Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cuba dénonce la campagne de discrédit menée par les États-Unis
La Havane, 20 novembre (Prensa Latina) Depuis plusieurs semaines, le gouvernement américain mène une nouvelle campagne de diffamation et de discrédit dans le cadre de sa politique d'hostilité croissante contre Cuba, a dénoncé aujourd'hui le journal Granma.

Pour ce faire, elle utilise comme prétexte l'arrestation du contre-révolutionnaire José Daniel Ferrer, un agent salarié au service des Etats-Unis, avec une longue histoire d'actions provocatrices contre l'ordre public et la légalité.

La note indique que l'ambassade des États-Unis à La Havane est le véhicule fondamental de l'attention, de l'orientation et du financement de la conduite de Ferrer, en interférant clairement dans les affaires intérieures de Cuba.

La chef de cette mission diplomatique, Mara Tekach, dirige personnellement l'instigation ouverte à la violence, au trouble à l'ordre et au manque de respect des forces de l'ordre de la part de ce citoyen, précise-t-elle.

Il dénonce également le fait que la mission diplomatique de ce pays à Cuba et en particulier son chargé d'affaires se sont concentrés ces derniers mois sur l'échec du recrutement de mercenaires, favorisant la division et la confusion parmi la population de l'île.

Elle s'emploie également à identifier les secteurs de l'économie contre lesquels les mesures coercitives de Washington devraient être dirigées, et à essayer de calomnier et de discréditer le gouvernement cubain et la Révolution.

Il n'est pas nouveau pour l'administration américaine d'utiliser ces personnes pour ses activités politiques subversives contre Cuba et pour discréditer des campagnes avec le soutien sans scrupules des médias grand public, dit-il.

Il explique que Ferrer a été arrêté le 1er octobre dernier, avec trois autres personnes, en réponse à une plainte déposée par un citoyen, qui les accuse de l'avoir kidnappé pendant une nuit entière et de lui avoir donné une raclée qui l'a laissé dans des conditions d'hospitalisation.

Ferrer, qui attend d'être jugé, a reçu la visite de sa femme et de ses enfants et nie avoir été victime de disparition physique, de mauvais traitements physiques présumés, de torture ou de nourriture insuffisante.

Ce sont de purs mensonges délibérément conçus et dirigés par le gouvernement des États-Unis et son ambassade à La Havane, affirme-t-il.

Il souligne que Ferrer reçoit les soins médicaux nécessaires, pratique régulièrement des exercices physiques et, sur demande, bénéficie d'une assistance religieuse.

Avant son service au gouvernement des États-Unis, José Daniel Ferrer avait une histoire de délinquance et de conduite violente totalement dénuée de toute motivation politique.

Il a un dossier qui remonte à 1993. Il s'agit notamment d'agressions avec violence physique sur d'autres citoyens, y compris les femmes, et le désordre public, le comportement qui a augmenté au cours des dernières années, indique la note.

mem/evm

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=322362&SEO=denuncian-en-cuba-campana-de-descredito-dirigida-desde-ee.uu.

Tag(s) : #Cuba, #USA

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :