Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

La prévalence la plus élevée du diabète à Cuba est observée chez les femmes et chez les personnes de plus de 60 ans, avec des chiffres atteignant 200 personnes pour 1 000 habitants. Photo: Humberto Lister

Bien que les données de l'Annuaire statistique de la santé 2018 placent le diabète comme la huitième cause de décès dans le pays, les spécialistes enjoignent à ne pas perdre de vue le fait que ce trouble métabolique constitue un facteur de risque important pour les maladies qui sont en tête de cette liste.

Les études scientifiques ont déjà fourni des éléments qui permettent de confirmer la relation néfaste entre le diabète et les maladies cardiovasculaires et vasculaires. Il suffit de dire que le risque de contracter ces maladies est trois fois plus élevé chez les personnes dont le taux de glucose est supérieur à la norme.

C’est pourquoi le 1er Congrès international du diabète – qui s'est tenu à La Havane avec la participation de plus de 400 spécialistes d’une vingtaine de pays – était axé sur le domaine de la prévention des complications de cette maladie.

C'est ce qu’a déclaré à Granma international la Dr Ileydis Iglesias Marichal, directrice de l'Institut national d’endocrinologie, qui a souligné l'importance de contrôler une épidémie silencieuse comme l'obésité, compte tenu qu'environ 80 % des personnes obèses commencent leur vie avec le diabète. Le tabagisme est un facteur de risque de développer la maladie, a averti la spécialiste.

Elle a également souligné que le diabète est la cause la plus fréquente de maladie rénale chronique.

À Cuba – le pays qui assure le meilleur contrôle glycémique de ses patients, selon les rapports de l'Organisation panaméricaine de la santé – le diabète est la deuxième cause principale d'insuffisance rénale. « L'important est d'assurer un suivi en temps opportun pour retarder et éviter les complications telles que la dialyse ou la greffe rénale », a-t-elle ajouté.

La Dr Ileydis Iglesias a également attiré l’attention sur le fait que la rétinopathie, première cause de cécité, est aussi étroitement liée à cette maladie métabolique chronique.

Non seulement le contrôle glycémique est essentiel, mais la recherche active à travers le fond de l'œil afin de détecter la présence de toute altération.

Quant à l'amputation, autre complication majeure du diabète, la Dr Iglesias Marichal a expliqué que la prévention vise à détecter le risque d'ulcère du pied. « Bien que les taux d'amputation aient diminué de plus de 70% à Cuba avec l'introduction de l’'Heberprot-p, la généralisation d'un projet dans l’ensemble du pays pour détecter le pied à risque et corriger les malformations orthopédiques, et les problèmes vasculaires ou dermatologiques pour prévenir l'apparition des ulcères a jouté un rôle de premier ordre dans ce programme », a-t-elle précisé.

EN CHIFFRES

À L’ÉCHELLE NATIONALE :

—747 466 personnes diabétiques.

—18  centres de traitement du diabète.

—19 services liés au diabète et à la grossesse.

—150 hôpitaux de soins secondaires, l'Institut national d'endocrinologie et d'autres services spécialisés.

—100 % des patients ont accès à des glucomètres.

 2 heures de blocus des États-Unis équivalent à un an d'insuline pour tous les patients utilisant ce médicament.

 

source :  http://fr.granma.cu/cuba/2019-06-14/le-diabete-huitieme-cause-de-deces-a-cuba

Tag(s) : #Cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :