Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 Nations Unies, 6 août (Presse latine) Le représentant permanent du Venezuela auprès de l'ONU, Sanuel Moncada, a dénoncé aujourd'hui une nouvelle campagne d'agression beaucoup plus aiguë par les Etats-Unis contre la nation sud-américaine.

Washington attaque le processus de dialogue entre les parties au Venezuela, annonçant avoir un plan économique colonial pour mon pays, menaçant un blocus naval et déclarant un embargo économique total, a-t-il souligné.

Ils croient qu'ils peuvent gouverner le monde, indépendamment du droit international ou des Nations Unies, ils veulent imposer leur pouvoir par la force. Le gouvernement de Caracas rejette ce cauchemar raciste et suprémaciste présenté par Donald Trump, a-t-il ajouté.

M. Moncada a fait référence au décret exécutif signé par le président américain qui implique des mesures coercitives unilatérales contre tout individu ou gouvernement dans le monde qui entretient des relations avec le Venezuela.

Ils pensent qu'en tuant le peuple vénézuélien avec la faim et des punitions collectives, ils peuvent être imposés, mais nous allons résister et vaincre cette nouvelle vague d'attaques impériales, a-t-il dit.

Lors d'une conférence de presse au siège des Nations Unies à New York, le diplomate a indiqué qu'il avait écrit des lettres, l'une au Conseil de sécurité et l'autre au Secrétaire général des Nations Unies, dans lesquelles il exposait les actions agressives de Washington contre le Venezuela et sa population civile.

Caracas appelle également à l'action et à la condamnation des attaques de Washington.

La veille, le président américain avait accru son hostilité à l'égard du Venezuela en signant un décret exécutif qui étend les sanctions imposées à ce pays sud-américain à un blocus économique total.

Cette mesure, signée lundi par le leader républicain, gèle tous les avoirs du gouvernement du président Nicolas Maduro et interdit les transactions avec cet exécutif à moins d'exemptions spécifiques.

M. Trump a envoyé une lettre au Congrès américain l'informant de cette mesure, qui représente une escalade brutale de l'agressivité de son administration contre Caracas, et rappelle les sanctions imposées par Washington contre Cuba, la République populaire démocratique de Corée, l'Iran et la Syrie.

Le président américain, qui ignore l'existence du gouvernement constitutionnel de Maduro alors qu'il a été réélu en mai 2018 avec 68 % des voix, a justifié sa décision en soulignant qu'il est nécessaire de bloquer les propriétés vénézuéliennes en raison d'une usurpation de pouvoir présumée.

En outre, il a qualifié l'exécutif du territoire sud-américain d'illégitime, contre lequel il a soutenu une tentative de coup d'État en avril dernier dans le cadre de son soutien à Juan Guaidó, chef de l'Assemblée nationale déclaré coupable d'outrage et qui se proclame président de ce pays en janvier.

Selon le décret exécutif signé par Trump, tous les actifs et intérêts détenus par le gouvernement de Caracas qui se trouvent ou se trouveront par la suite aux États-Unis, ou qui sont sous le pouvoir ou le contrôle de tout Américain, sont bloqués et ne peuvent être transférés, payés, exportés, retirés ou autrement négociés.

Dans le communiqué sur cette mesure, dénoncé mardi par le gouvernement vénézuélien comme une formalisation du blocus économique, commercial et financier imposé par Washington au pays sud-américain, la Maison Blanche a réitéré que " toutes les options sont sur la table ".

acl/ifb

source :  https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=296289&SEO=venezuela-denuncia-en-onu-nuevas-agresiones-de-ee.uu.

Tag(s) : #Blocus, #Venezuela

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :