Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le ministre bolivien de la Justice exclut la nullité des élections
 
La Paz, le 31 octobre (Prensa Latina) Le ministre bolivien de la Justice et de la Transparence institutionnelle, Héctor Arce, a exclu aujourd'hui la possibilité d'annuler les élections du 20 octobre proposées par certaines forces d'opposition.

Dans une interview diffusée sur la chaîne de télévision Red Uno, le titre expliquait que " selon la loi fondamentale, il n'est pas possible d'annuler les élections " et soutenait qu'" il n'y a aucune raison légale pour la nullité des élections, surtout lorsque les résultats d'un audit sont attendus ".

M. Arce a souligné que même si cela existait, il faudrait de nombreux mois pour appeler à un nouveau processus électoral, un nouvel enregistrement des candidats, une nouvelle campagne qui coûterait entre 120 et 140 millions de Boliviens (environ 18 millions de dollars), ce qui serait une dépense inutile et injustifiée de ressources, a-t-il déclaré.

Dans l'espace a réitéré que les résultats de l'audit international du processus électoral bolivien convenu avec l'Organisation des États américains (OEA) seront contraignants, et a regretté les déclarations du candidat perdant Carlos Mesa concernant une fraude électorale présumée "qui n'a aucune base légale".

Carlos Mesa, de ses délégués politiques, a été représenté dans presque toutes les tables et ses représentants ont signé les procès-verbaux pour compter les tables ", a-t-il clarifié, et a illustré qu'à La Paz, sur 8.988 tables de vote, son alliance Comunicad Ciudadana (CC) avait 8.846 représentations politiques.

Le titulaire a ajouté que le CC de Cochabamba, sur 6 134 tables, a participé à 5 439 ; à Santa Cruz, sur 8 621, il était représenté à 8 345 tables, raison pour laquelle il a averti que " dans 100 % des tables du pays, où le calcul électoral a été effectué et qui était divisé, le CC avait des représentants qui ont signé des procès-verbaux ".

Nous ne comprenons pas à quelle fraude électorale il fait référence ", a-t-il fait remarquer, tout en réprouvant l'attitude de Mesa et d'une partie importante de ses alliés face à la population bolivienne à cause de la désinformation.

Arce a ratifié que "ce que l'OEA décide, nous le respecterons", mais il a insisté sur le fait que "Mesa a la copie des 34.555 actes", et "il sait qu'il n'y a pas eu de fraude en Bolivie et c'est sûrement pourquoi il ne veut pas d'audit car à la lumière d'une organisation internationale, la vérité doit ressortir à la lumière de la vision des autres pays", a-t-il conclu.

La Bolivie vit le neuvième jour de manifestations puisque, avant la clôture du décompte final des voix, le candidat du CC a déclaré un second tour et, dans le cas contraire, a indiqué qu'il ne connaissait pas la légitimité du processus, ce qui a entraîné de multiples actes de violence dans différents départements du pays.

mgt/znc
source :  https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=317124&SEO=ministro-de-justicia-de-bolivia-descarta-nulidad-de-elecciones

Tag(s) : #Bolivie, #Elections

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :