Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mexique, 12 novembre (Prensa Latina) L’ancien président bolivien Evo Morales et les membres de l’équipage de l’avion militaire qui a volé dans le pays andin pour le transférer au Mexique, où il a obtenu l’asile politique, ont vécu une véritable odyssée.


Le ministre des Affaires Étrangères Marcelo Ebrard a expliqué,lors de la conférence de presse matinale du président Andrés Manuel LópezObrador, l’agonie vécue face au refus de plusieurs pays d´autoriser le survolede leurs territoires.

Ebrard a déclaré qu’après que Morales ait accepté l’offre d’asile, LópezObrador avait ordonné d’autoriser un avion de l’armée de l’air à transporter l’ancien mandataire au Mexique.

Les difficultés ont commencé à Lima, au Pérou, par une opposition initiale à l’atterrissage de l’avion lors du voyage aller, lequela finalement été autorisé.

À partir de là l´équipage a dû attendre longtemps l’autorisation de la Bolivie, où il était très difficile de gérer la situation en raison du coup d’État.  Finalement, quelqu’un a approuvé le départ de l’avion et a donné l’orientation pour atterrir dans ce pays.

L´avion est finalement arrivé à l’aéroport où se trouvait Morales, et la route que nous avions prévue était de repartir vers Lima, mais, vers 19h heure du Mexique, le gouvernement péruvien a refusé l’autorisation pour des raisons politiques, a-t-ilexpliqué.

 À l’aéroport de Cochabamba, il y avait une situation difficile parce que les forces armées boliviennes étaient présentes à l’intérieur et cela a été une période de tension pour nous.

« Un autre itinéraire de retour a alors été recherché, nous avons parlé au Paraguay et le chancelier nous a aidés ».

Le président élu de l’Argentine, Alberto Fernández, a également coopéré avec le gouvernement du Paraguay, qui a autorisé l´avion à se rendre à Asunción pour y faire le plein de carburant,  là il a fallu attendre les formalités et l´autorisation de départ.

L’Équateur a d’abord refusé que l’avion atterrisse pour faire le plein de carburant, mais a autorisé l’utilisation d’un couloir aérien, tandis qu’en Bolivie on nous indiqué qu´il n´y aurait plus de nouvelles autorisations.

Comme il n’était pas possible de franchir à nouveau la Bolivie, nous avons cherché une autre solution et le Brésil a donné l’autorisation de survoler son territoire dans un couloir étroit à la frontière et de passer par le Pérou.

Après avoir obtenu la permission du Brésil, l’avion a finalement décollé d’Asunción à deux heures du matin, heure du Mexique, et il a fallu contourner l’Équateur pour entrer dans les eaux internationales et poursuivre le vol.

Le chancelier a déclaré que l’asile accordé à Morales est conforme à la Constitution et à la législation mexicaine, qui protègent la vie des personnes menacées ou victimes de persécutions politiques.

peo/mem/lma

source : http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=883076:le-chancellier-du-mexique-explique-les-complications-vecues-lors-de-la-sortie-devo-morales-de-bolivie&opcion=pl-ver-noticia&catid=39&Itemid=101

Tag(s) : #Mexique, #Bolivie, #Evo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :