre de la révolte sociale qui marque aujourd'hui trois semaines, les dirigeants d'importants syndicats ont appelé à une grève nationale mardi prochain en rejetant les mesures annoncées par le gouvernement, qu'ils considèrent insuffisantes.

C'est ce qu'a annoncé un Comité national de grève, composé de syndicats des secteurs portuaire, minier, de la construction, de l'industrie, du commerce, de l'éducation, de la santé, de l'agriculture et des services publics, avec l'appui de la Table ronde pour l'unité sociale qui réunit plus de 70 organisations de toutes sortes.

Lors d'une conférence de presse dans la capitale, Horacio Fuentes, président de Industrial Chile Constramet, a déclaré que les travailleurs ne sont pas restés en marge des processus promus par la société dans son ensemble pour un Chili meilleur et a assuré que le modèle économique dominant a une dette énorme envers la classe ouvrière.

Alejandro Lilis, de l'Union des dockers chiliens, a soutenu l'appel à la grève générale et a appelé la société à se joindre à cette journée pour promouvoir les changements réels dont le pays a besoin.

Pour sa part, Richard Aránguiz, porte-parole de l'Union minière, a estimé qu'il était important que la population continue à manifester et a fait de la tenue d'une assemblée constituante une des grandes revendications.

De la part du Syndicat national des travailleurs de la construction et de l'industrie, son président, Jorge Hernandez, a considéré l'unité réalisée entre les employés des secteurs public et privé comme un fait historique et a estimé que le slogan " Le Chili s'est réveillé " devrait être ramené à la réalisation de changements réels.

Il a ajouté qu'une grande partie des revendications de la population passe par des transformations dans le monde du travail, comme la négociation collective, un salaire minimum de 500.000 pesos liquides, et non 350.000 avec une prime de l'Etat qui ne règle pas le problème.

Pour sa part, Juan Moreno, responsable de la Direction du Conseil commercial de la Central Unitaria de Trabajadores, a souligné que " si nous ne parlons pas de salaires décents, de pensions décentes, le Chili ne va pas changer ".

tgj/rc

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=319172&SEO=sindicatos-convocan-a-paro-nacional-en-chile

Tag(s) : #Chile, #ChileResiste, #ChileNoSeRinde

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :