Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Des ouvriers de différentes entreprises exécutent les travaux du musée et le projet d’aménagement du parc et de ses abords. Photo: Eduardo Palomares

SANTIAGO DE CUBA.— Riche d’une histoire extraordinaire de lutte amorcée avec le débarquement du yacht Granma, qui devint très vite un vivier de colonnes rebelles qui étendirent la guerre de la Sierra Maestra au reste du pays, et eut son point culminant avec la proclamation, par son commandant en chef Fidel Castro Ruz, de la victoire de la Révolution, le Front No 1 José Marti disposera bientôt d’un musée.

Ce Front de la guérilla est le seul territoire d'une telle ampleur à ne pas encore être doté de ce genre d’institution. Le nouveau musée trouvera un siège idéal à l'ancien Hôtel de Ville de Santiago de Cuba, situé en face du populeux Parc Céspedes, depuis le balcon duquel Fidel annonça à Cuba et au monde, le 1er janvier 1959, la victoire de l'Armée Rebelle sur la tyrannie honnie de Fulgencio Batista.

Maylin Santos Suarez, licenciée en Études socioculturelles, master en muséologie et directrice de l'institution, a signalé à Granma international qu'en tant qu’armée mère, le Front No 1 José Marti possèdera son propre musée, conçu comme un hommage à tous ceux qui, dans les montagnes, lancèrent la lutte, ou l'ont poursuivie pendant toutes ces années sous la conduite éclairée du commandant en chef Fidel Castro.

« Le musée disposera de 12 salles permanentes et d'une salle transitoire, dont celles situées au premier niveau couvriront chronologiquement l'histoire de la préparation au Mexique des membres de l’expédition du Granma, la traversée, le débarquement, la dure défaite d’Alegria de Pio, les premiers combats victorieux dans la Sierra et la contribution de la plaine », a-t-elle ajouté

« Les sept salles du deuxième étage seront consacrées au développement et à la consolidation du projet révolutionnaire à travers la participation active des femmes et des paysans, la justice, l'éducation, la santé, la religion, les ateliers et les armureries, la propagande et au rôle de premier plan joué par le Front dans la victoire, et la participation ultérieure de ses combattants aux tâches de la Révolution. »

Des expositions historiques, depuis les armes, uniformes et autres équipements de guérilla, objets personnels des combattants, effets ayant appartenu aux femmes qui intégrèrent le peloton féminin des Marianas, documents, photos originales ou peu connues, jusqu’aux principaux événements, évoqués en utilisant les technologies les plus modernes.

« Nous serons vraiment en présence d'un musée d'un type nouveau, caractérisé par l'équilibre entre le traditionnel et la nouvelle technologie que ces installations utilisent aujourd'hui dans le monde à travers des écrans, des maquettes et des tables intelligentes dont le son, les couleurs et l'odeur donnent la sensation d'être dans le paysage naturel de la Sierra Maestra », a souligné Santos Suarez

Le groupe créé autour de ce projet réunit des spécialistes de l'équipe de conception du Bureau de l'Historien de La Havane, tandis que le Bureau du Conservateur de la Ville de Santiago de Cuba (OCC) dirige les nombreux personnels appartenant à son Entreprise de restauration et de conservation des Monuments, qui déploient leurs connaissances et leur expertise autour du bâtiment et de son environnement.

En ce sens, Ramon Cobas Avivar, directeur adjoint de l'OCC, a expliqué que jusqu'à il y a quelques mois, l'Assemblée municipale du Pouvoir populaire occupait ce bâtiment qui, contrairement à ce que beaucoup pensent à cause de son aspect colonial, est un solide bâtiment en béton armé construit en 1954, qui sera modernisé et adapté à ses nouvelles fonctions.

Selon le projet, le bâtiment ne manquera pas de répondre à certaines activités traditionnelles, tout en conservant la mairie avec sa salle des drapeaux pour accueillir des personnalités, l'Hôtel de ville utilisé pour la remise de médailles, décorations et autres reconnaissances, et le Salon de la Ville pour les activités solennelles, tandis que chaque 31 décembre l’institution accueillera la traditionnelle Fête du drapeau.

Parmi les travaux entrepris dans les autres locaux, Cobas Avivar a mentionné le démontage, le traitement et le montage de l'énorme porte en bois précieux espagnol, l'installation de contre-portes et de volets en verre nécessaires pour la climatisation centralisée, ainsi que la pose de nouvelles installations sanitaires, hydrauliques et électriques.

Parallèlement, la toiture en tuiles créoles décoratives sera restaurée et un système d'éclairage décoratif sera installé avant de procéder aux travaux de peinture. L'Église cathédrale, la Maison de Diego Velazquez, l'Hôtel Casa Granda, l'ancien Club San Carlos et d'autres bâtiments feront également l’objet de travaux réfection afin de les rendre plus beaux, plus fonctionnels et performants en matière de développement durable.

Les journées de travail les plus intenses se déroulent au Parc Céspedes et ses abords, dont les rues ont été fermées aux véhicules et sont réservées aux piétons. Dans la zone, les sols et les trottoirs sont changés ; les ouvriers travaillent au câblage souterrain des réseaux électriques et téléphoniques ; les arbres sont remplacés et les bancs, les jardins et les réverbères font l’objet de travaux d’entretien, à l’approche du Festival des Caraïbes qui ouvrira ses portes dans la ville.

 

source : http://fr.granma.cu/cuba/2019-06-12/nouveau-musee-consacre-au-front-n-1-jose-marti-a-santiago

Tag(s) : #Cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :