Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

80e. Anniversaire du début de la Seconde Guerre mondiale - Luttez pour la paix et le désarmement !
1er septembre 2019

Le 1er septembre 1939, la Seconde Guerre mondiale a commencé, la guerre la plus meurtrière de l'histoire. Deux décennies seulement après la fin de la Première Guerre mondiale entre les grandes puissances capitalistes - qui se disputent les colonies, les marchés et les matières premières - le monde a été une fois de plus plongé dans une guerre dévastatrice par l'Allemagne et l'Italie fascistes et le Japon militariste impérialiste, qui ont cherché à modifier par la force le partage impérialiste du monde.

Les combats de la Seconde Guerre mondiale se sont déroulés dans plusieurs régions du monde, mais c'est surtout sur le front de l'Europe de l'Est que la barbarie nazie-fasciste a été combattue et vaincue. Longtemps après juin 1941, l'Union soviétique a dû faire face seule à la majeure partie des armées de l'Allemagne nazie et de ses alliés. C'est à cette époque que les batailles épiques sur le front soviétique - Moscou, Leningrad, Stalingrad, Koursk et bien d'autres avant le débarquement anglo-américain en Normandie en juin 1944 - décidèrent du cours de la guerre et de la défaite du fascisme Nazi.
La victoire dans la Seconde Guerre mondiale a été remportée au prix de sacrifices innommables et de plus de 20 millions de morts en Union soviétique. Aucune réécriture ou falsification de l'histoire ne peut dissimuler la résistance héroïque de l'URSS, du peuple soviétique, de son Armée rouge sous la direction du Parti communiste de l'Union soviétique, qui contraste avec l'acceptation et la collaboration des classes dirigeantes de nombreux pays. Parallèlement aux victoires de l'Union soviétique et encouragées par elles, s'est développée une résistance populaire généralisée contre l'agresseur fasciste, de l'Europe à l'Extrême-Orient, dans laquelle les communistes ont joué un rôle décisif et apporté une contribution importante à la libération des peuples. L'humanité doit beaucoup à l'URSS et au peuple soviétique, ainsi qu'à la résistance populaire antifasciste, pour leur rôle décisif dans la victoire sur le fascisme nazi.

Les leçons d'il y a huit décennies ne peuvent être ignorées ou oubliées. Le fascisme était l'expression la plus violente et la plus brutale du capitalisme dans une crise économique profonde, érodée par ses contradictions, et confrontée à la lutte des travailleurs et des peuples. Son ascension a été nourrie et soutenue par le capital monopolistique, et pas seulement dans les pays où elle finira par prendre le pouvoir. La collaboration des puissances capitalistes avec les agressions fascistes - évidente dans la trahison infâme de la République espagnole en 1936, ou dans la collusion franco-britannique honteuse avec la destruction de la Tchécoslovaquie à la Conférence de Munich en 1938 - ne fut pas une simple erreur. Elles étaient l'expression d'une politique qui cherchait à diriger les puissances fascistes contre l'URSS socialiste et qui considérait le fascisme comme préférable à la transformation sociale et la prise en main par les travailleurs et les peuples de la définition de leur destin. Cette politique de classe dirigeante a ouvert la voie à la guerre, avec de lourdes conséquences pour leurs propres pays. Une politique s'est poursuivie dans le recyclage des fascistes de l'après-guerre - illustrée par la participation de la dictature fasciste portugaise à l'OTAN en tant que membre fondateur - pour la croisade contre le progrès social et la libération nationale, avec le renversement des empires coloniaux, obtenu par la lutte des travailleurs et des peuples.

Actuellement, le capitalisme est confronté à une aggravation de sa crise structurelle, à laquelle il ne peut trouver de solution. Les multiples contradictions et clivages ; les guerres économiques et militaires ; l'attaque contre les droits des travailleurs et des peuples ; le mépris du droit international et le déchirement d'accords importants par l'administration américaine Trump - dont l'accord nucléaire sur l'Iran et le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) - reflètent cette crise profonde. Mais la voie de l'agression et de la guerre n'a pas commencé avec Trump, ni n'est une caractéristique exclusive de l'impérialisme américain.

La profonde altération de la corrélation mondiale des forces résultant de la destruction de l'URSS et des défaites de la construction du socialisme en Europe de l'Est a été marquée dès le début par une violente attaque contre les droits des travailleurs et une politique de guerre impérialiste brutale, à laquelle les puissances de l'Union européenne ont participé activement, qui dans leurs propres Traités est définie comme le pilier européen de l'OTAN.

Lorsque l'administration Clinton et la social-démocratie européenne ont ouvertement violé le droit international il y a 20 ans avec la guerre de l'OTAN contre la Yougoslavie, elles ont ouvert la porte à la spirale de l'arbitraire et de la violence qui a suivi son cours de dévastation et de mort jusqu'à nos jours, comme en témoignent les guerres d'agression des pouvoirs impérialistes - souvent à travers des armées terroristes, armées et financées par ces mêmes pouvoirs - contre l'Afghanistan, l'Irak, la Libye et la Syrie. En Ukraine et dans d'autres pays, les gangs au service de l'impérialisme glorifient ouvertement la collaboration avec le nazisme et les chiffres clés de l'extermination des communistes et des juifs, tout en commettant des massacres et en détruisant des monuments aux combattants anti-fascistes et à l'Armée rouge. Le soutien des États-Unis et de l'UE à ces forces non seulement dépeint le collaborationnisme avec la montée du fascisme au siècle dernier, mais nourrit également l'avancée dangereuse des forces d'extrême droite et fascistes en Europe, aux États-Unis et dans d'autres pays.

La Seconde Guerre mondiale a été lancée par les puissances impérialistes dans le but de redéfinir le partage de la planète. Aujourd'hui, le principal danger de guerre vient des anciennes puissances impérialistes - notamment les Etats-Unis, mais aussi l'Europe - qui veulent préserver par la force une domination politique de moins en moins conforme à la réalité économique mondiale en mutation rapide. C'est la raison fondamentale de son escalade militariste très dangereuse, d'agression et de provocation contre tout pays et peuple qui affirme sa souveraineté et ses droits et de confrontation avec la Chine et la Russie. Le capitalisme en crise menace de ramener l'humanité à l'autoritarisme et à la guerre qui, à l'ère nucléaire, représenterait une catastrophe planétaire.
Il est impératif d'arrêter la course vers l'abîme. Il est possible de mettre fin aux promoteurs du fascisme (avec des robes anciennes et nouvelles) et de la guerre.

Le Portugal doit refuser de collaborer avec les bellicistes agressifs États-Unis/OTAN/UE. Le gouvernement portugais doit remplir ses obligations constitutionnelles et participer activement au respect de la Charte des Nations Unies et des principes établis du droit international, des principes de paix et de refus de la guerre et de l'ingérence, du respect de la souveraineté des peuples et des pays. Il est urgent de rejeter la course aux armements de l'OTAN et la militarisation de l'UE, de refuser l'augmentation des dépenses militaires, la destruction des traités de désarmement ou la militarisation de l'espace et de signer le traité sur l'abolition des armes nucléaires. Le Portugal doit être solidaire de tous les peuples qui résistent aux agressions, aux subversions et aux guerres de l'impérialisme, comme au Venezuela, en Syrie ou en Palestine.

Quatre-vingts ans après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale et au moment où le pays et le monde cherchent à blanchir les crimes du fascisme et à encourager les conceptions et les forces d'extrême droite, les crimes du fascisme et du bellicisme impérialiste ne doivent pas être oubliés.

Les travailleurs et les peuples, principales victimes de la guerre, sont les acteurs actifs de cette lutte pour arrêter les partisans de la guerre et empêcher que la tragédie du siècle dernier ne se reproduise.

source :  http://www.pcp.pt/en/80th-anniversary-start-world-war-ii-fight-peace-and-disarmament

Tag(s) : #PCP, #Communiste, #Portugal

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :