Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Photo: Eduardo Palomares

CONTRAMAESTRE, Santiago de Cuba. — Considérée comme un élément essentiel du développement, la priorité accordée à l'investissement étranger à Cuba a profité à la nouvelle entreprise Tropical Contramaestre S.A., qui se consacre à la production et à la transformation de fruits, légumes et autres lignes agricoles pour le tourisme, le marché national et les exportations.

Née dans l’ancien complexe des agrumes de cette municipalité, située à 77 kilomètres à l'ouest du chef-lieu de province, ce projet devrait figurer avant la fin de l'année parmi les plus prospères et efficaces, grâce à un investissement estimé à huit millions de pesos, qui comprend à la fois le processus technologique et les productions agricoles.

Il permettra de combiner la technologie moderne à installer avec la tradition de mise en conserve du personnel de cette usine reconnue pour la qualité des jus concentrés et des huiles essentielles d'agrumes qui sont exportés vers l’Europe. Ainsi, à la suite des pertes causées jadis aux plantations par les maladies, la nouvelle installation est parvenue à diversifier ses productions dans jusqu'à 70 lignes différentes.

On parle à présent d’en commercialiser 300. C'est pourquoi, lors d'une visite sur ce site en mars dernier, le président cubain, Miguel Diaz-Canel Bermudez, a exhorté à accélérer le travail, à fermer les cycles et créer des enchaînements productifs, à explorer les marchés, à remplacer les importations et à jeter les bases pour faire de cette municipalité un pôle de production pour l'exportation.

POTENTIEL DE DÉVELOPPEMENT

Convaincu du potentiel de cette usine, son président et représentant de l'actionnaire Tropical Food Investment Caribbean S.A., basé au Panama, Luigi Crisci, a signalé à Granma International que les effets similaires à ceux du Nil qu’à son avis apporte la rivière Cauto aux terres fertiles à proximité, ainsi que l’esprit industrieux et l’âme agricole des habitants, sont autant de facteurs qui ont pesé dans le choix de la commune de Contramaestre.

Et d’ajouter : « Nous savions que de très bonnes choses sont faites en ce moment dans la région, et lors de visites guidées avec nos spécialistes à divers sites agricoles, nous avons été informés des résultats obtenus malgré le manque de moyens, ce qui donne une idée de ce que nous pouvons accomplir avec de bonnes semences, des techniques culturales innovantes et une technologie avancée

En plus des structures situées dans la zone, les améliorations apportées grâce à un financement externe pour le développement des arbres fruitiers, légumes, céréales et autres lignes, devrait s'étendre au reste des producteurs sur le territoire de Santiago et les provinces de Guantanamo à Camagüey, en vue d’assurer un approvisionnement stable en matières premières d’une qualité optimale.

« Nous allons exporter des merveilles, une infinité de produits agricoles, afin de ne pas perdre un seul tamarin ou un de ces fruits aromatiques qu'on ne trouve pas en Europe, tandis qu’en ce qui concerne la cuisine populaire, nous emprunterons les recettes traditionnelles de ces dames qui vous disent : "Tenez, goûtez-moi ça, et vous m'en direz des nouvelles. C'est moi qui l'ai fait !", et nous ferons découvrir les spécialités de la région de l’Oriente », a-t-il signalé.

« Ce ne sera pas facile, car le marché est saturé de produits et nous avons des problèmes d'emballage, il y a tendance à proposer des douceurs trop sucrées, des méthodologies et des certifications à rendre conformes aux normes internationales, mais nous allons y arriver, pour être en mesure de défier toute concurrence et répondre aux attentes que le gouvernement cubain a placées en nous », a-t-il tenu à préciser.

Bien qu'il s'agisse de son premier projet de production à Cuba, l'entreprise étrangère est certifiée en tant que fournisseur technologique du Complexe leader de Ceballos, à Ciego de Avila, à l’Île de la Jeunesse et à Camagüey, ainsi que pour la transformation de noix de coco à Baracoa, à l'usine Ponupo à Santiago et dans les mini-industries implantées dans toute la nation.

IMPACT SUR LA PRODUCTION NATIONALE

Cet été particulièrement chaud n’a offert aucun répit au personnel placé sous la responsabilité du vice-président de la nouvelle entreprise, Jorge Cabrera Naranjo, chargé de l’aménagement des hangars où les lignes de production seront installées, de la réparation des toitures, de la rénovation des entrepôts et de toutes les modifications à apporter pour relever tous ces défis.

Depuis des années, l’artisan de la diversification dans le Complexe, le licencié en Biologie chimique et Master en fruiticulture tropicale, a souligné que la contribution au développement du pays est l’objectif essentiel du Complexe, à travers des exportations à forte valeur ajoutée qui augmentent les revenus en devises étrangères, les enchaînements productifs avec le tourisme et autres secteurs, et l'offre au peuple de produits de qualité.

« En plus des deux lignes de transformation d'agrumes et de fruits dont nous disposions et que nous continuerons à développer, nous envisageons d’en créer une quinzaine d'une productivité et d'une efficacité accrues, avec des moteurs de pointe plus performants, des systèmes permettant des économies d’énergie et d’eau, dont le montage est simple et qui devront être opérationnels à la fin de l'année.

« Dans cette perspective, il faut signaler qu’en ce qui concerne la tomate, nous en obtenions 800 tonnes et que, grâce aux facilités accordées aux producteurs, notamment des outils agricoles, des semences optimales, des engrais, des systèmes d'irrigation, des insecticides et autres, il est estimé que six variétés à haut rendement seront produites, ce qui fournira quelque 22 000 tonnes pour la production de 32 types de sauces. »

Une fois le projet terminé, ils pourraient s’affirmer comme le leader de ces produits, comme ils le seront probablement dans les jus multifruits (mangue, « nispero » (sapotilla) , mamey (lucuma mammosa), anone, tamarin et autres fruits exotiques, pour lesquels certaines machines de collecte et de pelage sont conçues, tout comme des systèmes de remplissage pour différents formats de jus, nectars, hachés ou tranchés, entre autres.

Le vaste portefeuille de produits comprendra également des légumes frais et hachés emballés, des combinaisons avec des olives, de la mayonnaise, des minidoses de café, du cacao et diverses crèmes, de la noix de coco, du maïs, du riz et des haricots secs précuits, présentés comme dans le cas des fruits en pots de verre importés, pour ceux destinés à l'exportation, et dans d'autres emballages ceux du marché national.

Avec le développement de l'agriculture sur le territoire et l'entrée en pleine production du projet de contribution économique et sociale, qui comprend l'augmentation du nombre actuel de 165 travailleurs à 195, Cabrera Naranjo a assuré que très bientôt on pourra parler d'un avant et d’un après l'émergence de la société mixte Tropical Contramaestre S.A.

EN CHIFFRES

12   nouvelles affaires à capitaux étrangers approuvées au premier semestre 2019

1 485 764 000 dollars : tel est le montant de ces

investissements, malgré les pressions auxquelles l'Île a été soumise, ce qui témoigne de la confiance accordée à notre pays.

5 extensions approuvées d'entreprises déjà établies sur le territoire national.

55 626 000 dollars : tel est le montant de ces extensions, et d'autres investissements sont encouragés dans des secteurs tels que la production de poulet et de porc, lignes pour lesquelles il existe déjà huit projets.

PRÉCISIONS

→ Le pays accorde la priorité aux investissements pour le développement, mais ils doivent garantir leur amortissement par leurs rendements.

→ Le tourisme et les investissements étrangers sont deux secteurs qui ont un impact favorable sur l'économie et qui sont aujourd’hui des cibles du blocus économique exercé par l'administration étasunienne. Notre défi est de continuer à nous développer en dépit de ces pressions.

Indications du Président :

-          Continuer de promouvoir les investissements étrangers et les exportations dans tous les secteurs clés de l'économie cubaine, y compris l'agriculture et l'industrie alimentaire.

-          Les dirigeants des organismes à tous les niveaux se doivent d’être plus proactifs et dynamiques dans la réalisation des affaires.

-

-          Les résultats obtenus avec les schémas d'exportation pour le tabac, le charbon de bois et le miel pourraient servir de référence pour le travail avec d'autres produits.

-          Continuer à encourager les investissements avec des sociétés à capital étranger et pas seulement à partir de crédits.

-          L'investissement étranger doit également être perçu comme l'un des moyens les plus viables d'accroître les exportations.

-          Réaffirmer les considérations formulées à ce sujet par le Premier Secrétaire du Comité central du Parti communiste cubain, le général d'armée Raul Castro Ruz, au sujet de la dynamisation des investissements étrangers, de la suppression des retards excessifs dans les processus de négociation et de la nécessité de nous débarrasser des fausses craintes envers le capital étranger.

Sources : Intervention du ministre de l'Économie et de la Planification lors de la dernière Période ordinaire de sessions de l'Assemblée nationale du Pouvoir populaire (ANNP).

Discours du président du Conseil d'État et du Conseil des ministres à la dernière Période ordinaire de sessions de l'ANPP.

Réunion de bilan du président du Conseil d'État et du Conseil des ministres sur les investissements étrangers.

source : http://fr.granma.cu/cuba/2019-09-02/la-contramaestre-fait-peau-neuve

Tag(s) : #Cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :